Italian Prime Minister Giorgia Meloni.

Jean Delaunay

La Première ministre italienne Giorgia Meloni assure que les résultats des élections législatives françaises ne sont pas une défaite pour l’extrême droite

Le parti de Marine Le Pen est arrivé à la surprenante troisième place du sondage, malgré les attentes d’une victoire surprenante.

La Première ministre italienne, Giorgia Meloni, a déclaré qu’aucun parti en France n’était sorti vainqueur des élections législatives qui viennent de se terminer, au cours desquelles le Rassemblement national (RN) d’extrême droite a été battu en troisième position par une coalition de gauche et le bloc centriste du président Emmanuel Macron.

Les commentaires du président italien font partie des réactions qui affluent de toute l’Europe suite aux résultats des élections législatives, qui ont vu le RN de Marine Le Pen stoppé de façon spectaculaire dans ce qui pouvait être considéré comme une montée au pouvoir.

S’exprimant lundi à Washington, où elle participe au sommet de l’OTAN, Meloni a déclaré qu’interpréter les résultats comme une défaite du parti de Le Pen était simpliste.

« Je pense que si l’on regarde ce qui s’est passé en France, la vérité est que personne ne peut chanter victoire », a-t-elle déclaré. « Il y avait trois coalitions : aucune des trois n’a prévalu, aucune des trois n’est capable de gouverner seule.

« Je peux dire par expérience personnelle qu’il est plus facile de gouverner quand on est ensemble parce qu’on partage des idées que quand on est ensemble parce qu’on partage un ennemi. »

Selon Nicoletta Pirozzi, responsable du programme UE à l’Institut des affaires internationales, Meloni devrait en réalité saluer ce résultat.

« La défaite de Le Pen n’est pas forcément une mauvaise chose pour Meloni. Dans l’état actuel des choses, si Le Pen avait gagné, Meloni aurait été relégué au deuxième rang des forces politiques de droite en Europe », a déclaré Pirozzi.

« Suite à l’annonce que le RN et la Ligue rejoignent le groupe Patriotes pour l’Europe d’Orban, Meloni peut représenter une partie plus coopérative du bloc de droite, si vous voulez, une partie qui peut conclure un accord avec la nouvelle Commission dirigée par Ursula von der Leyen. »

Pour Elly Schlein, chef du principal parti d’opposition italien, le Parti démocrate, les résultats montrent que « l’extrême droite peut être battue ».

Pendant ce temps, les Italiens dans les rues de Rome réagissaient également aux nouvelles en provenance de France.

Si les opinions étaient diverses, une chose semblait les mettre d’accord : le bouleversement de l’extrême droite en France offre de nombreuses leçons pour leur propre pays.

« Je suis très heureux du résultat et je l’avais prédit », a déclaré une personne. « Les partis de droite devraient arrêter de proclamer leur victoire avant d’avoir réellement gagné. »

Pour un jeune homme, le taux de participation massif était impressionnant.

« C’est bien de voir qu’en France, les jeunes générations se sont mobilisées et sont allées voter pour changer la donne politique. Ce serait formidable de faire la même chose ici en Italie et d’encourager les jeunes comme les moins jeunes à aller voter. »

Mais alors que certaines régions d’Europe poussent un soupir de soulagement en constatant que l’extrême droite n’a pas réussi à obtenir une majorité malgré sa popularité croissante, la France entame désormais un processus difficile : former un nouveau gouvernement dans un parlement divisé.

Laisser un commentaire

19 − 4 =