La lévofloxacine pourrait être une solution peu coûteuse contre la tuberculose pharmacorésistante, selon des études

Jean Delaunay

La lévofloxacine pourrait être une solution peu coûteuse contre la tuberculose pharmacorésistante, selon des études

La lévofloxacine démontre son efficacité dans la lutte contre la tuberculose pharmacorésistante, offrant une solution rentable avec des implications potentielles à l’échelle mondiale.

Un antibiotique, la lévofloxacine, a montré des résultats prometteurs pour freiner l’émergence d’une forme particulièrement résistante de tuberculose dans diverses populations, selon deux études présentées jeudi.

Ce résultat est particulièrement remarquable compte tenu du rapport coût-efficacité de ce médicament.

L’une de ces études, menée auprès d’enfants sud-africains, constitue « une avancée majeure qui pourrait potentiellement protéger des millions d’enfants d’une maladie dévastatrice », a déclaré Philippe Duneton, directeur exécutif de l’organisation à but non lucratif Unitaid, qui a cofinancé la recherche.

Outre la première étude en Afrique du Sud, une seconde a été réalisée auprès d’adultes vietnamiens. Les deux études n’ont pas encore été publiées dans une revue.

Les chercheurs, qui ont présenté les résultats lors d’un congrès international de pneumologie à Paris, ont mené leurs études de manière indépendante mais ont combiné leurs résultats pour déterminer que ce traitement réduisait de 60 pour cent le risque de développer une tuberculose multirésistante.

La tuberculose multirésistante est une forme de tuberculose particulièrement dangereuse car elle résiste aux deux principaux traitements de la maladie, l’isoniazide et la rifampicine.

Même si la tuberculose multirésistante ne représente qu’une petite partie du total des cas dans le monde (environ 5 %, soit environ 450 000 cas), elle reste très périlleuse.

Selon les données de 2022 de l’Organisation mondiale de la santé (OMS), la tuberculose est actuellement la deuxième maladie infectieuse la plus mortelle au monde après le COVID-19.

Dans ce contexte, l’émergence d’un nouveau traitement préventif contre la tuberculose multirésistante serait une bonne nouvelle, notamment un médicament aussi facilement accessible que la lévofloxacine.

On sait déjà que cette forme de tuberculose peut être traitée avec des antibiotiques, mais ces médicaments sont souvent inaccessibles dans les pays en développement, où la maladie est la plus répandue.

En juillet, l’ONG Médecins sans frontières avait exhorté le laboratoire pharmaceutique américain Johnson & Johnson à ne pas prolonger son brevet sur la bédaquiline, l’un de ces traitements.

Laisser un commentaire

19 − onze =