La joueuse espagnole Jenni Hermoso accuse Rubiales d'agression sexuelle pour le baiser de la Coupe du monde

Jean Delaunay

La joueuse espagnole Jenni Hermoso accuse Rubiales d’agression sexuelle pour le baiser de la Coupe du monde

La footballeuse espagnole Jenni Hermoso a accusé Luis Rubiales d’agression sexuelle pour un baiser « inacceptable » lors de la Coupe du monde. La décision d’Hermoso constitue jusqu’à présent le plus grand défi de Rubiales, car elle pourrait conduire à des poursuites pénales.

La footballeuse espagnole Jenni Hermoso a accusé Luis Rubiales d’agression sexuelle pour l’avoir embrassée sur les lèvres sans son consentement après la finale de la Coupe du monde féminine, a annoncé mercredi le parquet du pays.

Rubiales, président désormais suspendu de la Fédération espagnole de football, a embrassé Hermoso sur les lèvres lors de la cérémonie de remise des prix après la victoire de l’Espagne sur l’Angleterre en Australie.

Immédiatement après le scandale, le responsable du football espagnol a insisté sur le fait que le baiser était consensuel, tandis qu’Hermoso l’a nié dans des déclarations publiées par son syndicat de joueurs.

Elle a également déclaré qu’elle et sa famille avaient subi des pressions de la part de la fédération pour qu’elles manifestent leur soutien à Rubiales.

Le bureau du procureur de Madrid a déclaré qu’en vertu de la nouvelle loi espagnole sur le viol, entrée en vigueur l’année dernière, Rubiales pourrait être condamné à une amende ou à une peine de prison d’un à quatre ans s’il était reconnu coupable.

La nouvelle législation a supprimé la distinction entre « harcèlement sexuel » et « agression sexuelle », rendant punissable tout acte sexuel non consensuel.

Le gouvernement espagnol, les syndicats de joueurs, les footballeurs et de nombreux citoyens ont exprimé leur soutien à Hermoso. Rubiales, quant à lui, est devenu un paria du football pour avoir refusé de démissionner.

Le chef du football espagnol fait également face à des mesures de la part du gouvernement espagnol.

L’organisme judiciaire chargé du sport a ouvert une enquête pour déterminer s’il a abusé de son autorité en embrassant Hermoso ou si son comportement a terni l’image de l’Espagne. Il pourrait être déclaré inapte à exercer ses fonctions pendant une période pouvant aller jusqu’à deux ans.

Rubiales pourrait également faire face à un vote de censure de la fédération. L’institution n’a pas encore franchi cette étape, même si elle lui a demandé de démissionner.

Mais la décision d’Hermoso constitue jusqu’à présent le plus grand défi de Rubiales, car elle pourrait conduire à des poursuites pénales.

Laisser un commentaire

19 − 16 =