La Grèce secouée par le scandale de la vie privée des électeurs avant les élections européennes

Martin Goujon

La Grèce secouée par le scandale de la vie privée des électeurs avant les élections européennes

ATHENES — Le ministère grec de l’Intérieur devra payer une lourde amende pour avoir omis de protéger les données personnelles des électeurs avant les élections européennes du mois prochain, après que les registres des électeurs vivant à l’étranger aient été divulgués à un membre du parti au pouvoir, Nouvelle Démocratie.

L’Autorité de protection des données du pays a infligé lundi une amende de 400 000 € au ministère de l’Intérieur et de 40 000 € à Anna-Michelle Asimakopoulou, députée européenne pour la Nouvelle Démocratie, pour violation de la vie privée des électeurs.

Ces amendes font suite à un scandale autour d’Asimakopoulou, qui a envoyé un courrier électronique aux Grecs vivant à l’étranger le 1er mars pour promouvoir sa candidature à la réélection. La sensibilisation du député européen est intervenue le même jour qu’un message distinct du ministère de l’Intérieur informant les expatriés qu’ils peuvent voter par correspondance lors des prochaines élections.

Des dizaines de destinataires du courrier électronique d’Asimakopoulou ont déclaré qu’ils n’avaient jamais eu de communication préalable avec elle et n’avaient pas consenti à recevoir ses courriers électroniques.

Sans expliquer comment elle a obtenu ces données, Asimakopoulou – qui était vice-présidente de la commission du commerce international au cours du dernier mandat – a démissionné le 15 mars de sa candidature à la campagne Nouvelle Démocratie. Le parti est dirigé par le Premier ministre Kyriakos Mitsotakis.

Selon l’enquête de l’autorité de protection des données, un fichier contenant des données sur tous les électeurs inscrits pour les élections de juin 2023 a été retrouvé entre les mains de l’eurodéputé. La liste a été envoyée à un responsable de la Nouvelle Démocratie chargé des affaires de la diaspora par un inconnu.

Le responsable l’a ensuite transmis à Asimakopoulou, qui l’a utilisé pour envoyer des courriels de campagne de masse, a indiqué l’autorité.

L’autorité de protection des données enquête toujours sur le rôle de Nouvelle Démocratie dans le scandale, ce qui pourrait conduire à de nouvelles amendes. Un procureur de la République mène également une enquête distincte et des dizaines d’expatriés ont intenté des poursuites contre Asimakopoulou et le ministère de l’Intérieur. Le plus haut fonctionnaire du ministère de l’Intérieur a également démissionné à la suite du scandale du mois de mars.

Le ministère a déclaré dans un communiqué qu’il « étudierait minutieusement » la décision de l’autorité avant de décider d’engager d’autres poursuites judiciaires.

Les partis d’opposition, dont le centre-gauche Syriza et le socialiste Pasok, appellent désormais à la démission du ministre de l’Intérieur Niki Kerameus.

« Il est inacceptable que le ministère de l’Intérieur soit transformé en centre électoral de la Nouvelle Démocratie et que les données personnelles de milliers d’expatriés grecs soient transmises au parti au pouvoir et à ses candidats, ce qui expose le pays et ébranle la confiance des citoyens », a déclaré Pasok. a déclaré dans un communiqué.

Les électeurs grecs se rendront aux urnes le 9 juin. Les Grecs vivant à l’étranger pourront envoyer leurs bulletins de vote avant le 8 juin.

Laisser un commentaire

18 − quatorze =