La France célèbre le 14 juillet avec faste, un hommage à l'Inde et des policiers supplémentaires pour éviter de nouveaux troubles

Jean Delaunay

La France célèbre le 14 juillet avec faste, un hommage à l’Inde et des policiers supplémentaires pour éviter de nouveaux troubles

La France célèbre son 14 juillet avec un hommage à l’Inde et une présence policière accrue pour dissuader les manifestations après la fusillade mortelle par la police de Nahel Merzouk, 17 ans.

La France a célébré sa fête nationale vendredi avec des avions de guerre sifflants et un grand défilé du 14 juillet à Paris – et avec plus de 100 000 policiers déployés dans tout le pays pour empêcher une nouvelle flambée de troubles dans les quartiers défavorisés.

Cette année, les célébrations marquant le début de la Révolution française, le 14 juillet 1789, ont suivi les émeutes les plus graves du pays en près de 20 ans, à la suite de l’assassinat par la police d’un adolescent d’origine nord-africaine qui a mis à nu sa colère face à l’inégalité et la discrimination raciale enracinées.

Des avions de chasse et des hélicoptères militaires ont survolé le site où Nahel Merzouk, 17 ans, a été tué le mois dernier, dans la banlieue parisienne de Nanterre. Les rues étaient exceptionnellement calmes alors que les résidents locaux se rassemblaient sur la place Nelson Mandela de Nanterre pour regarder le survol.

L’Inde était l’invité d’honneur du défilé du 14 juillet de cette année, sous le regard du Premier ministre Narendra Modi aux côtés du président français Emmanuel Macron. Environ 240 soldats indiens ont mené la marche sur les Champs-Élysées devant des milliers de forces françaises, et des avions de guerre indiens de fabrication française ont rejoint la démonstration aérienne.

AP Photo
Le président français Emmanuel Macron, à gauche, rencontre le Premier ministre indien Narendra Modi lors du défilé du 14 juillet sur l’avenue des Champs-Élysées à Paris

La France présente souvent des partenaires internationaux le jour de la Bastille, et le choix de l’Inde intervient alors que la France cherche à renforcer davantage sa coopération dans la lutte contre le changement climatique, les ventes militaires et la lutte contre l’influence croissante de la Chine dans la région stratégique de l’Indo-Pacifique. Mais les droits de l’homme étaient absents du vaste programme, malgré les inquiétudes soulevées par les législateurs européens, les groupes de défense des droits et d’autres.

La guerre de la Russie en Ukraine a également fait écho dans les événements de cette année. Les véhicules exposés comprenaient les batteries anti-missiles Caesar que la France fournit à l’Ukraine, et les responsables ukrainiens ont été invités à rejoindre Macron dans les sièges VIP.

À la veille de la fête nationale française, Macron a décerné une Légion d’honneur à titre posthume à un journaliste français tué en Ukraine plus tôt cette année, Arman Soldin de l’agence de presse Agence France-Presse.

Le défilé du 14 juillet comprenait 6 500 personnes marchant, 94 avions et hélicoptères, 219 véhicules terrestres, 200 chevaux et 86 chiens. Des festivités sont organisées dans les villes de France pour commémorer la prise de la prison de la Bastille en 1789 qui a marqué le début de la Révolution française, et pour célébrer les idéaux français de « liberté, égalité et fraternité ».

AP Photo
Un manifestant court lors de la troisième nuit de manifestations déclenchées par la fusillade mortelle par la police d’un conducteur de 17 ans dans la banlieue parisienne de Nanterre, en France.

Mais la devise sonne creux pour de nombreuses personnes vivant dans des lotissements négligés qui trouvent leurs racines dans les anciennes colonies françaises et luttent contre le manque d’opportunités et le racisme au quotidien. Ces questions sont apparues sur le devant de la scène après l’assassinat de Merzouk à Nanterre, lors d’un contrôle routier.

La fusillade mortelle à bout portant, captée sur vidéo, a déclenché plusieurs jours d’affrontements avec la police, l’incendie de bâtiments et de véhicules et le pillage de magasins dans les villes et villages de France.

Macron n’a pas directement abordé les problèmes soulevés par le meurtre de Merzouk, se concentrant plutôt sur le soutien aux villes qui ont été endommagées par les émeutes. Un assistant présidentiel a déclaré que les violences récentes n’avaient « aucun impact » sur les plans du défilé du 14 juillet, mais a déclaré que les célébrations intervenaient « à un moment où il est nécessaire de réaffirmer la cohésion nationale ».

Parce que les troubles ont tendance à monter en flèche chaque année autour du 14 juillet et parce que la France reste sur les nerfs, le gouvernement a déployé jeudi et vendredi un contingent exceptionnel de 130 000 policiers. Les feux d’artifice ont été interdits dans plusieurs villes après avoir été utilisés pour cibler la police lors des récentes émeutes.

Dans la nuit de jeudi à vendredi, le ministère de l’Intérieur a fait état de 97 personnes arrêtées dans des violences urbaines et de 218 voitures incendiées à travers le pays. C’était un peu moins que l’an dernier.

Laisser un commentaire

cinq − 4 =