A woman casts her ballot at a polling station during presidential election in Helsinki, Finland, Sunday, Jan. 28, 2024.

Jean Delaunay

La Finlande vote lors d’une élection présidentielle serrée sur fond d’affirmations d’une « opération hybride »

Les deux candidats en tête représentent les ailes gauche et droite de la politique finlandaise, mais le candidat d’extrême droite a progressé dans les récents sondages.

Le vote commence dimanche matin en Finlande, les citoyens pouvant voter pour l’un des neuf candidats aspirant à devenir le 13e président de la nation nordique.

Le vote par anticipation a commencé plus tôt ce mois-ci et la commission électorale du pays rapporte que plus de 1,8 million de personnes, soit 44 % des électeurs éligibles, ont fait leur choix avant le vote principal de dimanche.

Les deux principaux prétendants, Alex Stubb du parti de droite de la Coalition nationale et homme politique vert Pekka Haavisto, tous deux possèdent une riche expérience en matière de politique étrangère – une qualification importante pour ce rôle qui est en grande partie cérémonial, mais conserve une direction constitutionnelle en matière d’affaires étrangères en dehors de l’UE ; le titulaire de cette fonction étant également commandant en chef de l’armée finlandaise.

Des sondages récents placent Stubb et Haavisto à quelques points de pourcentage l’un de l’autre, et aussi proche que 0,6% – et comme aucun des deux candidats n’obtiendra probablement plus de 50 % au premier tour, les deux premiers se dirigeront vers un second tour en février.

« Il y a définitivement un sentiment d’enthousiasme », a déclaré Haavisto, qui faisait campagne dans la région de la capitale avant le jour du scrutin.

Le membre du Parti Vert, le candidat à la présidentielle Pekka Haavisto, à droite, a une photo prise avec Outi Vaajoensuu pendant la campagne à Helsinki, en Finlande, le 16 décembre 2023.
Le membre du Parti Vert, le candidat à la présidentielle Pekka Haavisto, à droite, a une photo prise avec Outi Vaajoensuu pendant la campagne à Helsinki, en Finlande, le 16 décembre 2023.

« Nous avons beaucoup parcouru le pays et l’accueil a été enthousiaste. Les stations-service, les cafés et les clubs ont été remplis de public. Les Finlandais ordinaires sont désormais en mouvement. Une forte participation est attendue. Quelque chose se prépare », dit-il. a déclaré à L’Observatoire de l’Europe.

Le commissaire européen finlandais Jutta Urpilainenle candidat social-démocrate, a qualifié l’ambiance de la campagne électorale d' »extrêmement positive ».

« Au cours des deux derniers mois, j’ai visité près de 60 villes finlandaises et rencontré personnellement plus de 5 000 Finlandais. Cette semaine, nous avons enfin commencé à voir des différences entre les candidats, et cela a vraiment électrisé les élections », a-t-elle déclaré à L’Observatoire de l’Europe.

« De nombreux électeurs n’ont pas encore pris leur décision et ils sont impatients de rencontrer les candidats, de poser des questions et de savoir sur quelles valeurs la Finlande sera dirigée dans les six prochaines années. »

La campagne d’Alex Stubb n’a pas répondu à une demande de commentaire.

Le candidat présidentiel du Parti finlandais, Jussi Halla-aho, fait campagne à Narinkkatori, Helsinki, Finlande, le samedi 27 janvier 2024.
Le candidat présidentiel du Parti finlandais, Jussi Halla-aho, fait campagne à Narinkkatori, Helsinki, Finlande, le samedi 27 janvier 2024.

Accusations d' »opération d’influence hybride » contre un candidat d’extrême droite

Malgré une période de campagne généralement conviviale – les candidats qui se sont déclarés tôt se sont déjà présentés ensemble à des dizaines de tables rondes, de débats et d’apparitions dans les médias – ces derniers jours, des allégations de parti pris et même une «opération d’influence hybride» ont circulé sur les réseaux sociaux. médias.

Certains partisans du Parti finlandais affirment qu’il existe un effort coordonné pour minimiser la popularité de leur candidat, Jussi Halla-aho. Cela inclut, affirment-ils, la suppression par la chaîne publique Yle de sondages qui montreraient qu’il gagne du soutien.

« Les chaînes publiques ne devraient pas essayer d’influencer une élection. Yle est une menace pour la démocratie » a écrit un utilisateur des médias sociaux. « En Finlande, une opération hybride d’influence électorale est en cours, tous ceux qui en ont parlé dans le passé ont été qualifiés d’extrême droite », écrit un autre. « Pourquoi Yle fait-il campagne contre le candidat présidentiel (Jussi) Halla-aho », demandé un compte. « Yle exerce une sorte d’influence presque imperceptible sur l’opinion », a déclaré un autre.

L’Observatoire de l’Europe a constaté que de nombreux comptes faisant des réclamations contre Yle étaient importants dans le partage de contenus anti-immigrés et anti-musulmans, et dans l’amplification des messages provenant de comptes extrémistes marginaux.

« Yle ne fait campagne contre ni pour personne », déclare le PDG de la chaîne publique dit plus tôt ce mois-ci.

Dimitri Qvintusun responsable du parti social-démocrate et ancien porte-parole de Sanna Marin, affirme que les accusations de la « direction du parti finlandais selon lesquelles Yle cachait les sondages et « influençait les élections » » auraient dû être traitées rapidement par le gouvernement.

Il soulève la question de savoir si la direction du parti d’extrême droite tenterait de semer le doute sur le résultat des élections si leur candidat ne parvenait pas au second tour.

« Cela cadrerait parfaitement avec le nouveau manuel du Parti finlandais », a-t-il ajouté.

La candidate présidentielle des sociaux-démocrates (SDP) Jutta Urpilainen, ancienne ministre des Finances et commissaire européenne, fait campagne à Helsinki, en Finlande, le samedi 27 janvier 2024.
La candidate présidentielle des sociaux-démocrates (SDP) Jutta Urpilainen, ancienne ministre des Finances et commissaire européenne, fait campagne à Helsinki, en Finlande, le samedi 27 janvier 2024.

Les candidats condamnent les allégations

Les candidats à la présidentielle de certains des plus grands partis politiques finlandais ont rapidement condamné ces allégations.

« Je crains que nous assistions également en Finlande à une tendance internationale selon laquelle des populistes de droite remettent en question les élections pour leur propre bénéfice », a déclaré Jutta Urpilainen.

« Il s’agit d’une élection présidentielle libre et équitable, et toute suggestion contraire est une allégation extrêmement grave qui doit être étayée par des preuves concrètes. J’espère que c’est quelque chose sur lequel tous les candidats pourront s’entendre », a-t-elle déclaré à L’Observatoire de l’Europe.

« Il n’y a eu aucun signe d’ingérence extérieure malgré les inquiétudes à ce sujet », a déclaré Pekka Haavisto.

« Nous faisons campagne pour des élections finlandaises équitables. Je n’ai rien vu d’extraordinaire en matière d’ingérence électorale, à l’exception d’une fausse publicité à un arrêt de bus pour moi et Jussi Halla-aho », a-t-il noté.

La fausse publicité ressemblait à une véritable affiche de campagne, mais avec de fausses citations attribuées aux candidats.

La campagne de Jussi Halla-aho n’a pas répondu à une demande de commentaire.

Laisser un commentaire

trois × deux =