La destruction nucléaire de Gaza est une option, les États-Unis « encouragent » Israël à « tuer », l'icône palestinienne Ahed Tamimi arrêtée

Jean Delaunay

La destruction nucléaire de Gaza est une option, les États-Unis « encouragent » Israël à « tuer », l’icône palestinienne Ahed Tamimi arrêtée

Les derniers développements de la guerre entre Israël et le Hamas.

Les États-Unis « encouragent » Israël à « tuer » – président iranien

Le président iranien Ebrahim Raisi a accusé lundi les États-Unis d’« encourager » Israël à « tuer et perpétrer des actes cruels » contre les Palestiniens dans la bande de Gaza.

Rencontrant le Premier ministre irakien à Téhéran, Raïssi a une nouvelle fois appelé à un « cessez-le-feu immédiat » à Gaza.

« Nous pensons que les bombardements doivent cesser le plus tôt possible, qu’un cessez-le-feu doit être déclaré immédiatement et qu’une aide doit être fournie au peuple opprimé et fier de Gaza », a-t-il déclaré lors d’une conférence de presse avec Mohammed Shia’ Al Soudani.

« Ces horribles crimes contre l’humanité constituent un génocide perpétré par le régime sioniste avec le soutien des États-Unis et de certains pays européens », a affirmé Raïssi.

« L’aide américaine au régime sioniste l’encourage à tuer et à perpétrer des actes cruels contre le peuple palestinien. L’affirmation des Américains selon laquelle ils cherchent à aider Gaza est une fausse promesse, qui n’est pas cohérente avec leurs actions », a-t-il ajouté.

Depuis le début de la guerre entre Israël et le Hamas, des attaques de roquettes et de drones ont visé des bases irakiennes abritant des troupes américaines.

Washington accuse l’Iran d’être impliqué par procuration dans ces attaques qui ont également visé des soldats américains en Syrie voisine.

L’Iran et l’Irak ne reconnaissent pas Israël et le gouvernement irakien est proche de l’Iran, pays qui soutient le Hamas palestinien.

Une star palestinienne arrêtée par Israël

L’armée israélienne a annoncé lundi avoir arrêté Ahed Tamimi – une icône de la cause palestinienne dans le monde – lors d’un raid en Cisjordanie occupée.

Un porte-parole de l’armée a déclaré que le militant de 22 ans était « soupçonné d’incitation à la violence et d’activités terroristes ».

Tamimi a été appréhendé dans la ville de Nabi Saleh et « transféré aux forces de sécurité israéliennes pour un interrogatoire plus approfondi », ont-ils déclaré à l’AFP.

Ahed Tamimi est devenue célèbre à 14 ans, filmée en train de mordre un soldat israélien pour l’empêcher d’arrêter son petit frère, plaqué au sol et le bras dans le plâtre.

Elle est depuis devenue une icône mondiale de la cause palestinienne et est considérée par les Palestiniens comme un exemple de courage face à la répression israélienne dans les territoires palestiniens occupés.

Un portrait géant d’elle a également été peint sur le mur de séparation israélien en Cisjordanie occupée, dans le secteur de Bethléem.

Depuis le début de la guerre en octobre, Israël a sévèrement réprimé la dissidence en Cisjordanie, arrêtant et détenant massivement des Palestiniens.

En Israël même, le gouvernement a intensifié la répression des critiques intérieures de la guerre, les militants, les universitaires et les citoyens étant soumis au doxxing, aux licenciements, aux menaces et aux arrestations.

La répression de la dissidence en Cisjordanie occupée s’est accompagnée d’une recrudescence de la violence – déjà à son paroxysme – impliquant des attaques de colons israéliens contre des civils et des raids meurtriers des forces de sécurité israéliennes.

Quelque 150 Palestiniens ont été tués en Cisjordanie occupée par des tirs de soldats ou de colons israéliens, selon le ministère palestinien de la Santé.

Un coureur passe devant la barrière de séparation israélienne lors du marathon palestinien, à Bethléem, en Cisjordanie, le vendredi 22 mars 2019.
Un coureur passe devant la barrière de séparation israélienne lors du marathon palestinien, à Bethléem, en Cisjordanie, le vendredi 22 mars 2019.

Un ministre israélien d’extrême droite affirme que la bombe atomique à Gaza est une option

Le ministre israélien du Patrimoine, Amichai Eliyahu, a déclaré dimanche qu’une des options d’Israël pourrait être de larguer une bombe nucléaire sur la bande de Gaza.

Le Premier ministre Benjamin Netanyahu a désavoué les propos de son ministre et l’a suspendu des réunions.

Eliyahu, membre du parti d’extrême droite Pouvoir juif, a fait ce commentaire en réponse à une question lors d’une interview à la radio.

« Vous vous attendez à ce que demain matin nous larguions ce qui équivaut à une sorte de bombe nucléaire sur toute la bande de Gaza, la rasant et éliminant tout le monde là-bas », a déclaré l’intervieweur de Radio Kol Berama.

« C’est une façon », a répondu Eliyahu. « La deuxième façon est de déterminer ce qui est important pour eux, ce qui les effraie, ce qui les dissuade… Ils n’ont pas peur de la mort. »

Lorsque le ministre a appris qu’il y avait environ 240 otages actuellement détenus dans la bande de Gaza, il a redoublé d’efforts.

« Je prie et j’espère leur retour, mais il y a un prix à payer en cas de guerre », a-t-il déclaré. « Pourquoi la vie des personnes enlevées, dont je souhaite vraiment la libération, est-elle plus importante que la vie des soldats et des personnes qui seront assassinées plus tard ?

Le ministre israélien a également exprimé son objection à l’autorisation de toute aide humanitaire à Gaza, affirmant que « nous ne fournirions pas d’aide humanitaire aux nazis ».

Appel à un cessez-le-feu immédiat pour mettre fin aux « horribles » meurtres

Les chefs de 11 agences des Nations Unies et de six organisations humanitaires ont lancé un appel commun en faveur d’un cessez-le-feu humanitaire immédiat à Gaza.

Ils ont appelé à la protection des civils et à l’entrée rapide de nourriture, d’eau, de médicaments et de carburant dans la bande de Gaza.

Dans un communiqué publié dimanche soir, le groupe a qualifié d’« horribles » les attaques surprises du Hamas en Israël le 7 octobre.

« Cependant, les meurtres horribles d’encore plus de civils à Gaza sont un scandale, tout comme le fait de priver 2,2 millions de Palestiniens de nourriture, d’eau, de médicaments, d’électricité et de carburant », ont déclaré les chefs du Comité permanent interinstitutions sur la situation en Israël et a déclaré le territoire palestinien occupé.

L’ONU et les organisations humanitaires ont déclaré que plus de 23 000 personnes blessées ont besoin de soins immédiats et que les hôpitaux sont saturés.

« Une population entière est assiégée et attaquée, privée d’accès aux éléments essentiels à sa survie, bombardée dans ses maisons, abris, hôpitaux et lieux de culte », indique le communiqué commun.

Les dirigeants de l’ONU et des organisations humanitaires ont déclaré que plus d’une centaine d’attaques contre des opérations de soins de santé avaient été signalées et que 88 membres du personnel de l’agence des Nations Unies pour les réfugiés palestiniens, UNRWA, auraient été tués – « le plus grand nombre de décès de l’ONU jamais enregistré en une seule fois ». conflit. »

Laisser un commentaire

5 × quatre =