An F-35B fighter jet lands at Luke Air Force Base in this Tuesday, Dec. 10, 2013 file photo, in Goodyear, Ariz.

Jean Delaunay

La Cour ordonne aux Pays-Bas de cesser d’exporter des pièces d’avions de combat vers Israël à cause de la guerre à Gaza

Le tribunal a déclaré qu’il existe un « risque évident » que des pièces néerlandaises de F-35 soient utilisées par Israël pour violer le droit humanitaire international à Gaza.

Une cour d’appel a ordonné lundi au gouvernement néerlandais de suspendre l’exportation de pièces détachées d’avions de combat F-35 vers Israël, invoquant un risque évident de violations du droit international.

Un groupe d’organisations de défense des droits humains a intenté une action civile contre les Pays-Bas en décembre, arguant que les autorités devaient réévaluer la licence d’exportation à la lumière de l’action militaire israélienne dans la bande de Gaza.

« Il est indéniable qu’il existe un risque évident que les pièces exportées du F-35 soient utilisées dans de graves violations du droit international humanitaire », a déclaré le juge Bas Boele en lisant le jugement, suscitant les acclamations de plusieurs personnes présentes dans la salle d’audience.

Les exportations doivent cesser dans les sept jours.

La décision a été prise alors que le Premier ministre néerlandais Mark Rutte se rendait en Israël pour rencontrer le Premier ministre Benjamin Netanyahu afin de discuter du conflit. Rutte devait également rencontrer séparément le Premier ministre palestinien Mohammad Shtayyeh.

« Nous sommes extrêmement reconnaissants que la justice existe et que le tribunal ait accepté de s’exprimer en faveur de la justice », a déclaré l’avocate principale Liesbeth Zegveld aux journalistes après l’audience.

Oxfam Novib, Pax Nederland et The Rights Forum ont déposé une plainte en décembre. Ils ont fait valoir que le transfert continu des pièces d’avion rend les Pays-Bas complices d’éventuels crimes de guerre commis par Israël dans sa guerre contre le Hamas.

En janvier, un tribunal inférieur s’est rangé du côté du gouvernement, autorisant les Néerlandais à continuer d’envoyer en Israël des pièces appartenant aux États-Unis et stockées dans un entrepôt de la ville de Woensdrecht.

Les Pays-Bas abritent l’un des trois entrepôts régionaux européens de F-35.

D’autres pays envisagent également de restreindre les ventes d’armes à Israël. Au Royaume-Uni, des groupes de défense des droits de l’homme ont intenté une action similaire contre leur gouvernement, tentant de bloquer les exportations d’armes vers Israël.

À la fin du mois dernier, la plus haute juridiction de l’ONU a ordonné à Israël de faire tout son possible pour empêcher la mort, la destruction et tout acte de génocide à Gaza. Bien que cette décision ait été prise après l’audition de l’appel dans l’affaire néerlandaise, les avocats des groupes affirment que les juges ont probablement pris en compte l’ordonnance juridiquement contraignante de la Cour internationale de Justice.

La décision a laissé une certaine marge aux autorités néerlandaises pour exporter des parties des avions utilisés dans des opérations autres que Gaza.

Le ministère des Affaires étrangères a déclaré qu’il étudiait la décision. Le gouvernement dispose de huit semaines pour faire appel, même si l’interdiction d’exporter reste maintenue.

Laisser un commentaire

4 × 3 =