La Commission européenne conseille aux services d'arrêter la publicité sur X d'Elon Musk

Jean Delaunay

La Commission européenne conseille aux services d’arrêter la publicité sur X d’Elon Musk

La plateforme de médias sociaux X s’appelait autrefois Twitter et a été rachetée par Elon Musk l’année dernière.

La Commission européenne a suspendu la publicité sur X (anciennement Twitter) en raison de l’augmentation de la désinformation et des discours de haine sur la plateforme de médias sociaux.

Le porte-parole Johannes Bahrke a déclaré que la Commission avait « conseillé aux services de s’abstenir de toute publicité à ce stade ».

« Nous craignons qu’un tel contenu apparaisse, que notre contenu apparaisse dans un contexte inapproprié et affecte ainsi l’efficacité de nos communications et de nos messages », a déclaré Bahrke.

Il a ajouté qu’il s’agit de directives internes qui sont révisées fréquemment en fonction de l’évolution du problème.

Même si le porte-parole n’a pas voulu commenter les raisons spécifiques pour lesquelles ils ont choisi de suspendre les publicités, il a déclaré que le changement de directive était récent.

Cette annonce intervient après que l’organisation américaine à but non lucratif Media Matters a découvert que X avait placé des publicités pour de grandes marques telles que Apple, Bravo, IBM, Oracle et Xfinity à côté de contenus pro-nazis.

Le rapport a incité la société IBM à suspendre toutes les publicités sur X en attendant une enquête sur le problème.

Ils ne sont pas les seuls annonceurs à fuir la plateforme : le propriétaire, Elon Musk, a déclaré dans un article publié en juillet sur les réseaux sociaux que la plateforme connaissait un « flux de trésorerie négatif » en raison d’une baisse de 50 % des revenus publicitaires et d’un lourd endettement.

La Commission européenne fait également face à une plainte déposée par le Centre européen pour les droits numériques (noyb), une organisation à but non lucratif, concernant son utilisation présumée de publicités micro-ciblées sur X concernant un projet de loi controversé sur les abus sexuels sur enfants.

Noyb affirme que la Commission a ciblé les utilisateurs en fonction de leurs opinions politiques et de leurs croyances religieuses, en diffusant des publicités à des personnes qui n’étaient pas intéressées par des mots-clés tels que Brexit, #Qatargate, Marine Le Pen, Vox, Christian et Giorgia Meloni, entre autres.

Bahrke a toutefois déclaré que les nouvelles directives n’étaient pas directement liées aux dépenses et aux achats de la direction générale cités dans la plainte.

Un rapport récent a révélé que X, acquis par Elon Musk l’année dernière, n’avait pas réussi à supprimer les discours de haine et la désinformation de la plateforme.

X a été critiqué à plusieurs reprises à cause des changements apportés par Musk, notamment liés à la modération du contenu.

Laisser un commentaire

cinq × 2 =