La Chine et l'Afrique du Sud proposent un « plan de paix » pour l'Ukraine au sommet des BRICS

Jean Delaunay

La Chine et l’Afrique du Sud proposent un « plan de paix » pour l’Ukraine au sommet des BRICS

Le bloc composé du Brésil, de la Russie, de l’Inde, de la Chine et de l’Afrique du Sud souhaite étendre son influence sur les affaires économiques et politiques mondiales. L’invasion actuelle de l’Ukraine est leur première cible.

Les dirigeants chinois et sud-africains affirment vouloir participer aux négociations visant à mettre fin à la guerre en Ukraine.

« Les deux parties (…) sont convenues que le dialogue et la négociation constituent la seule option viable pour résoudre le conflit ukrainien, et elles continueront à promouvoir les pourparlers de paix et à jouer un rôle constructif dans le règlement politique de la question », indique un communiqué commun publié le 1er juillet. Mardi.

Xi Jinping, le président chinois, est en Afrique du Sud dans le cadre du sommet des BRICS, qui rassemble des pays perçus comme étant en dehors des structures de pouvoir occidentales traditionnelles ou poussant en faveur d’une perspective géopolitique moins centrée sur l’Occident.

La Chine promeut un « plan de paix » en 12 points qui comprend un cessez-le-feu, une reprise des pourparlers de paix, la fin des « sanctions unilatérales » contre la Russie, et a appelé à davantage de sécurité pour les centrales nucléaires et à un engagement des deux parties à ne pas utiliser armes nucléaires, entre autres.

Themba Hadebe/Copyright 2023 L'AP.  Tous droits réservés.
Le président chinois Xi Jinping, à gauche, reçoit l’ordre de l’Afrique du Sud des mains du président Cyril Ramaphosa au Union Building à Pretoria, en Afrique du Sud. 22 août 2023.

La Russie et l’Ukraine ont déjà participé à des pourparlers européens, souvent appelés le format Normandie en raison de la première réunion coïncidant avec l’anniversaire des célébrations du jour J, établies après la première invasion du pays en 2014.

Le dialogue entre les deux parties s’est effondré malgré les dernières tentatives de la France et de l’Allemagne pour relancer le format en janvier de l’année dernière, à la veille de l’invasion à grande échelle.

Le sommet des BRICS, qui se tient actuellement à Johannesburg, est une source de controverse depuis des mois après l’annonce de la présence du président russe Vladimir Poutine.

L’Afrique du Sud est signataire des traités qui ont créé la Cour pénale internationale, qui a lancé un acte d’accusation pour crimes de guerre perpétrés contre des Ukrainiens, dont Poutine et ses co-conspirateurs. Le gouvernement de Pretoria aurait été obligé de l’arrêter à son arrivée, sinon il aurait risqué de violer le traité.

En fin de compte, la Russie a été représentée par le ministre des Affaires étrangères Sergueï Lavrov au lieu de Poutine, même si l’accent a été mis sur les chefs d’État.

La « dédollarisation » comme solution de contournement aux sanctions

D’autres suggestions avancées par le sommet incluent la « dédollarisation » ou une dépendance réduite au dollar comme monnaie internationale de référence pour le commerce et l’activité économique mondiale.

Dans un discours vidéo diffusé lors de l’événement, Poutine a affirmé que « le processus objectif et irréversible de dédollarisation de nos liens économiques prend de l’ampleur ».

L’économie russe a d’abord été touchée et a connu une inflation à deux chiffres après qu’une série de sanctions ont été imposées au pays par l’UE et les États-Unis à la suite de l’assaut contre l’Ukraine en février 2022.

GIANLUIGI GUERCIA/AFP ou concédants de licence
Le président russe Vladimir Poutine prononce son discours par liaison vidéo lors du sommet des BRICS 2023 à Johannesburg, en Afrique du Sud. 23 août 2023

Après avoir rebondi en début d’année, l’inflation est de nouveau en hausse en Russie. Les experts affirment que Poutine tentera de le faire baisser à nouveau alors qu’il envisage sa campagne de réélection en mars, notamment en stimulant le commerce avec l’Afrique et l’Amérique du Sud et en créant de nouvelles routes commerciales nord-sud vers le Golfe et l’océan Indien.

Les États membres des BRICS insistent sur le fait que leurs monnaies locales doivent être utilisées dans le commerce international et être soutenues par la Nouvelle Banque de développement, créée lors d’un précédent sommet et dont le siège est à Shanghai.

Les États membres représentent environ 40 % de la population mondiale et insistent sur le fait que leur influence sur le monde doit refléter le fait qu’ils représentent les pays les plus grands et les plus peuplés du monde.

Menace contre le bloc occidental pro-Ukraine

Les nations européennes et les États-Unis ont observé le sommet et les tentatives de la Russie de détourner le soutien de leur front uni en faveur de l’Ukraine.

En juin, les dirigeants africains d’Égypte, d’Afrique du Sud, de Zambie, de la République du Congo et du Sénégal se sont rendus à Kiev et ont présenté leur plan de paix qui prévoit une « cessation immédiate des hostilités » et le début des négociations.

Les dirigeants ukrainiens ont répété que le pays ne négocierait aucun accord de paix avec la Russie tant que les puissances de Moscou n’auraient pas quitté les territoires occupés du pays et que l’Ukraine n’aurait pas repris le contrôle de ses frontières internationalement reconnues.

Laisser un commentaire

quatre × 1 =