A Long March-5 rocket, carrying the Chang

Jean Delaunay

La Chine envoie une sonde lunaire pour collecter des échantillons sur la face cachée de la Lune

La Chine a envoyé la sonde lunaire Chang’e-6 sur la face cachée de la Lune où elle collectera des échantillons à retourner sur Terre.

La Chine a lancé une sonde lunaire pour atterrir sur la face cachée de la Lune et revenir avec des échantillons de la région la moins explorée.

La fusée transportant la sonde lunaire Chang’e-6, du nom de la mythique déesse chinoise de la lune, a décollé vendredi comme prévu depuis le centre de lancement de Wenchang.

La sonde lunaire s’est séparée de la plus grosse fusée chinoise, la Longue Marche-5, environ 35 minutes plus tard, sous les applaudissements des techniciens au sol.

Le commandant de la mission de lancement, Zhang Zuosheng, est monté sur un podium à l’avant de la salle et a déclaré que le lancement s’était déroulé exactement comme prévu et que le vaisseau spatial était sur sa trajectoire définie.

« Je déclare que cette mission de lancement est un succès complet », a déclaré Zhang.

Un grand nombre de personnes se sont rassemblées sur les plages de Hainan pour assister au lancement, qui a lieu au milieu des cinq jours de vacances du 1er mai en Chine. L’événement a été retransmis en direct à la télévision.

La Chine prévoit de futures missions spatiales

La Chine espère envoyer des astronautes sur la Lune d’ici 2030 alors qu’elle poursuit son programme d’exploration spatiale pour concurrencer les États-Unis.

Trois missions chinoises de sonde lunaire sont prévues au cours des quatre prochaines années.

La Chine a renvoyé des échantillons de la face visible de la Lune en 2020 pour la première fois depuis le programme américain Apollo qui s’est terminé dans les années 1970. L’analyse des échantillons a révélé qu’ils contenaient de l’eau sous forme de minuscules billes incrustées dans la saleté lunaire.

La semaine dernière également, trois astronautes chinois sont rentrés chez eux après une mission de six mois sur la station spatiale en orbite du pays après l’arrivée de son équipage de remplacement.

La Chine a été exclue de la Station spatiale internationale en raison des inquiétudes américaines concernant le contrôle de l’armée chinoise sur son programme spatial.

Face à ces limitations, la Chine a élargi sa coopération avec d’autres pays et agences.

La dernière mission transporte des instruments scientifiques de France, d’Italie et de l’Agence spatiale européenne en coopération avec la Suède. Un petit satellite pakistanais est également à bord.

Laisser un commentaire

trois × 2 =