China is probing pork products coming from the European Union.

Jean Delaunay

La Chine enquête sur les produits porcins de l’UE en prélude aux représailles contre les droits de douane sur les véhicules électriques

La Commission européenne devrait augmenter les tarifs sur les véhicules électriques fabriqués en Chine dès le 5 juillet.

Le ministère chinois du Commerce a lancé une « enquête antidumping » sur les importations de « porc et sous-produits du porc concernés » en provenance de l’Union européenne, une décision qui ouvre la voie à des restrictions commerciales sur un secteur sensible pour le bloc.

L’enquête a été déclenchée par une plainte déposée par le China Animal Husbandry Group, une entreprise publique spécialisée dans l’élevage d’animaux.

L’annonce de lundi est considérée comme un prélude à des représailles aux prochains droits de douane de l’UE sur les véhicules électriques à batterie (BEV) fabriqués en Chine, soupçonnés d’être fortement subventionnés et vendus à des prix artificiellement bas.

La Commission européenne a annoncé la semaine dernière qu’elle imposerait des droits de douane supplémentaires sur ces produits le 5 juillet à moins que Pékin ne propose des solutions pour garantir une concurrence loyale. Les droits proposés s’échelonneraient entre 17,4 % et 38,1 % et s’ajouteraient aux 10 % existants.

La décision préliminaire de la Commission reposait sur des conclusions préjudiciables montrant l’ampleur du recours par Pékin aux aides d’État pour augmenter sa production de BEV. Des subventions ont été trouvées « tout au long de la chaîne d’approvisionnement » et ont impliqué tous les niveaux de gouvernement, ont indiqué des responsables.

Avant même que les droits de douane ne soient annoncés, Bruxelles était en état d’alerte face à d’éventuelles représailles de la part de la Chine, qui a tendance à imposer des restrictions du tac au tac lorsque les alliés occidentaux sont confrontés à ses pratiques commerciales déloyales de longue date.

La demande croissante des consommateurs pour les BEV, leur importance stratégique dans la transition climatique et les tensions géopolitiques persistantes ont encore accru les enjeux, faisant de l’enquête de la Commission l’une des plus importantes du genre.

Le ministère chinois du Commerce a dénoncé l’enquête de l’UE comme un « acte protectionniste pur et simple » qui « a artificiellement construit et exagéré les soi-disant subventions ». Il s’est également engagé à « prendre résolument toutes les mesures nécessaires pour défendre fermement les droits et intérêts légitimes des entreprises chinoises », des propos qui laissent entendre que des représailles seront bientôt à venir.

L’aviation et l’agriculture étaient considérées comme les cibles les plus probables. La période d’enquête de l’enquête chinoise sur la viande porcine de l’UE, de janvier 2020 à décembre 2023, est pratiquement identique à celle de l’enquête de l’UE sur les BEV fabriqués en Chine.

La Commission « suivra de très près la procédure en coordination avec l’industrie européenne et nos États membres » et « interviendra de manière appropriée pour garantir que l’enquête soit pleinement conforme à toutes les règles pertinentes de l’Organisation mondiale du commerce », a déclaré lundi un porte-parole de la Commission, en réaction à la décision. nouvelles.

À la question de savoir si l’exécutif craignait que le montant des subventions injectées dans le secteur agricole de l’UE ne renforce la position chinoise, le porte-parole a répondu que ce n’était pas le cas car « toutes les subventions ne sont pas identiques ».

« Toutes les subventions accordées dans le cadre de la politique agricole commune ou de tout autre domaine politique de l’Union européenne sont strictement conformes à nos obligations dans le cadre de l’OMC », a-t-il ajouté.

L’UE est le plus grand exportateur mondial de porc et de sous-produits du porc, dont la plupart sont destinés à l’Asie de l’Est, en particulier à la Chine.

Dans un communiqué, l’association des agriculteurs du bloc COPA-COCEGA a nié que le secteur de la viande porcine se livre à des pratiques antidumping et a déclaré que l’Espagne, les Pays-Bas, le Danemark, l’Allemagne et la Belgique seraient les plus durement touchés par les représailles chinoises.

« Nous nous retrouvons une fois de plus entre les feux croisés des différends commerciaux concernant d’autres secteurs », a déclaré un porte-parole de la COPA-COGEGA. « Ce n’est évidemment pas acceptable pour nous. »

Laisser un commentaire

7 − deux =