La capitale indienne souffre "apocalypse aérienne" alors que le smog descend sur New Delhi

Jean Delaunay

La capitale indienne souffre "apocalypse aérienne" alors que le smog descend sur New Delhi

« La pollution est une urgence », a déclaré Gopal Rai, ministre de l’Environnement de Delhi, une zone qui comprend la capitale et sa région, une mégalopole en pleine expansion de 30 millions d’habitants.

New Delhi est régulièrement classée parmi les pires capitales du monde en termes de qualité de l’air. Une véritable « Air-pocalypse », selon M. Rai.

En hiver à Delhi, le niveau de PM 2,5 – microparticules cancérigènes qui pénètrent dans les poumons et le sang – est souvent plus de 30 fois supérieur au niveau maximum fixé par l’Organisation mondiale de la santé (OMS).

La pollution réduit l’espérance de vie d’un habitant de Delhi de 11,9 ans en moyenne, et de cinq ans pour les Indiens en général, selon un rapport publié en août par l’Energy Policy Institute de l’Université de Chicago.

Pour résoudre ce problème vieux de plusieurs décennies, un centre de coordination de haute technologie a été ouvert en octobre. Là, 17 experts surveillent en temps réel les tendances de la pollution sur des écrans géants, à l’aide d’images satellite de la NASA et de mises à jour de l’indice de qualité de l’air mesuré par des capteurs.

Baptisé « Green War Room », le centre est une plateforme de coordination liée à 28 agences gouvernementales.

Laisser un commentaire

onze + 12 =