FILE- This is an undated photo of Shamima Begum.

Jean Delaunay

L’« épouse de l’État islamique » perd son appel contre la suppression de sa citoyenneté britannique

La Britannique Shamima Begum, qui s’est rendue en Syrie lorsqu’elle était adolescente pour rejoindre le groupe État islamique, a perdu sa citoyenneté en 2019 peu après avoir fait surface dans un camp de réfugiés syriens.

Une femme qui s’était rendue en Syrie alors qu’elle était adolescente pour rejoindre le groupe État islamique a perdu vendredi son appel contre la décision du gouvernement britannique de lui révoquer sa citoyenneté britannique.

Shamima Begum, aujourd’hui âgée de 24 ans, en avait 15 lorsqu’elle et deux autres filles ont fui Londres en février 2015 pour rejoindre le groupe jihadiste au moment où son programme de recrutement en ligne attirait de nombreux jeunes impressionnables vers son califat autoproclamé.

Begum a épousé un Néerlandais combattant pour l’État islamique et a eu trois enfants, tous décédés.

Les autorités lui ont retiré la citoyenneté britannique en 2019, peu après qu’elle ait fait surface dans un camp de réfugiés syriens, où elle se trouve depuis. L’année dernière, Begum a perdu son appel contre la décision de la Commission spéciale d’appel en matière d’immigration, un tribunal qui entend les contestations des décisions visant à retirer la citoyenneté britannique à quelqu’un pour des raisons de sécurité nationale.

Ses avocats ont de nouveau tenté d’annuler cette décision devant la Cour d’appel, le ministère de l’Intérieur britannique s’étant opposé à cette contestation.

Les juges ont rejeté son dossier.

En rendant son jugement, la juge en chef Sue Carr a déclaré que le tribunal n’était pas chargé de décider si la décision de priver Begum de sa citoyenneté britannique était « dure » ou si elle était « l’auteur de son propre malheur », et que son travail consistait à évaluer si la décision de retirer à Begum sa citoyenneté était illégale.

« Comme ce n’est pas le cas, l’appel de Mme Begum est rejeté », a ajouté le juge.

L’avocat de Begum a indiqué qu’un nouveau défi était à l’ordre du jour.

« Je pense que la seule chose que nous pouvons vraiment dire avec certitude, c’est que nous allons continuer à nous battre », a déclaré Daniel Furner devant la Cour royale de justice.

Laisser un commentaire

un × deux =