"J'avais peur" Les œuvres d'artistes iraniens censurées par une galerie suédoise

Jean Delaunay

« J’avais peur » Les œuvres d’artistes iraniens censurées par une galerie suédoise

L’exposition « Béton » de Sadaf Ahmadi a été saluée lors de sa présentation en France. Pourquoi ne sera-t-il pas pleinement exposé à Borås ?

La prochaine exposition de l’artiste iranien Sadaf Ahmadi au Kulturhuset à Borås, en Suède, a été censurée par la galerie, affirme l’artiste.

Ahmadi est née à Téhéran, mais a déménagé à Borås où elle a travaillé comme cinéaste et artiste. Ému par les manifestations qui ont suivi la mort de Mahsa Amini, une femme de 22 ans arrêtée par la police iranienne pour ne pas avoir porté le hijab selon les normes gouvernementales, Ahmadi a créé « Concrete ».

L’exposition innovante présente des portraits de personnes tuées par l’État iranien. Les portraits sont recouverts de béton et Ahmadi demande aux visiteurs de briser le béton pour révéler les histoires cachées du peuple iranien tragiquement perdu.

Sadaf Ahmadi
Les portraits

Parallèlement aux portraits, « Concrete » présente également une exposition itinérante de 10 têtes voilées, suspendues à des cordes comme des fantômes. À côté des portraits, les têtes provoquent un sentiment obsédant de vies dissimulées et finalement perdues.

« Concrete » a été exposé pour la première fois en mars à La Maison des Chapitres à Forcalquier, en France. Une autre exposition a suivi à l’Espace des Blancs Manteaux de Paris. Les deux ont été bien accueillis et se sont déroulés sans incident.

Le succès de « Concrete » a conduit Ida Burén, responsable de la culture et de l’administration de Borås, à présenter l’exposition au centre culturel de la ville, Kulturhuset.

L’exposition, qui devait commencer ce mois-ci, a été contactée plus tôt cette semaine par le conservateur de la galerie, affirmant que l’organisation de l’exposition poserait des problèmes de sécurité.

Les inquiétudes concernaient les sculptures suspendues qui devaient se trouver à l’entrée du Kulturhuset. Le conservateur était préoccupé par « l’image du motif religieux de l’œuvre dont le spectateur peut être proche et/ou associé à d’autres actions religieuses telles que les brûlages continus du Coran, ainsi que par l’image de risque accru et le niveau de sécurité accru qui s’appliquent en Suède », ont-ils écrit. à Ahmadi.

Après avoir contacté l’Administration culturelle de la ville, la galerie a conclu qu’« il aurait fallu augmenter considérablement le niveau de sécurité dans le Centre culturel en faisant intervenir des gardes pendant les heures d’ouverture, en organisant des patrouilles de nuit pour éviter le vandalisme, etc. »

Ahmadi dit que la galerie était également préoccupée par les réactions des partisans d’extrême droite suédois.

Sadaf Ahmadi
Les têtes suspendues

« J’étais choqué. J’ai encore eu peur », raconte Ahmadi. Culture L’Observatoire de l’Europe. « Il m’est arrivé la même chose qu’en Iran. » Même après avoir changé d’identité et quitté l’Iran, elle raconte comment l’expérience de la censure dans le pays l’a amenée à commencer à « se censurer ».

« Être censuré, c’est comme élever un bébé pendant neuf mois. Et quand vous donnez naissance à ce bébé, le bébé est tué par un médecin. Et vous ne pouvez rien faire d’autre », dit Ahmadi.

Lorsqu’elle a déménagé en Suède en 2020, elle pensait être enfin libre de parler et de créer. « Béton » en est le résultat. « Le béton est quelque chose qui, symboliquement et en réalité, recouvre tout dans le régime islamique », dit Ahmadi.

Sadaf Ahmadi
Ahmadi devant son exposition

Le Kulturhuset a proposé de continuer à montrer « Concrete », mais au lieu de placer les têtes voilées pendantes dans l’entrée, de le déplacer dans un petit théâtre à boîte noire au sous-sol. Ahmadi ne s’est vu proposer cela qu’après que « nous ayons fait une puanteur d’être censuré », explique son manager, Basil Glew-Galloway.

« Cela fait mal parce que cette installation est censée être ouverte », dit Ahmadi, soulignant également le travail déjà effectué avec les ingénieurs pour concevoir l’installation de l’espace d’exposition d’origine.

Ahmadi insiste sur le fait que son travail, en particulier les têtes voilées pendantes, ne constitue pas une critique de l’Islam dans son intégralité, mais de la République islamique d’Iran. « Tous ceux que je connais en Iran et qui se croient musulmans, cela ne les empêche pas d’être eux-mêmes et de désirer leurs libertés. »

Voir cette publication sur Instagram

Un post partagé par @sadafarin

Les troubles civils qui ont suivi la mort de Mahsa Amini montrent le côté de la société iranienne qui s’oppose à la censure du gouvernement et à l’application de lois telles que celles concernant le hijab. « J’ai utilisé le béton pour montrer la lourdeur des règles et de toutes ces obligations que je devais avoir, en tant que petite fille de neuf ans, et qui m’accompagneraient toute ma vie. »

Ahmadi souligne une phrase récurrente tout au long des manifestations. « La liberté est une pratique quotidienne. » Bien qu’Ahmadi ait intégré cette phrase dans son art, l’ironie de la censure qui la suit en Suède ne lui échappe pas.

Laisser un commentaire

8 + 19 =