The International Booker prize shortlist for 2024.

Jean Delaunay

International Booker Prize 2024 : annonce de la liste restreinte

Six livres couvrant six langues, six pays et trois continents se disputent le plus grand prix littéraire international en langues de cette année.

La liste des finalistes de l’International Booker Prize est enfin là, célébrant certaines des meilleures œuvres littéraires écrites à l’origine dans une langue autre que l’anglais.

Les candidats de cette année représentent six langues (néerlandais, allemand, coréen, portugais, espagnol et suédois) dans six pays (Argentine, Brésil, Allemagne, Pays-Bas, Corée du Sud et Suède) et trois continents (Asie, Europe et Amérique du Sud).

Parmi eux figurent Jenny Epenbeck, la première auteure allemande à être sélectionnée depuis 2020, pour son roman « Kairos », et l’auteur portugais Itamar Vieira junior, pour son premier roman « Crooked Plough ».

L’Argentine est représentée pour la quatrième fois au cours des cinq dernières années avec « Not a River » de Selva Almada, et c’est également la troisième année qu’un auteur sud-coréen est présélectionné ; Hwang Sok-yong, 81 ans, pour son neuvième roman traduit en anglais : « Mater 2-10 ».

Sélectionnés parmi une longue liste de 13 titres annoncés en mars, les six derniers ont été choisis par un jury de 2024, présidé par l’écrivain et diffuseur Eleanor Wachte.

Les juges comprennent la poétesse primée Natalie Diaz ; le romancier présélectionné pour le Booker Prize, Romesh Gunesekera ; l’artiste visuel William Kentridge et l’écrivain, éditeur et traducteur Aaron Robertson.

« Notre liste restreinte, bien qu’implicitement optimiste, s’intéresse aux réalités actuelles du racisme et de l’oppression, de la violence mondiale et du désastre écologique », a déclaré Wachtel dans un communiqué.

« De l’évocation économique de Selva Almada sur les appréhensions et le danger dans un coin reculé de l’Argentine, « Pas une rivière », à « Kairos », le drame intense et riche de Jenny Erpenbeck sur l’enchevêtrement des transformations personnelles et nationales au cours des dernières années de l’Allemagne de l’Est, les mots ont le pouvoir d’établir des liens et d’habiter d’autres sensibilités – d’éclairer », a-t-elle poursuivi.

« Les livres jettent un regard médico-légal sur les familles et les sociétés divisées, revisitant des passés à la fois récents et lointains pour aider à donner un sens au présent », a ajouté Fiammetta Rocco, administratrice de l’International Booker Prize.

Le prix récompense le travail essentiel des traducteurs, en offrant un prix de 50 000 £ (58 362 €) réparti à parts égales entre l’auteur gagnant et son(ses) traducteur(s). Chacun des nominés présélectionnés qui ne gagnera pas recevra quand même 2 500 £ (2 918 €) chacun.

La liste complète des finalistes :

« Pas une rivière » de Selva Almada, traduit de l’espagnol par Annie McDermott

« Pas une rivière » de Selva Almada, traduit de l'espagnol par Annie McDermott
« Pas une rivière » de Selva Almada, traduit de l’espagnol par Annie McDermott

Trois hommes partent en voyage de pêche, à la suite d’un incident tragique survenu au même endroit des années plus tôt. Alors que la journée avance, une chose étrange et choquante se produit qui oblige les amis à affronter les traumatismes du passé ; une histoire imprégnée de thèmes de culpabilité, de désir et de masculinité contre un sentiment de malheur.

« ‘Not A River’ se déplace comme l’eau, dans des courants de rêve et des chevauchements de temps qui façonnent les histoires et les souvenirs de ses protagonistes », a déclaré le jury Booker.

« Kairos » de Jenny Erpenbeck, traduit de l’allemand par Michael Hofmann

« Kairos » de Jenny Erpenbeck, traduit de l'allemand par Michael Hofmann
« Kairos » de Jenny Erpenbeck, traduit de l’allemand par Michael Hofmann

Une histoire d’amour tumultueuse racontée sur fond de Berlin de 1986, une jeune femme rencontre un homme marié plus âgé dans un bus. Ils entament une liaison intense et passionnée – jusqu’à ce qu’elle couche avec quelqu’un d’autre pendant une nuit, les fissures émotionnelles qui en résultent font écho à l’effondrement de l’Allemagne de l’Est.

« Kairos est une enquête philosophique vivifiante sur le temps, les choix et les forces de l’histoire », a déclaré le jury Booker.

« Les détails » de Ia Genberg, traduit du suédois par Kira Josefsson

« Les détails » de Ia Genberg, traduit du suédois par Kira Josefsson
« Les détails » de Ia Genberg, traduit du suédois par Kira Josefsson

Genberg a commencé à écrire ce livre au moment même où la pandémie de Covid-19 commençait en 2020, les angoisses tourbillonnantes et l’isolement imminent suscitant une vague d’émotions qui se tissent tout au long de cette histoire.

Dans un état de fièvre, une animatrice est consumée par la perte, l’amour et le désir alors qu’elle navigue dans les connexions passées et présentes. « Ia Genberg écrit avec un œil remarquablement aiguisé sur une série de relations désordonnées entre amis, famille et amants », a déclaré le jury du Booker.

« Mater 2-10 » de Hwang Sok-yong, traduit du coréen par Sora Kim-Russell et Youngjae Josephine Bae

« Mater 2-10 » de Hwang Sok-yong, traduit du coréen par Sora Kim-Russell et Youngjae Josephine Bae
« Mater 2-10 » de Hwang Sok-yong, traduit du coréen par Sora Kim-Russell et Youngjae Josephine Bae

Représentation vivante de la vie des Coréens ordinaires de la classe ouvrière, Hwang Sok-yong nous emmène dans un voyage à travers une histoire culturelle complexe ; « depuis l’ère coloniale japonaise, jusqu’à la Libération, et jusqu’au XXIe siècle », a déclaré le jury Booker.

« Ce à quoi je préfère ne pas penser » de Jente Posthuma, traduit du néerlandais par Sarah Timmer Harvey

« Ce à quoi je préfère ne pas penser » de Jente Posthuma, traduit du néerlandais par Sarah Timmer Harvey
« Ce à quoi je préfère ne pas penser » de Jente Posthuma, traduit du néerlandais par Sarah Timmer Harvey

« Une exploration profondément émouvante du deuil et de l’identité à travers la vie de jumeaux, dont l’un se suicide », a déclaré le jury Booker.

Au cœur du roman d’Harvey se trouve une question simple : que feriez-vous si vous étiez jumeau et perdiez votre autre moitié ? Un concept qui fait sombrer l’âme et qui médite sur le suicide et la recherche d’un nouveau soi par la suite.

« Crooked Plough » d’Itamar Vieira Junior, traduit du portugais par Johnny Lorenz

« Crooked Plough » d'Itamar Vieira Junior, traduit du portugais par Johnny Lorenz
« Crooked Plough » d’Itamar Vieira Junior, traduit du portugais par Johnny Lorenz

L’histoire de deux sœurs brésiliennes, Bibiana et Belonisía, qui héritent d’un ancien couteau qui les lie pour toujours.

« Une histoire douloureuse mais tendre sur nos origines de la violence, sur la façon dont nous passons notre vie à essayer d’en faire naître l’amour et l’attention, et sur le langage et le silence dont nous avons besoin pour alimenter nos soins », a déclaré le jury Booker.

La cérémonie de l’International Booker Prize 2024 aura lieu le 21 mai à la Tate Modern de Londres.

Laisser un commentaire

douze + deux =