Intenses bombardements russes dans l’est de l’Ukraine

Jean Delaunay

Intenses bombardements russes dans l’est de l’Ukraine

Des bombardements russes intenses ont eu lieu toute la nuit dans l’est et le sud de l’Ukraine, alors que la ville d’Izioum, près de la ligne de front, se prépare pour l’hiver.

Au 618e jour de la guerre en Ukraine, le nombre de morts civiles signalé par les Nations Unies a atteint plus de 9 900. Ce chiffre n’inclut pas les centaines de milliers de morts parmi les troupes ukrainiennes et russes.

Tôt vendredi matin, des sirènes de raid aérien ont retenti dans plusieurs régions ukrainiennes, de Kharkiv à l’est à Lviv à l’ouest. Les bombardements généraux russes continuent de frapper l’est et le sud du pays.

Le ministère russe de la Défense affirme qu’il utilise des avions d’assaut Su-25 pour lancer des frappes aériennes avec des missiles sur des installations militaires et des troupes ukrainiennes dans la région orientale de Donetsk.

À Kharkiv, les autorités locales ont signalé la présence d’au moins 10 drones ; l’un d’eux a explosé dans un atelier de réparation automobile local. Le bâtiment n’était pas habité mais, selon les médias locaux, il y avait un refuge à proximité pour les personnes ayant fui les territoires occupés par la Russie. Aucun blessé n’a été signalé.

Le gouverneur régional de Kherson, Oleksandr Prokoudine, a décrit dans un télégramme une « nuit d’enfer à Stanislav ». Il a indiqué qu’il y avait eu plus de 40 tirs sur le village et que deux personnes avaient été tuées, dont une femme âgée.

Pendant ce temps, le président ukrainien Volodymyr Zelenskyy a déclaré que les troupes russes avaient subi de lourdes pertes lors de leur assaut près de la ville de Vuhledar, dans l’est de l’Ukraine.

La bataille pour Avdiivka, une ville de la région de Donetsk, dure depuis des semaines ; mais les forces ukrainiennes et les analystes occidentaux affirment que la Russie y perd beaucoup de soldats et de véhicules sans succès significatif, faisant d’Avdiivvka un « second Bakhmut ».

Les Ukrainiens se préparent désormais pour l’hiver prochain. On craint que la Russie ne cible les infrastructures ukrainiennes comme elle l’a fait l’hiver dernier.

La ville d’Izioum, dans la région de Kharkiv, précédemment occupée, a reçu 170 poêles livrés par des représentants du Conseil norvégien pour les réfugiés en prévision de l’hiver. Izioum se trouve à seulement 50 km de la ligne de front et a été récemment bombardée. En cas de dégâts sur le réseau de gaz, ces poêles seront une bouée de sauvetage pour l’hiver à venir.

Laisser un commentaire

5 + dix-neuf =