A Palestinian boy who was killed after his entire familiy were killed in a Israeli airstrike.

Jean Delaunay

« Immense souffrance » : le vice-président américain appelle au cessez-le-feu à Gaza

Kamala Harris a déclaré qu’une pause dans les combats entre Israël et le Hamas permettrait de « faire sortir les otages » et d’apporter « une aide importante » à l’enclave palestinienne.

La vice-présidente américaine Kamala Harris accueille lundi à Washington un membre du cabinet israélien en temps de guerre.

Benny Gantz, centriste, va s’asseoir avec plusieurs hauts responsables du gouvernement américain, au mépris du Premier ministre israélien Benjamin Netanyahu, qui n’a pas autorisé le voyage.

Un responsable du parti d’extrême droite Likoud de Netanyahu a déclaré que le Premier ministre israélien avait eu des « discussions difficiles » avec Gantz à propos de cette visite, soulignant les fissures croissantes au sein du cabinet israélien, près de six mois après le début de la guerre entre le pays et le Hamas.

Lors de sa rencontre avec Gantz, Harris envisage de faire pression en faveur d’un accord de cessez-le-feu temporaire qui permettrait la libération de certains otages toujours détenus par des militants palestiniens.

Israël a pour l’essentiel accepté l’accord, selon un haut responsable américain. C’est maintenant au Hamas de décider, ont-ils ajouté.

« Compte tenu de l’immense ampleur des souffrances à Gaza, il doit y avoir un cessez-le-feu immédiat pendant au moins les six prochaines semaines, ce qui est actuellement sur la table », a déclaré Harris dimanche. « Cela permettra de libérer les otages et d’obtenir une aide importante. »

Harris a poursuivi : « Cela nous permettrait de construire quelque chose de plus durable pour garantir la sécurité d’Israël et respecter le droit du peuple palestinien à la dignité, à la liberté et à l’autodétermination. »

Pour sa part, Gantz a l’intention de renforcer les liens avec les États-Unis, de renforcer le soutien à la guerre israélienne et de faire pression pour la libération des otages israéliens, selon un deuxième responsable israélien.

Les responsables ont parlé sous couvert d’anonymat parce qu’ils n’étaient pas autorisés à discuter publiquement des différends au sein du gouvernement israélien.

Ces réunions ont lieu au milieu des largages aériens d’aide américaine sur Gaza, quelques jours seulement après que des dizaines de Palestiniens ont été tués par balle alors qu’ils tentaient d’obtenir de la nourriture d’un convoi organisé par Israël.

Dimanche, Harris a appelé Israël à « faire davantage pour augmenter de manière significative le flux d’aide ».

« Pas d’excuses », dit-elle. «Ils doivent ouvrir de nouveaux postes frontaliers. Ils ne doivent pas imposer de restrictions inutiles à l’acheminement de l’aide.»

Laisser un commentaire

quatre × quatre =