Hermès surpasse ses concurrents du luxe dans un contexte de ralentissement du secteur

Milos Schmidt

Hermès surpasse ses concurrents du luxe dans un contexte de ralentissement du secteur

L’entreprise française surprend alors que l’incertitude économique mondiale pèse sur le segment de la mode de luxe.

Hermès a annoncé un chiffre d’affaires au troisième trimestre de 3,37 milliards d’euros, en hausse de 15,6%, dépassant les attentes des analystes.

Cette annonce intervient alors que les experts émettent des perspectives sombres sur le secteur du luxe, alors que les gens réduisent leurs dépenses en produits haut de gamme en raison de l’incertitude économique mondiale actuelle.

Pourtant, la maison de design française « parvient à défier les vents contraires économiques grâce à des hausses de prix qui ne semblent pas peser sur la demande des clients », a déclaré à L’Observatoire de l’Europe Victoria Scholar, responsable des investissements de la plateforme en ligne Interactive Investor.

En fait, le marché du luxe ne suit pas nécessairement la règle générale de la demande qui s’applique aux autres biens, selon laquelle les ventes totales diminuent à mesure que les prix augmentent. « L’attrait luxueux d’un sac Hermès, dont certains coûtent plus de 10 000 dollars (9 450 euros), ne semble s’améliorer qu’à mesure que les prix augmentent », a déclaré Scholar.

Cependant, toutes les entreprises du segment du luxe n’ont pas été à l’abri du ralentissement des conditions macroéconomiques.

Le groupe Kering, qui possède des marques telles que Gucci, Yves Saint Laurent (YSL) et Balenciaga, a fait état d’un chiffre d’affaires en baisse de 9 %, à 4,46 milliards d’euros, en deçà des attentes d’une baisse de 6 %.

Gucci, qui représente plus de la moitié des ventes annuelles de Kering, a vu ses ventes chuter de 7 %. Sous une nouvelle direction créative, le label star du groupe est en pleine refonte après une performance décevante ces deux dernières années.

Les vêtements exposés lors de la
Vêtements exposés lors de l’exposition « FORMES » au musée Yves Saint Laurent à Paris, le 8 juin.

Même les revenus des petites marques de Kering, qui ont connu une solide croissance ces derniers trimestres, ont également diminué entre juillet et août. Les ventes d’YSL et de Bottega Veneta ont baissé respectivement de 12 % et 7 %.

Ces dernières années, le groupe français a perdu du terrain face à des concurrents comme Dior et Louis Vuitton de LVMH, qui ont fortement rebondi après la pandémie.

LVMH, le plus grand groupe de luxe au monde et l’une des sociétés les plus valorisées d’Europe, a annoncé une hausse de 9 % de ses ventes de mode et de maroquinerie au troisième trimestre, inférieure aux 10 % prévus.

Les acheteurs en Europe et aux États-Unis réduisent leurs achats haut de gamme, tandis que les performances du secteur en Chine – un moteur de croissance clé – sont compliquées par le chômage record des jeunes et la crise immobilière.

Cela a eu un effet négatif sur le marché boursier français en général, en raison de sa dépendance à l’égard de l’industrie du luxe. La crise du secteur, couplée à la hausse des prix du pétrole, a vu Londres reprendre à Paris la première place de la place boursière la plus valorisée d’Europe la semaine dernière.

Laisser un commentaire

deux × trois =