Palestinians bury the bodies of people who were killed in fighting with Israel and returned to Gaza by the Israeli military, during a mass funeral in Rafah, Gaza on Tuesday

Jean Delaunay

Guerre Israël-Hamas : quelle est la position de la communauté internationale sur la fin du conflit ?

Les pays du Moyen-Orient et au-delà peinent à trouver un moyen de mettre un terme au conflit.

Les médiateurs américains et du Moyen-Orient ont semblé optimistes ces derniers jours quant à la conclusion d’un accord prévoyant un cessez-le-feu de deux mois à Gaza et la libération de plus de 100 otages détenus par le Hamas.

Mais mardi, le Premier ministre israélien Benjamin Netanyahu a rejeté les deux principales demandes du groupe militant, à savoir qu’Israël retire ses forces de Gaza et libère des milliers de prisonniers palestiniens – indiquant que le fossé entre les deux parties reste large.

La guerre a commencé avec l’attaque du Hamas contre Israël le 7 octobre, au cours de laquelle des militants ont tué quelque 1 200 personnes, pour la plupart des civils, et en ont enlevé environ 250. Près de la moitié des otages ont été libérés au cours d’un cessez-le-feu d’une semaine en novembre en échange de 240 prisonniers palestiniens.

L’offensive israélienne a tué plus de 26 700 Palestiniens, selon le ministère de la Santé de Gaza, dirigé par le Hamas, dont le décompte ne fait pas de distinction entre les civils et les combattants. Quelque 85 % des 2,3 millions d’habitants de Gaza ont fui leurs foyers et l’ONU affirme qu’un quart de la population meurt de faim.

Cela a également eu des répercussions dans toute la région, avec des groupes soutenus par l’Iran au Liban, en Syrie, en Irak et au Yémen, attaquant des cibles israéliennes et américaines en soutien aux Palestiniens, provoquant des représailles dans une spirale de représailles qui pourrait déclencher une conflagration régionale. .

Voici un aperçu de la position de chacune des parties quant à la fin du conflit :

Netanyahu d’Israël vise une « victoire totale »

Netanyahu a promis à plusieurs reprises de poursuivre la guerre jusqu’à ce qu’Israël détruise les capacités militaires et gouvernementales du Hamas et rende tous les otages, deux objectifs de plus en plus insaisissables dont beaucoup d’Israéliens craignent qu’ils s’excluent mutuellement.

S’exprimant mardi devant une académie religieuse pré-militaire en Cisjordanie occupée, il a déclaré : « nous ne retirerons pas l’armée israélienne de la bande de Gaza et nous ne libérerons pas des milliers de terroristes ».

Cela semblerait exclure tout accord avec le Hamas, mais cela pourrait aussi être une posture visant à renforcer la main d’Israël dans les pourparlers indirects en cours.

Netanyahu subit une pression croissante de la part des familles des otages et du grand public pour parvenir à un accord avec le Hamas afin de ramener les captifs chez eux. De nombreux Israéliens craignent que le temps presse.

Dans le même temps, sa coalition gouvernementale, qui comprend des ultranationalistes extrémistes opposés à un accord, pourrait s’effondrer s’il est perçu comme trop indulgent envers le Hamas.

L’armée israélienne n’a réussi à sauver qu’un seul otage, et le Hamas affirme que plusieurs ont été tués lors de frappes aériennes ou lors d’opérations de sauvetage ayant échoué. En décembre, les forces israéliennes ont tué par erreur trois otages qui s’étaient échappés et brandissaient un drapeau blanc.

Le Hamas veut la fin de la guerre

Le Hamas a refusé de libérer d’autres otages jusqu’à ce qu’Israël mette fin à son offensive et se retire de Gaza. Il affirme vouloir un accord plus large qui inclurait une trêve et une reconstruction à long terme.

Le plus haut dirigeant politique du groupe, Ismail Haniyeh, a déclaré mardi que sa priorité était le « retrait complet » des forces israéliennes de Gaza. Il a déclaré que tout accord devrait également conduire à la reconstruction, à la levée du blocus israélo-égyptien sur le territoire et à la libération de « tous nos prisonniers héroïques ».

Il est largement admis que le Hamas détient les otages dans des tunnels souterrains fortement gardés, l’armée et le gouvernement israéliens affirmant qu’ils les utilisent comme boucliers humains pour ses principaux dirigeants et comme monnaie d’échange pour la libération de milliers de prisonniers palestiniens. Parmi eux se trouvent des militants de premier plan impliqués dans des attaques qui ont tué des civils israéliens.

Si le Hamas libère les otages sans mettre fin à la guerre, il s’exposera à une attaque israélienne encore plus importante une fois le cessez-le-feu expiré. Ne pas parvenir à un échange majeur de prisonniers l’exposerait à d’intenses critiques de la part des Palestiniens après les morts et les destructions sans précédent dans la petite enclave côtière provoquées par l’attaque du 7 octobre.

D’un autre côté, si le Hamas obtenait un cessez-le-feu à long terme, le retrait des forces israéliennes et la libération de milliers de prisonniers, il serait considéré comme le vainqueur de la guerre, du moins par ses propres partisans.

Les médiateurs espèrent un juste milieu

Les États-Unis, qui ont fourni une aide militaire cruciale à l’offensive, soutiennent largement les objectifs d’Israël dans cette guerre. Il souhaite la libération de tous les otages et l’assurance que le Hamas ne pourra plus jamais commettre une attaque comme celle d’octobre.

Cependant, l’administration Biden a également tout intérêt à mettre un terme à une guerre qui a provoqué une instabilité régionale et divisé les électeurs démocrates au cours d’une année électorale.

Les pays arabes, dont les principaux médiateurs, l’Égypte et le Qatar, appellent à un cessez-le-feu depuis les premiers jours de la guerre, craignant une instabilité plus large.

Les médiateurs américains et arabes semblent rechercher un terrain d’entente dans lequel les otages seraient libérés par étapes sur une période de deux mois en échange de prisonniers palestiniens, une aide humanitaire plus désespérément nécessaire serait autorisée à entrer à Gaza et les forces israéliennes se retireraient partiellement.

Un répit de deux mois pourrait permettre de gagner du temps pour négocier un accord plus large visant à résoudre le conflit israélo-palestinien vieux de plusieurs décennies.

Les diplomates américains et arabes ont évoqué un éventuel grand accord dans lequel l’Arabie saoudite reconnaîtrait Israël et se joindrait à d’autres pays arabes et à l’Autorité palestinienne soutenue par l’Occident pour aider à reconstruire et gouverner Gaza, en échange d’une voie crédible vers la création d’un État palestinien. État aux côtés d’Israël.

Cela a toutefois été exclu tant par Netanyahu que par le Hamas.

Laisser un commentaire

9 + 7 =