A boy wears Russian insignia on his hat, 12 March 2022

Jean Delaunay

Guerre hybride : l’OTAN tire la sonnette d’alarme face à l’activité « hostile » de la Russie en Europe

L’alliance dirigée par les États-Unis s’est dite préoccupée par « l’activité hybride » de Moscou en Tchéquie, en Estonie, en Allemagne, en Lettonie, en Lituanie, en Pologne et au Royaume-Uni.

L’OTAN a émis un avertissement sévère concernant l’activité « hostile » de la Russie à travers l’Europe.

Dans un communiqué publié jeudi, l’alliance militaire composée de 32 membres s’est déclarée « profondément préoccupée par les récentes activités malveillantes » de Moscou, qu’elle considère comme une menace pour la sécurité occidentale.

Il évoque « la désinformation, le sabotage, les actes de violence, les interférences cybernétiques et électroniques… et d’autres opérations hybrides ».

La Tchéquie, l’Estonie, l’Allemagne, la Lettonie, la Lituanie, la Pologne et le Royaume-Uni ont tous été touchés, selon l’OTAN.

L’alliance militaire dirigée par les États-Unis a qualifié ces incidents de « partie d’une campagne d’activités de plus en plus intense que la Russie continue de mener dans la zone euro-atlantique, y compris sur le territoire de l’alliance et par l’intermédiaire de mandataires ».

« Nous soutenons et sommes solidaires des alliés concernés », a déclaré l’Otan dans son communiqué, condamnant « le comportement de la Russie ».

DOSSIER - Des chars se déplacent lors des exercices militaires Union Courage-2022 Russie-Biélorussie sur le terrain d'entraînement d'Obuz-Lesnovsky en Biélorussie, le 19 février 2022.
DOSSIER – Des chars se déplacent lors des exercices militaires Union Courage-2022 Russie-Biélorussie sur le terrain d’entraînement d’Obuz-Lesnovsky en Biélorussie, le 19 février 2022.

« Nous continuerons à renforcer notre résilience et à appliquer et améliorer les outils à notre disposition pour contrer et contester les actions hybrides russes et veillerons à ce que l’alliance et ses alliés soient prêts à dissuader et à se défendre contre les actions ou attaques hybrides. »

L’invasion à grande échelle de l’Ukraine par le président Vladimir Poutine en 2022 a déclenché les pires tensions entre la Russie et l’Occident de l’histoire récente, la plupart des capitales européennes et Washington soutenant fermement Kiev.

Les conséquences ont donné lieu à des discours enflammés et à des formes de guerre hybride, mêlant force militaire conventionnelle et activités économiques, politiques et sociales non conventionnelles.

S’adressant exclusivement à L’Observatoire de l’Europe en septembre, le ministre estonien des Affaires étrangères, Margus Tsahkna, a mis en garde contre l’envoi de migrants par Moscou. à travers leur frontière longue de 300 kilomètres dans le cadre d’une forme d’attaque hybride.

Les pays baltes ont averti à plusieurs reprises que Moscou brouille intentionnellement les systèmes de navigation GPS dans leur région, provoquant ainsi d’importantes perturbations dans le transport aérien.

L’OTAN a promis dans sa déclaration de jeudi que les États membres ne seraient pas dissuadés de fournir à l’Ukraine l’assistance militaire et financière indispensable dans sa lutte contre l’armée russe.

La déclaration des alliances intervient alors que le nombre d’accusations et d’enquêtes sur des individus prétendument liés à Moscou augmente.

Un capitaine de l’armée allemande a admis avoir espionné pour le compte de la Russie et divulgué des secrets d’État devant un tribunal de Düsseldorf, dans l’ouest du pays, en avril. Pendant ce temps, un Britannique a été accusé de travailler pour le groupe de mercenaires russes Wagner.

Fin avril, un citoyen russe a été arrêté pour le meurtre de deux Ukrainiens dans un centre commercial du village de Murnau en Haute-Bavière. L’enquête est en cours, les autorités déclarant qu’un mobile politique pour le meurtre « ne peut être exclu à ce stade ».

Ces cas ne représentent toutefois que la pointe de l’iceberg.

Le Parlement européen a déclaré en mars qu’il « étudiait » affirme que les députés européens ont été payés pour diffuser de la propagande russe.

Les législateurs européens ont publié une résolution dénonçant fermement de tels efforts en avril, à la suite de plusieurs révélations sur ce que le Parlement a qualifié de « tentatives soutenues par le Kremlin d’interférer et de saper les processus démocratiques européens ».

« De telles tactiques, disent-ils, doivent avoir des conséquences », a-t-il déclaré dans un communiqué publié le 25 avril.

Laisser un commentaire

cinq × 4 =