Guerre d'Ukraine: la fureur du Kremlin alors que les commandants d'Azovstal reviennent en Ukraine depuis la Turquie

Jean Delaunay

Guerre d’Ukraine: la fureur du Kremlin alors que les commandants d’Azovstal reviennent en Ukraine depuis la Turquie

Tous les derniers développements de la guerre en Ukraine.

Le Kremlin a fustigé samedi le rapatriement par le président ukrainien Volodymyr Zelensky de plusieurs commandants ukrainiens qui devaient rester en Turquie jusqu’à la fin du conflit, à la suite d’un accord entre Moscou et Kiev.

La présidence ukrainienne a confirmé avoir obtenu le retour de ces membres du régiment Azov, détestés en Russie, après « négociations avec la partie turque ». Ils ont été accueillis à l’aéroport d’Istanbul par le président Zelenskyy, en visite en Turquie.

Il n’y a eu aucune explication officielle immédiate d’Ankara ou de Kiev sur les raisons pour lesquelles ils ont été autorisés à retourner en Ukraine.

« Le retour des dirigeants des Azovites de Turquie en Ukraine n’est rien de plus qu’une violation directe des termes des accords existants. De plus, dans ce cas, les termes ont été violés à la fois par la partie ukrainienne et la partie turque », a déclaré Le porte-parole du Kremlin, Dmitri Peskov.

Selon lui, l’Ukraine et la Turquie ont violé les termes de cet accord, qui stipulait que ces hommes resteraient en Turquie jusqu’à la fin du conflit.

Peskov a lié ce retour à « l’échec de la contre-offensive ukrainienne » menée depuis début juin et à la volonté d’Ankara d’afficher sa « solidarité » en vue du sommet de l’Otan à Vilnius les 11 et 12 juillet.

« Les préparatifs du sommet de l’OTAN sont en cours et, bien sûr, il y a eu beaucoup de pression sur la Turquie », a-t-il déclaré.

L’aciérie tentaculaire d’Azovstal était le dernier bastion de la résistance alors que les forces russes prenaient le contrôle de la ville portuaire de Marioupol. Ses défenseurs sont devenus célèbres parmi les Ukrainiens pour avoir tenu pendant des mois dans des conditions misérables dans les tunnels et les couloirs de l’usine.

Les plus de 2 000 défenseurs d’Azovstal ont quitté l’aciérie à la mi-mai 2022 et ont été emmenés en captivité russe. Les cinq dirigeants, dont certains faisaient partie du régiment de la garde nationale d’Azov que la Russie dénonce comme néo-nazi, ont été libérés lors d’un échange de prisonniers en septembre et emmenés en Turquie.

Biden se dirige vers le sommet de l’OTAN alors que les tensions liées aux bombes à fragmentation se poursuivent

Le président Joe Biden part dimanche pour l’Europe où il passera du temps dans trois nations tendant à des alliances qui ont été mises à l’épreuve par l’invasion de l’Ukraine par la Russie.

Arrivé de nuit à Londres, Biden rencontrera le lendemain le roi Charles III pour la première fois depuis son couronnement. Vient ensuite la pièce maîtresse du voyage, le sommet de l’OTAN à Vilnius, en Lituanie. Les dirigeants de l’Alliance débattront de la guerre et réviseront les plans pour faire face à l’agression russe.

La dernière étape est à Helsinki, où Biden devrait célébrer jeudi l’expansion de l’alliance, avec la Finlande comme nouveau membre de l’OTAN.

Son conseiller à la sécurité nationale, Jake Sullivan, a déclaré que le voyage « mettrait en valeur le leadership du président sur la scène mondiale ».

Biden passera deux jours dans la capitale lituanienne, qui accueille le sommet annuel de l’OTAN. Il participera à des réunions avec des dirigeants et prononcera un discours depuis l’Université de Vilnius.

L’alliance a été revigorée par la guerre en Ukraine, et les membres ont déversé du matériel militaire dans le pays pour aider à repousser l’invasion russe.

Biden a défendu vendredi ce qu’il a qualifié de « décision difficile » à fournir à l’Ukraine, une décision qui, selon son administration, était la clé du combat et étayée par la promesse de l’Ukraine d’utiliser avec précaution les bombes controversées. Biden sera probablement confronté à des questions d’alliés sur les raisons pour lesquelles les États-Unis enverraient une arme en Ukraine que plus des deux tiers des membres de l’OTAN ont interdite, car elle a fait de nombreuses victimes civiles.

Pour le secrétaire général Jens Stoltenberg, le sommet « enverra un message clair : l’OTAN reste unie et l’agression de la Russie ne paiera pas ».

Mais l’OTAN a également eu du mal à combler les divisions sur des questions importantes. La Finlande a été accueillie dans l’alliance cette année, mais l’adhésion de la Suède a été freinée par la Turquie et la Hongrie.

Il existe également des désaccords sur la rapidité avec laquelle inviter l’Ukraine à rejoindre l’OTAN.

Les pays du flanc oriental de l’OTAN veulent agir rapidement, y voyant un moyen de dissuader l’agression russe. Les États-Unis et d’autres préconisent une approche plus prudente.

Une question a déjà été réglée, du moins pour le moment. Le mandat de Stoltenberg a été prolongé d’un an parce que les membres n’ont pas pu s’entendre sur un nouveau chef.

Le sénateur républicain de Caroline du Nord, Thom Tillis, qui assistera au sommet, a comparé l’alliance à un rassemblement de dizaines de membres de la famille qui se chamaillent et s’affrontent mais restent néanmoins unis.

« En fin de compte, vous savez que vous faites partie de la famille », a déclaré Tillis.

Tillis dirige une délégation bipartite avec la sénatrice démocrate du New Hampshire Jeanne Shaheen, qui a déclaré que l’OTAN est plus puissante qu’auparavant.

« C’est l’alliance militaire la plus forte de notre histoire, et je pense qu’elle ne s’est renforcée que grâce au leadership américain, au leadership de Stoltenberg et à la suite de la menace de Vladimir Poutine contre tous les alliés de l’OTAN et d’autres pays. en Europe et dans le monde et à l’ordre international », a-t-elle déclaré.

Après deux nuits à Vilnius, Biden se rend à Helsinki. L’arrêt est un peu un tour d’honneur, mais pourrait aussi être un rappel d’un travail inachevé.

Le pays nordique est devenu en avril le 31e membre de l’OTAN, mettant fin à son histoire de non-alignement et démontrant comment l’invasion de l’Ukraine par la Russie s’est retournée contre l’Europe.

La Finlande était censée rejoindre aux côtés de son voisin la Suède, dont l’admission est bloquée à cause de la Turquie et de la Hongrie. L’OTAN a besoin du consentement unanime de tous ses membres pour s’étendre.

Le Premier ministre suédois Ulf Kristersson s’est rendu mercredi à la Maison Blanche et a rencontré Biden pour maintenir la pression en faveur de l’adhésion. Mais il y a peu d’espoir que le problème soit résolu à Vilnius.

La Maison Blanche qualifie la visite de Biden à Helsinki de «sommet des dirigeants américano-nordiques».

C’est une occasion très différente de la dernière fois qu’un président américain s’est rendu à Helsinki il y a cinq ans.

Au cours de ce voyage, Donald Trump a tenu une conférence de presse avec Poutine et a balayé les inquiétudes concernant l’ingérence russe dans la victoire électorale de Trump.

Maintenant, Biden se dirige vers la ville pour démontrer comment son administration a maintenu la ligne contre Moscou et élargi les défenses occidentales. Le président ukrainien Volodymyr Zelensky a célébré le « courage » de son peuple au 500e jour de la guerre déclenchée par la Russie, qui a procédé samedi à un nouveau bombardement meurtrier dans l’est du pays.

Le président ukrainien a visité l’île aux Serpents, dont Moscou s’est emparé peu après le début de l’invasion le 24 février 2022 avant de devoir l’abandonner.

Zelenskyy rallie le soutien d’Erdogan à l’entrée dans l’OTAN

Le président turc Recep Tayyip Erdogan a exprimé samedi son soutien à l’adhésion de l’Ukraine à l’OTAN, affirmant que le pays déchiré par la guerre méritait de rejoindre l’alliance.

Erdogan a fait ce commentaire lors d’une conférence de presse conjointe avec le président ukrainien Volodymyr Zelenskyy, arrivé en Turquie dans le cadre d’une tournée européenne pour rallier le soutien à l’entrée de l’Ukraine dans l’alliance militaire après la fin de la guerre avec la Russie.

Les dirigeants de l’OTAN réunis à Vilnius, en Lituanie, la semaine prochaine devraient réaffirmer que l’Ukraine rejoindra leur alliance un jour.

La visite de Zelenskyy à Istanbul a précédé le sommet de deux jours de l’alliance à Vilnius la semaine prochaine.

Les discussions avec le président turc Recep Tayyip Erdogan devaient se concentrer sur un accord sur les céréales que la Turquie a aidé à négocier avec l’ONU l’année dernière et a permis l’expédition de millions de tonnes de céréales ukrainiennes par la mer Noire.

La Turquie, membre de l’OTAN, a maintenu des liens étroits avec l’Ukraine et la Russie, utilisant ses relations avec les deux pays pour agir comme médiateur.

Le gouvernement britannique s’oppose à l’utilisation des bombes à fragmentation

Le Premier ministre britannique Rishi Sunak a réitéré samedi que le Royaume-Uni s’oppose au déploiement d’armes à sous-munitions en Ukraine.

« Le Royaume-Uni est signataire d’une convention qui interdit la production et l’utilisation d’armes à sous-munitions et décourage leur utilisation », a déclaré Rishi Sunak, dans une déclaration aux médias britanniques en marge d’une visite électorale.

« Nous continuerons à faire notre part pour soutenir l’Ukraine contre l’invasion russe », a-t-il ajouté, soulignant que le Royaume-Uni avait fourni à Kiev de nombreuses armes, notamment des chars lourds et des missiles à longue portée.

Joe Biden a annoncé vendredi que les États-Unis enverraient des armes à sous-munitions à l’Ukraine malgré le fait que la plupart des alliés de l’Ukraine aient signé une convention interdisant leur production, leur transfert et leur stockage. Les États-Unis, la Russie et l’Ukraine n’ont pas signé l’accord.

L’utilisation de bombes à fragmentation en elle-même ne viole pas le droit international, mais leur utilisation contre des civils peut constituer une violation.

Joe Biden doit rencontrer Rishi Sunak à Londres lundi pour une tournée éclair avant de se rendre au sommet de l’OTAN à Vilnius. Il rencontrera également le roi Charles III.

Laisser un commentaire

dix-sept + dix =