Palestinians look at the destruction after an Israeli airstrike in Rafah, Gaza Strip. Monday, April 29, 2024.

Jean Delaunay

Guerre à Gaza : 22 personnes tuées dans des frappes aériennes israéliennes à Rafah

Les derniers développements de la guerre Israël-Hamas.

Les frappes aériennes israéliennes sur la ville de Rafah, dans le sud de Gaza, ont tué au moins 22 personnes, dont six femmes et cinq enfants, selon les responsables palestiniens de la santé.

L’un des enfants tués lors des frappes dans la nuit de lundi n’avait que 5 jours.

Les frappes ont touché trois maisons familiales et les personnes tuées ont été transportées à l’hôpital Abu Yousef al-Najjar.

Israël mène régulièrement des frappes aériennes sur Rafah depuis le début de la guerre et menace d’envoyer des troupes au sol.

Israël a maintenu que Rafah était le dernier bastion majeur du Hamas à Gaza, malgré les avertissements d’autres pays, dont les États-Unis, selon lesquels une offensive à Rafah serait une catastrophe humanitaire.

Blinken se rend au Moyen-Orient

Le secrétaire d’État américain Antony Blinken entame lundi sa septième mission diplomatique au Moyen-Orient depuis le début de la guerre entre Israël et le Hamas il y a plus de six mois.

Sa visite intervient juste après que le président américain Joe Biden s’est entretenu au téléphone avec le Premier ministre israélien Benjamin Netanyahu. Au cours de l’appel, Biden a réitéré que les États-Unis s’opposaient à l’invasion de Rafah pour des raisons humanitaires ainsi qu’à la nécessité d’acheminer de l’aide humanitaire à Gaza.

Blinken se rendra en Arabie Saoudite avant de s’arrêter en Jordanie et en Israël mardi et mercredi.

La visite a lieu dans un contexte d’intensification des manifestations sur les campus universitaires des États-Unis, où les étudiants expriment leur opposition au soutien de Washington à Israël.

Les responsables israéliens préoccupés par d’éventuels mandats d’arrêt de la CPI

Les responsables israéliens semblent de plus en plus préoccupés par le fait que la Cour pénale internationale puisse émettre des mandats d’arrêt contre les dirigeants du pays, alors que la pression internationale s’accentue à propos de la guerre à Gaza.

Le tribunal n’a fait aucun commentaire lundi et n’a donné aucune indication sur l’imminence de mandats d’arrêt dans cette affaire.

Laisser un commentaire

quatre × 2 =