A classic French onion soup

Jean Delaunay

Grand midi de la haute gastronomie française : la France cherche une aide étrangère pour inspirer ses jeunes chefs

Après des siècles de respect en tant que berceau moderne de la gastronomie et sommet de la cuisine, la France envisage d’envoyer des chefs à l’étranger pour améliorer leur culture culinaire afin d’améliorer les plats traditionnels servis à la maison.

De ton mirepoix à ton mise en place; du Guide Michelin aux cinq sauces mères : la cuisine française est depuis longtemps considérée comme le summum de la gastronomie. Certains considèrent que la France abrite la meilleure gastronomie de la planète.

Pendant des siècles, les aspirants chefs du monde entier ont afflué dans ses écoles de cuisine comme Le Cordon Bleu à Paris pour se former aux normes élevées de la gastronomie française. Mais face à une concurrence croissante et à des critiques concernant des menus fatigués et sans imagination, le gouvernement du président Emmanuel Macron souhaite envoyer les chefs du pays à l’étranger pour apprendre du reste du monde.

Portant un coup retentissant à la hauteur de la France, la ministre des Affaires, Olivia Grégoire, a annoncé son intention de permettre aux meilleurs talents du pays de découvrir et de rapporter les ficelles du métier dans d’autres pays. « La gastronomie (française) fait face à la montée en puissance de la gastronomie étrangère depuis la fin des années 1990 et se retrouve distancée par les performances et l’influence des autres pays », a reconnu Grégoire lors d’une conférence de presse.

Au Bocuse d’Or, le championnat du monde biennal des chefs organisé à Lyon, les chefs français n’ont gagné que deux fois au cours des 15 dernières années – malgré l’avantage du terrain. « Ce serait une erreur de nous reposer sur nos lauriers et nous allons réaffirmer notre prééminence », a ajouté Grégoire.

« C’est un fait avéré : nos concurrents ont de l’ambition et des moyens et ils développent des stratégies efficaces pour faire rayonner leur cuisine. A notre tour d’être ambitieux, volontaires et armés pour cette compétition à l’échelle mondiale », a déclaré Alain Ducasse, l’un des chefs français les plus appréciés.

Seuls les Français pourraient-ils rendre les escargots aussi appétissants ?
Seuls les Français pourraient-ils rendre les escargots aussi appétissants ?

Une nouvelle résolution du gouvernement français qui obligerait les restaurants à révéler la quantité de nourriture préparée sur place devrait révéler qu’une accablante moitié des restaurants du pays préparent des repas frais.

Selon le chef doublement étoilé Thierry Marx, seule la moitié des 175 000 restaurants en France proposent des plats faits maison. « Beaucoup d’entre eux souffrent parce qu’ils sont comparés en termes de prix à d’autres qui utilisent des plats préparés, voire des aliments ultra-transformés, sans en informer leurs clients », explique-t-il.

De l’autre côté de l’océan, les Français envisagent même de demander conseil à la Grande-Bretagne pour sauver leur cuisine stagnante. Malgré un sondage du mois dernier montrant que les Français classent la cuisine britannique comme la pire, le ministre de l’Économie et des Finances évalue ses talents en mixologie.

« Si le meilleur des cocktails est au Royaume-Uni, alors nos jeunes apprentis doivent pouvoir y aller pendant cinq mois pour se perfectionner », estime Bruno Le Maire.

Les Français cherchent des conseils partout en Europe. Alors qu’ils connaissent un succès moindre au Bocuse d’Or, le Danemark et la Norvège ont remporté cinq des huit meilleurs gongs potentiels.

Asperges trempées dans une quantité appropriée de sauce hollandaise
Asperges trempées dans une quantité appropriée de sauce hollandaise

Le gouvernement a alloué 1,5 million d’euros de financement public à ce dispositif qui permettra d’envoyer des chefs français à l’étranger, ainsi que la création d’un centre de formation de jeunes talents et la création d’un institut de haute gastronomie.

Reste à savoir si cet argent sera suffisant pour remettre la France au sommet de la pyramide alimentaire, même si le gouvernement s’attend également à ce que des financements privés complètent cet investissement.

La gastronomie française représente toujours une part importante du soft power du pays. Un point non perdu pour le pays candidat Le goût des choses comme sa candidature pour le meilleur long métrage international aux Oscars de cette année Anatomie d’une chute.

Alors que Anatomie d’une chute a remporté des prix – dont la Palme d’Or de Cannes – pour son portrait saisissant du système judiciaire, Le goût des choses était une magnifique balade à travers les images et les odeurs d’une cuisine gastronomique française à la fin du 19e siècle. Mettant en vedette Juliette Binoche et un Baked Alaska préparé avec décadence, c’était une montre somptueuse, mais elle avait priorité sur la supérieure. Anatomie d’une chute en dit long sur la fierté du pays pour sa cuisine.

Les Français peuvent considérer leur cuisine comme la meilleure au monde, et lorsqu’elle est bien préparée, elle peut être sublime. Mais autorisée à se reposer sur ses lauriers, la nation risque sa cuisine qui ressemble à une sauce hollandaise froide – autrefois luxueusement onctueuse, aujourd’hui slop congelée.

Laisser un commentaire

13 − 9 =