Gaza reste le sujet électoral le plus brûlant dans ces régions de Grande-Bretagne

Martin Goujon

Gaza reste le sujet électoral le plus brûlant dans ces régions de Grande-Bretagne

BRADFORD, Angleterre — « Vous devriez avoir honte de vous-mêmes », a crié un homme avec colère à un petit groupe de volontaires qui faisaient campagne pour Naz Shah.

Shah est le député travailliste de Bradford West, une ville industrielle de taille moyenne du nord de l’Angleterre, depuis 2015.

C’est une personnalité connue et populaire : lors des dernières élections, elle a remporté un étonnant score de 76,2 % des voix locales. Le parti travailliste devrait remporter une victoire écrasante aux élections générales de jeudi au Royaume-Uni, et elle devrait donc s’en sortir sans problème.

Au lieu de cela, elle fait face à la bataille de sa vie.

Le problème, a reconnu Shah, est que beaucoup de ses partisans musulmans se sentent « trahis » par un parti pour lequel leurs communautés ont traditionnellement voté, mais dont ils estiment qu’il n’est tout simplement « plus leur chez-soi ».

« Nous avons encore un long chemin à parcourir pour rétablir cette confiance », a-t-elle déclaré.

Dans ces communautés, la guerre à Gaza éclipse tout. Les électeurs de gauche et des communautés musulmanes sont furieux du retard du Parti travailliste à exiger un cessez-le-feu de la part d’Israël en réponse aux attaques terroristes du 7 octobre et sont déterminés à faire entendre leur voix.

Bien que le parti travailliste reste dans l’opposition et n’ait donc pas son mot à dire sur la politique étrangère du Royaume-Uni (du moins jusqu’aux élections de jeudi), de nombreux partisans s’attendaient à une position beaucoup moins nuancée de la part des dirigeants du parti sur ce qu’ils décrivent souvent comme un génocide israélien. (Israël insiste sur le fait que sa réponse a été proportionnée, compte tenu de la nature des attaques du 7 octobre.)

Bradford West est l’une des circonscriptions à majorité musulmane de l’Angleterre urbaine où la colère et la douleur sont les plus ressenties. C’est pourquoi Shah, l’une des députées musulmanes les plus éminentes du Parlement britannique et une défenseure de longue date des droits des Palestiniens, se retrouve aujourd’hui à supplier les électeurs de ne pas retirer leur soutien.

Comme ses collègues d’autres circonscriptions farouchement pro-palestiniennes, Shah a minimisé l’utilisation de la marque du Parti travailliste dans ses documents électoraux. Son message principal – qu’elle est la meilleure personne pour maintenir la « question palestinienne au premier plan » de l’esprit de son parti – n’est reçu que de manière inégale.

Au cours d’une journée de campagne électorale mouvementée, L’Observatoire de l’Europe a vu des manifestants accuser directement Shah de soutenir le « massacre des Palestiniens » en restant candidat du Parti travailliste et en soutenant son leader, Keir Starmer.

La police du Yorkshire de l’Ouest enquête sur une « atteinte à l’ordre public aggravée par des considérations raciales » après qu’un utilisateur des réseaux sociaux s’est filmé en train de suivre Shah tout en criant qu’elle était une « sale, sale sioniste », une « partisane du génocide » et en répétant une théorie du complot antisémite.

Les électeurs de gauche et des communautés musulmanes sont furieux du retard du Parti travailliste à exiger un cessez-le-feu de la part d’Israël. | Oli Scarff/AFP via Getty Images

En fin de compte, les multiples candidats indépendants qui se présentent contre Shah sur des listes pro-Gaza diviseront probablement le vote adverse jeudi, ce qui signifie qu’elle devrait conserver son siège.

Mais sa majorité pourrait bien être réduite en miettes dans un résultat qui, selon ses opposants, enverra un message fort à la direction du Parti travailliste.

Leur principal grief reste la suggestion improvisée de Starmer dans un article notoire Entretien avec la radio LBC dans les semaines qui ont suivi l’attaque du Hamas du 7 octobre, Israël a déclaré qu’il avait le droit de couper l’électricité et l’eau à Gaza.

Ce clip a été partagé à l’infini sur les réseaux sociaux et dans les groupes WhatsApp comme une prétendue preuve de l’approche insensible de Starmer, malgré les tentatives frénétiques du leader de revenir en arrière.

Ce n’est pas seulement dans les communautés musulmanes britanniques que la colère est ressentie de manière viscérale.

À Bristol Central, une circonscription bohème et notoirement anti-establishment située dans la ville la plus importante du sud-ouest de l’Angleterre, il y a toutes les chances que l’un des principaux lieutenants de Starmer soit démis de ses fonctions par un autre adversaire : le Parti vert de gauche.

À Bristol Central, il y a de fortes chances que l’un des principaux lieutenants de Starmer soit démis de ses fonctions par le Parti vert de gauche. | Finnbarr Webster/Getty Images

Thangam Debbonaire, secrétaire d’État à la culture de l’ombre du Parti travailliste – ce qui la place en lice pour un poste au Cabinet si le Parti travailliste remporte les élections de jeudi – dispose actuellement d’une énorme majorité de 28 219 voix.

Mais comme Shah, ses plus grands succès ont été obtenus lorsque le parti travailliste était dirigé par Jeremy Corbyn, qui se présentait sur un programme d’extrême gauche. Le virage au centre sous Starmer depuis 2020 est inexorable et les drapeaux palestiniens ne remplissent plus la salle de conférence lors du rassemblement annuel du parti travailliste.

Bon Dowler, une barmaid de 22 ans de Bristol, fait partie de ceux qui se sentent « trahis » par le parti, rappelant le refus du parti travailliste de voter pour un cessez-le-feu en novembre dernier. « C’était la première fois que je pensais avoir besoin d’une alternative », a-t-elle déclaré, ajoutant qu’elle voterait désormais pour les Verts.

En février, le parti travailliste a finalement proposé un amendement à une motion de la Chambre des communes en faveur d’un cessez-le-feu, mais le mal était déjà fait dans des zones comme celles-ci.

Pour Debbonaire, l’argument sur la manière dont le Parti travailliste devrait voter lorsqu’il est dans l’opposition n’est pas pertinent.

« En tant que parti au pouvoir, Keir se prépare à lancer le processus de paix », a-t-elle déclaré. « Un parti de protestation peut protester contre des motions auxquelles (le Premier ministre israélien Benjamin) Netanyahu et le Hamas n’ont absolument pas prêté attention. »

Sous la pression des députés travaillistes inquiets pour leur majorité, Starmer a pris plusieurs mesures vers un soutien moins total à Israël.

Il a fait pression pour que le gouvernement britannique dirigé par les conservateurs publie son avis juridique sur la question de savoir si la guerre d’Israël doit être considérée comme illégale, promettant d’utiliser ces conseils pour décider s’il faut soutenir la fin des exportations limitées d’armes de la Grande-Bretagne vers Tel-Aviv.

En lutte pour sauver son siège, Debbonaire n’a pas hésité à déclarer ce que d’autres personnalités du parti travailliste se sont abstenues de dire en public. « Nous soupçonnons que (la guerre) est probablement illégale. Il s’agit d’une petite quantité d’armes, mais si c’est illégal, nous l’arrêterons bien sûr », a-t-elle déclaré.

Le manifeste électoral de Starmer engage également le parti travailliste à reconnaître un État palestinien dans le cadre du processus de paix, bien qu’aucun calendrier n’ait été donné. Shah a déclaré qu’elle souhaitait que le parti « aille encore plus loin » et s’est engagée à faire pression pour une reconnaissance immédiate en cas de réélection.

Mais un responsable travailliste, dont l’anonymat lui a été accordé pour lui permettre de s’exprimer ouvertement, a suggéré que la reconnaissance ne serait « efficace » que dans le cadre d’un « processus plus large ».

« Les précédentes déclarations unilatérales de pays individuels n’ont pas encore produit les progrès diplomatiques significatifs que nous souhaitons tous voir », a déclaré le responsable, notant que l’Irlande, la Norvège et l’Espagne ont déclenché la colère israélienne en reconnaissant l’État palestinien.

Le manifeste électoral de Starmer engage le parti travailliste à reconnaître un État palestinien dans le cadre du processus de paix, bien qu’aucun calendrier n’ait été donné. | Henry Nicholls/AFP via Getty Images

Au lieu de cela, la Grande-Bretagne sous Starmer se tournerait probablement vers des alliés tels que la France, l’Australie et le Canada pour une éventuelle coordination, quand elle estimera que le moment sera venu.

Les responsables travaillistes sont douloureusement conscients qu’ils doivent faire face à des batailles autour de Gaza dans plusieurs circonscriptions du Royaume-Uni.

À Rochdale, une ville du nord-ouest de l’Angleterre qui abrite une importante communauté musulmane, le parti travailliste a dû retirer son soutien à son propre candidat parlementaire lors d’une élection partielle en février, lorsqu’il a été filmé en train de suggérer qu’Israël avait « autorisé » l’attaque du Hamas.

En conséquence, George Galloway, un militant de gauche pro-palestinien connu pour ses provocations au sein du parti travailliste, a remporté une victoire écrasante. Le parti travailliste espère récupérer son siège cette fois-ci.

Shabana Mahmood, l’une des alliées les plus fidèles de Starmer, qui est sur le point de devenir ministre de la Justice, fait face à une réelle pression dans sa circonscription de Birmingham Ladywood, dans la deuxième plus grande ville du Royaume-Uni. Ses alliés sont convaincus qu’elle gagnera, mais avec une majorité très réduite.

L’attention se portera également sur Islington North, à Londres, où des centaines de militants de gauche tentent d’aider Jeremy Corbyn à conserver son siège qu’il occupe depuis plus de 40 ans. L’ancien chef de file se présente contre le Parti travailliste en tant qu’indépendant, après avoir été exclu du parti parlementaire en raison de sa réponse aux accusations d’antisémitisme. Les sondages sont loin d’indiquer clairement dans quel sens le siège est susceptible de basculer.

L’attention se portera sur Islington North, à Londres, où des centaines de militants de gauche tentent d’aider Jeremy Corbyn à conserver son siège qu’il occupe depuis plus de 40 ans. | Dan Kitwood/Getty Images

En privé, les responsables travaillistes reconnaissent qu’ils ont encore un long chemin à parcourir pour reconstruire les ponts brûlés avec les communautés autrefois loyales, affirmant qu’il est « indéniable que ces sièges sont beaucoup plus proches qu’ils ne l’ont jamais été auparavant ».

« Il est évident qu’il y a une certaine reconstruction à faire entre les travaillistes et les électeurs musulmans », a déclaré un autre responsable. « La manière dont le parti travailliste gouvernera, de manière à avoir un impact sur les sièges menacés, sera très importante. »

Il semble peu probable que Gaza puisse réellement coûter à Starmer l’élection, compte tenu de l’ampleur de son avance dans les sondages, ni même lui faire perdre de nombreux députés. Mais un message clair sera envoyé quoi qu’il en soit.

Lors des dernières élections britanniques de 2019, ce sont les électeurs des anciens bastions travaillistes du Nord et des Midlands qui ont rappelé avec force qu’ils ne devaient pas être tenus pour acquis. En 2024, c’est un groupe très différent d’électeurs travaillistes qui réclament que leur voix soit entendue.

Laisser un commentaire

4 + 6 =