« Gardez-le dans votre cœur » : vous pourriez être arrêté pour avoir pris du sable sur la plage de cette île italienne

Jean Delaunay

« Gardez-le dans votre cœur » : vous pourriez être arrêté pour avoir pris du sable sur la plage de cette île italienne

Un Français a été arrêté après avoir volé 41 kg de galets sur une plage de Sardaigne

Un homme a été arrêté après avoir volé une énorme quantité de galets sur une plage protégée de Sardaigne.

Il est normal de rentrer de vacances avec un souvenir. Mais tenez-vous-en à un aimant ou à une boule à neige et évitez les pierres précieuses.

Un Français risque une amende pouvant aller jusqu’à 3 000 € après que la police a trouvé 41 kilogrammes de cailloux et de pierres provenant de la plage immaculée de Lampianu dans le coffre de sa voiture.

Il a été intercepté alors qu’il tentait de monter à bord d’un ferry reliant Porto Torres au port français de Nice.

Les plages de sable blanc de Sardaigne sont mondialement connues, mais prendre, détenir ou vendre du sable, des cailloux, des pierres ou des coquillages de la côte ou de la mer est passible d’une amende pouvant aller jusqu’à 3 000 euros.

Les touristes peuvent même être condamnés à une peine de prison s’ils sont reconnus coupables de vol, avec comme circonstance aggravante le vol d’un bien d’utilité publique.

En 2019, un couple de Français a été arrêté avec 14 bouteilles en plastique remplies de sable, pesant 40 kg.

Quel est l’impact environnemental du vol de sable et de galets sur les plages ?

Cela peut sembler un petit problème, mais voler du sable et des galets sur les plages peut avoir de graves conséquences écologiques.

Après l’arrestation de 2019, le scientifique environnemental sarde Pierluigi Cocco s’en est expliqué à la BBC.

« Seule une fraction des touristes visitant la Sardaigne passe son temps à creuser jusqu’à 40 kg de sable chacun », a-t-il déclaré.

« Mais si l’on multiplie la moitié de ce chiffre par 5 pour cent du million de touristes par an, dans quelques années, cela contribuera de manière significative à la réduction des plages. »

En 2021, le groupe de campagne « La Sardaigne volée et pillée » (« Sardegna rubata e depredata ») a estimé qu’au moins six tonnes de sable avaient été retirées des plages de l’île à la mi-août.

« La plupart des gens n’ont pas vraiment de mobile », a écrit un militant de Sardinia Robbed and Plundered sur sa page Facebook.

« Peut-être pour susciter l’envie des amis et des proches, pour revivre l’émotion des vacances dans leur salon, ou encore pour décorer un aquarium. »

« (Les touristes essaient probablement) désespérément, mais malheureusement en vain, d’en emporter un morceau (dans) leurs mains, au lieu de garder des souvenirs dans leur mémoire et dans leur cœur. »

Laisser un commentaire

neuf − 3 =