Frans Timmermans, le tsar du climat de l'UE, annonce sa candidature pour devenir le prochain Premier ministre néerlandais

Jean Delaunay

Frans Timmermans, le tsar du climat de l’UE, annonce sa candidature pour devenir le prochain Premier ministre néerlandais

Frans Timmermans, vice-président exécutif de la Commission européenne, a annoncé son intention de revenir à la politique néerlandaise.

Timmermans a l’intention de diriger une liste commune de socialistes et de verts qui devrait participer aux prochaines élections générales, prévues le 22 novembre après l’effondrement choquant du gouvernement de coalition du Premier ministre Mark Rutte au début du mois.

Rutte, un politicien libéral aux tendances de droite qui dirige les Pays-Bas depuis 2010, a clairement indiqué qu’il n’avait pas l’intention de se représenterouvrant une fenêtre d’opportunité à l’opposition pour opérer un changement dans la culture politique du pays.

L’annonce de Timmermans a été officialisée jeudi matin après des jours de spéculation croissante et de reportages dans les médias sur son avenir immédiat. Un récent sondage avait placé le Parti travailliste (PvdA) et GroenLinks (GL) en pole position avec 28% de soutien public, mais uniquement avec Timmermans comme candidat commun.

Les deux parties doivent encore approuver Timmermans en tant que meilleur candidat. Selon les médias néerlandais, personne d’autre ne s’est jusqu’à présent présenté pour le poste.

« Je pense qu’il est temps pour nous aux Pays-Bas de nous rapprocher à nouveau au lieu de nous séparer. La fragmentation de la politique doit être contrée », a déclaré Timmermans à NOS.le radiodiffuseur public néerlandais dans une interview qui a confirmé ses intentions.

« Nous avons d’énormes défis : la crise climatique, la nature n’est pas en forme. Mais aussi une guerre aux frontières de l’Europe », a-t-on poursuivi.

« Nous ne pouvons résoudre tout cela que si nous travaillons main dans la main et si nous sommes moins divisés que nous ne l’avons été ces dernières années. »

Timmermans a déclaré à NOS qu’il voulait faire de la politique « d’une manière différente » et a déclaré qu’il resterait député à la chambre basse du parlement néerlandais si sa candidature au poste de Premier ministre se soldait par un échec.

Un porte-parole de la Commission européenne a refusé de commenter et a simplement déclaré qu’Ursula von der Leyen, la présidente de la Commission européenne, était en contact avec Timmermans.

Une annonce officielle de l’exécutif devrait être publiée prochainement.

Un poids lourd bruxellois

Cette décision verrait Timmermans revenir à la politique néerlandaise après avoir passé près de 10 ans à Bruxelles, une ville dans laquelle il a occupé deux postes de responsabilité de haut niveau.

Tout d’abord, sous la direction de Jean-Claude Juncker, Timmermans a occupé le poste de vice-président chargé de l’amélioration de la réglementation, de l’État de droit et des droits fondamentaux, un portefeuille qui l’a mis en désaccord avec les gouvernements de droite dure de Pologne et de Hongrie.

Plus tard, en 2019, Ursula von der Leyen l’a nommé vice-présidente exécutive chargée de sa proposition historique : le Green Deal européen, un ensemble extrêmement complexe de politiques de transformation visant à garantir que le bloc atteigne la neutralité climatique d’ici 2050.

Von der Leyen elle-même a décrit le Green Deal comme « l’homme de l’Europe sur la lune ».

Depuis lors, Timmermans a été le fer de lance d’une législation qui, il y a quelques années, aurait semblé impensable, comme une interdiction progressive du moteur à combustion, une taxe carbone aux frontières et un nouveau système d’échange de quotas d’émission (ETS) pour le transport routier et les bâtiments.

Le Néerlandais a également mené des négociations au nom du bloc des 27 membres dans plusieurs conférences internationales, comme la COP27 en Égypte.et a supplié à plusieurs reprises les pays non occidentaux d’éliminer progressivement les combustibles fossiles et de maintenir l’Accord de Paris en vie.

« Tout n’est pas encore terminé, mais le point de non-retour a été atteint. Le Green Deal est en place », a déclaré Timmermans à NOS dans son interview publiée jeudi.

Mais sa défense passionnée du Green Deal a finalement transformé Timmermans, un socialiste de longue date, en un méchant pour les partis de droite, qui l’ont blâmé pour ce qu’ils considéraient comme un fardeau disproportionné pour l’industrie et les citoyens européens.

Les tensions ont atteint un point d’ébullition avec la loi de restauration de la natureune proposition ambitieuse pour réhabiliter les habitats dégradés d’Europe.

Le Parti populaire européen (PPE), la famille politique d’Ursula von der Leyen, a mené une campagne d’opposition véhémente contre le projet de loi et a directement accusé Timmermans de menacer les moyens de subsistance des agriculteurs, de menacer les législateurs indécis et même de tenter de détruire Le village du Père Noëltoutes les affirmations que le vice-président a démenties.

Le projet de loi a survécu à un vote au couteau au Parlement européen au début du mois, les députés le négociant actuellement avec les États membres.

La sortie de Timmermans coïncide avec le départ possible d’une autre vice-présidente exécutive de la Commission européenne : Margrethe Vestager, qui brigue pour devenir la prochaine présidente de la Banque européenne d’investissement.

Les deux poids lourds devraient être remplacés par leurs gouvernements nationaux. Leurs remplaçants, cependant, pourraient se voir attribuer des portefeuilles moins médiatisés.

Laisser un commentaire

3 × quatre =