Budapest, Hungary.

Milos Schmidt

FMI : les économies émergentes européennes ont besoin de taux d’intérêt élevés plus longtemps

L’inflation s’avère plus tenace en Europe centrale, orientale et du sud-est, affirme le Fonds monétaire international, ce qui signifie qu’un atterrissage en douceur doit être géré avec prudence.

La reprise post-pandémique de l’Europe dépasse les sombres prévisions, mais les progrès sont inégaux dans la région, a affirmé Alfred Kammer, directeur du département européen du Fonds monétaire international (FMI).

S’exprimant vendredi lors d’un forum économique croate, il a expliqué que la crise inflationniste en Europe peut être résolue sans provoquer de récession, ce que l’on appelle un atterrissage en douceur.

Kammer a néanmoins ajouté qu’une politique monétaire prudente est nécessaire, dans certains pays plus que dans d’autres.

« L’inflation sous-jacente, une mesure de la dynamique sous-jacente des prix qui exclut les composantes volatiles des prix alimentaires et énergétiques, est plus élevée dans les économies européennes émergentes que dans les économies européennes avancées », a-t-il déclaré.

Kammer a notamment noté que le taux d’inflation diminuait plus lentement en Roumanie, en Moldavie, au Monténégro, en Hongrie et en Serbie, par rapport aux autres pays d’Europe centrale, orientale et du sud-est (CESEE).

Dans ce contexte, a-t-il ajouté, les banques centrales ne devraient pas baisser les taux trop rapidement.

Les marchés s’attendent actuellement à une décision de la BCE en juin, et les voisins non membres de la zone euro, la Hongrie, la Pologne et la République tchèque, ont déjà réduit leurs coûts d’emprunt.

Réaliser un atterrissage en douceur est un exercice d’équilibre délicat, car si les taux restent élevés trop longtemps, ils peuvent entraver considérablement l’activité économique. À l’inverse, si les taux d’intérêt sont réduits prématurément, il existe un risque de rebond de l’inflation, avec une croissance des salaires supérieure à la croissance de la productivité.

Le FMI s’attend à ce que la croissance dans l’ensemble de la zone euro passe de moins de 1 % cette année à 1,7 % en 2025.

Les prévisions sont plus dramatiques dans la zone CESEE, avec une croissance prévue autour de 3 % cette année et de 3,5 % pour 2024.

« Réaliser un atterrissage en douceur ne sera pas facile, mais il est crucial », a déclaré Kammer, « car cela aidera les décideurs politiques à se préparer à ce qui sera une tâche encore plus difficile à venir : améliorer les perspectives de croissance du CESEE de manière durable ».

Même avant la pandémie de Covid-19, les économies européennes étaient à la traîne par rapport à leurs homologues mondiales en termes de croissance.

L’un des principaux défis auxquels la région est confrontée est un faible taux de productivité qui, selon le FMI, peut être surmonté en augmentant les investissements dans les infrastructures, la technologie et l’éducation.

Laisser un commentaire

quinze − quinze =