Holidaymakers also face fines of up to €1,500 for drinking in the streets.

Milos Schmidt

Fini le tourisme « soleil, sexe et sangria » à Ibiza et à Majorque en vertu des nouvelles lois sur l’alcool

Les vacanciers s’exposent également à des amendes pouvant aller jusqu’à 1 500 € s’ils boivent dans la rue.

Marre des touristes turbulents et ivres, le gouvernement local des îles Baléares espagnoles a introduit de nouvelles interdictions strictes de l’alcool.

Les vacanciers de certaines des stations balnéaires les plus populaires de Majorque et d’Ibiza n’ont pas le droit d’acheter de l’alcool dans les magasins entre 21h30 et 8h00.

Cette mesure fait partie des modifications apportées à un décret de 2020 visant à freiner le « tourisme excessif ».

Dans le cadre des restrictions accrues, les bateaux de fête ne pourront également pas opérer à moins d’un mille marin de certaines zones.

Majorque et Ibiza interdisent la vente nocturne d’alcool

La vente nocturne d’alcool est désormais interdite à Llucmajor, Palma, Calvia (Magaluf) à Majorque et Sant Antoni à Ibiza.

Cela ne s’applique qu’aux magasins, donc les boissons alcoolisées peuvent toujours être vendues dans les bars, restaurants et clubs.

Boire dans les rues des hauts lieux touristiques d’Ibiza et de Majorque – à l’exception des terrasses et autres zones autorisées – est également interdit. Les amendes en cas d’infraction varieront entre 500 et 1 500 euros, pouvant atteindre 3 000 euros si le comportement est particulièrement perturbateur.

La loi restera en vigueur jusqu’en 2027.

Cette décision s’accompagne d’un programme de financement de 16 millions d’euros pour la sécurité, les inspections et la publicité promouvant un tourisme responsable, mis en place par le gouvernement des Baléares.

Les îles Baléares espagnoles font pression pour un tourisme plus responsable

La nouvelle législation s’inscrit dans une démarche plus large visant à remplacer le tourisme « soleil, sexe et sangria » par un comportement plus responsable des visiteurs.

Si les règles ont été durcies, la rédaction du décret de 2020 a été assouplie.

Les autorités ont révisé le terme « tourisme excessif » en « tourisme responsable », reconnaissant que « le tourisme représente plus de 45 pour cent du PIB de la communauté ».

La loi de 2020 a été adoptée après que le comportement de plus en plus perturbateur des touristes ait suscité des reportages dans les médias internationaux.

« Année après année, des nouvelles sont apparues concernant le comportement incivique de jeunes touristes qui ont suscité de profondes inquiétudes parmi le reste des citoyens, dans le secteur hôtelier et dans les administrations concernées », indique le décret.

Largement attribué à une consommation excessive d’alcool, le comportement irresponsable des touristes a également entraîné des blessures graves, voire des décès.

Le décret de 2020 restreint déjà les activités, notamment les happy hours, les tournées des pubs et les promotions de boissons deux pour un.

Laisser un commentaire

vingt − 18 =