Tripoli government forces clash with forces led by Field Marshal Khalifa Hifter, south of the capital Tripoli, May 2019

Jean Delaunay

Eurovues. Une Libye faible et influencée par le Kremlin constitue une menace pour l’OTAN et la sécurité européenne

La poursuite par la Russie d’une présence navale dans la région orientale de la Libye, susceptible d’aboutir à une base pour ses sous-marins nucléaires, fournit à Moscou plus qu’un simple avant-poste stratégique tourné vers l’ensemble de l’UE, écrit Hafed Al-Ghwell.

Alors que le regard d’une grande partie du monde est fixé sur les guerres qui se déroulent à Gaza et en Ukraine, le président russe Vladimir Poutine continue d’étendre la portée de son pays en Afrique.

Il utilise désormais la Libye comme tremplin pour positionner des sous-marins russes en Méditerranée centrale et placer des armes nucléaires sur le flanc sud de l’Europe.

Enrico Borghi, député centriste et membre de la commission du renseignement du parlement italien, a récemment averti que l’intérêt de la Russie pour Tobrouk en Libye n’est pas un mystère, ce qui pourrait être un préambule à l’envoi de ses sous-marins nucléaires là-bas, un peu comme l’Union soviétique a envoyé ses missiles à Cuba. en 1962.

Il est clair que disposer de sous-marins à quelques centaines de kilomètres des pays de l’OTAN ne serait pas bon pour la sécurité.

À la lumière de cela, la décision de Washington de rouvrir une ambassade en Libye dix ans après avoir suspendu ses opérations dans le pays est significative.

Non seulement la forte présence russe en Libye constitue une menace à la sécurité de l’OTAN et de l’Europe, mais la situation géographique de la Libye, reliant le Niger, le Tchad et le Soudan à l’Afrique du Nord et à l’Europe, lui confère une importance stratégique vitale.

Des empreintes russes partout

L’empreinte russe en Libye s’est considérablement accrue, parallèlement à une présence militaire évolutive, comme en témoigne la récente livraison de fournitures militaires au port de Tobrouk.

Cette ville stratégique de l’Est a vu l’arrivée de véhicules blindés, d’armes et d’équipements – la cinquième livraison de ce type en peu de temps, signe d’une accumulation systématique.

Les fournitures, présumées avoir été expédiées depuis les installations navales russes de Tartous, en Syrie, ont été transportées par des navires de sa flotte du Nord, reflétant l’engagement indéfectible de Moscou dans la stratégie méditerranéenne qui a survécu aux impacts de la guerre en Ukraine.

L’ancrage en Libye sert également de porte d’entrée vers des incursions plus profondes en Afrique où Moscou exploite astucieusement un vide de partenariat, offrant aux régimes africains une collaboration militaire et économique dépourvue des engagements conditionnels favorisés par les patrons occidentaux.

Le sous-marin nucléaire russe Yuri Dolgoruky est aperçu lors d'essais en mer près d'Arkhangelsk, en juillet 2009.
Le sous-marin nucléaire russe Yuri Dolgoruky est aperçu lors d’essais en mer près d’Arkhangelsk, en juillet 2009.

L’envoi et ce qu’il implique ne constituent pas un développement isolé mais font partie d’un projet russe plus large visant à établir une présence militaire perpétuelle semblable à sa présence en Syrie depuis près d’une décennie.

Une telle expansion constitue un défi direct pour le flanc sud de l’OTAN.

L’introduction de systèmes de défense aérienne avancés par les opérateurs russes en Libye, qui menacent les opérations occidentales de contre-menace « au-delà de l’horizon » en Afrique du Nord et au Sahel, modifie l’équilibre régional du contrôle aérien, tout en menaçant également la liberté de navigation depuis la la fourniture de capacités anti-accès/déni de zone (A2/AD) annulera la portée opérationnelle de l’OTAN dans son propre territoire.

Dans quelle mesure l’Occident est-il préparé au déclin ultérieur de la Libye ?

L’ancrage en Libye sert également de porte d’entrée vers des incursions plus profondes en Afrique où Moscou exploite astucieusement un vide de partenariat, offrant aux régimes africains une collaboration militaire et économique dépourvue des engagements conditionnels favorisés par les patrons occidentaux.

En outre, la poursuite par la Russie d’une présence navale dans la région orientale de la Libye, susceptible d’aboutir à une base pour ses sous-marins nucléaires, offre à Moscou plus qu’un simple avant-poste stratégique tourné vers l’ensemble de l’UE.

Cela ajoute une couche de complexité frustrante au calcul de sécurité de l’OTAN qui pèse désormais sur les gains constants de la Russie en Ukraine et les impacts à long terme du retrait américain du Niger et potentiellement du Tchad.

En termes simples, la stratégie de Moscou en Libye est en train de changer, passant de la fusion habituelle entre engagement militaire et influence politique en Libye, en partie facilitée par l’alignement avec l’homme fort régional Khalifa Haftar.

Le Khalifa Hifter de Libye, commandant de la soi-disant armée nationale libyenne, est vu à l'exposition et conférence internationale sur la défense à Abou Dhabi, en février 2023.
Le Khalifa Hifter de Libye, commandant de la soi-disant armée nationale libyenne, est vu à l’exposition et conférence internationale sur la défense à Abou Dhabi, en février 2023.

En termes simples, la stratégie de Moscou en Libye est en train de changer, passant de la fusion habituelle entre engagement militaire et influence politique en Libye, en partie facilitée par l’alignement avec l’homme fort régional Khalifa Haftar.

En supplantant l’influence occidentale, l’opportunisme de la Russie et l’exploitation des lignes de fracture géopolitiques ont contribué à renforcer sa stature même au plus fort d’une guerre inutile en Ukraine.

L’impact en cascade des manœuvres de Moscou soulève de sérieuses questions quant à l’état de préparation de l’Occident face au déclin des perspectives d’une Libye stable, sûre et souveraine.

C’est pourquoi la décision de Washington de rétablir une présence diplomatique en Libye est une tentative stratégique visant à contrer la présence croissante de la Russie, tout en renforçant la Mission de soutien des Nations Unies.

Mais les États-Unis sont de retour en ville

Cette décision intervient après un hiatus palpable indiquant des approches recalibrées dans le dossier libyen de Washington pour incarner un calcul stratégique qui transcende la diplomatie traditionnelle, pour un réengagement capable de contrecarrer efficacement les incursions croissantes de la Russie en Afrique.

C’est le reflet le plus clair à ce jour de l’interaction entre la rivalité géopolitique et l’urgence de stabiliser un pays paralysé à la périphérie sud de l’Europe.

En rétablissant une empreinte diplomatique physique en Libye, les États-Unis adoptent une position proactive rare qui a de profondes implications pour l’ascension de la Russie. L’installation prévue à Tripoli facilitera une surveillance plus étroite et permettra de remettre en question les discours et l’influence russes sur le terrain.

La réintroduction de diplomates américains en Libye n’est pas simplement un acte symbolique. Cela permettra un engagement persistant avec les acteurs libyens afin de maintenir des relations clés et de développer une solide compréhension des dynamiques locales qui échappent souvent à la diplomatie à distance.

Une Libye sûre et stable est profondément liée à des intérêts plus larges qui, s’ils sont soigneusement gérés, contribueront à immuniser le pays contre une vague croissante d’instabilité qui pourrait compromettre sa transition vers une ère post-paralysie.

un policier fait passer des véhicules à un point de contrôle aux heures de pointe à Benghazi, mai 2019
un policier fait passer des véhicules à un point de contrôle aux heures de pointe à Benghazi, mai 2019

Cela représente également un engagement tangible à soutenir les efforts de médiation menés par l’ONU et à préparer le terrain pour des élections cruciales. Une Libye sûre et stable est profondément liée à des intérêts plus larges qui, s’ils sont soigneusement gérés, contribueront à immuniser le pays contre une vague croissante d’instabilité qui pourrait compromettre sa transition vers une ère post-paralysie.

L’attaque de septembre 2012 contre la mission diplomatique américaine à Benghazi a jeté une ombre sur le retour des États-Unis en Libye, étouffant tout optimisme quant au rétablissement d’une présence diplomatique.

Le souvenir des attentats de Benghazi a également galvanisé une évolution de la diplomatie américaine à l’égard de la Libye, fondée sur la sécurité et la durabilité.

Cela implique de cultiver un engagement continu sur le terrain avec les acteurs libyens et d’établir des canaux de dialogue solides pour résoudre les problèmes avant une escalade.

Il s’agit d’un tournant bienvenu pour anticiper les risques potentiels, intervenir diplomatiquement pour éviter les crises et garantir que le système politique libyen soit à l’abri de l’aggravation des vulnérabilités régionales.

Il n’y a pas de temps à perdre

L’état de fragmentation prolongé de la Libye pose des défis aux efforts de Bruxelles pour faire face aux afflux de migrants, car toute crise entre l’Afrique subsaharienne et le Maghreb agit comme un catalyseur pour le mouvement massif de personnes vers l’Europe, avec des implications pour la sécurité, la cohésion politique et la sûreté. réseaux au sein de l’UE.

En outre, le vide du pouvoir en Libye pourrait devenir un terrain fertile pour l’extrémisme, difficile à contrecarrer compte tenu de la présence persistante de mercenaires et de combattants étrangers, aux côtés de milices locales profondément enracinées dans un paysage sécuritaire très complexe.

Pour parvenir à une paix durable, les États-Unis et l’Europe devront tirer parti de la pression diplomatique et élaborer des stratégies efficaces pour déraciner les économies politiques des acteurs hybrides libyens, essentielles à leur longévité.

En outre, la participation occidentale est essentielle pour soutenir le règlement politique négocié par l’ONU entre les acteurs libyens, en créant un environnement propice à des processus électoraux transparents et à une répartition équitable des ressources.

L’engagement stratégique comprend la reconnaissance de la souveraineté libyenne et la facilitation de la réconciliation nationale par le biais d’initiatives qui reflètent les principes « appartenant et dirigés par les Libyens », fondements de l’approche de l’ONU et soulignés par les Libyens eux-mêmes.

De plus, les efforts visant à établir des mécanismes nationaux inclusifs pour une gestion transparente et équitable des richesses et des ressources de la Libye doivent aller de pair avec une médiation politique.

Ne pas y parvenir risque de compromettre les efforts de réconciliation et la construction d’un avenir stable et sûr en s’attaquant à la marginalisation économique et politique à long terme, en particulier dans le sud de la Libye.

Par conséquent, des efforts ciblés sur l’intégration économique, la responsabilité et la réhabilitation du tissu social libyen en lambeaux, soutenus par le soutien occidental, seront cruciaux pour restaurer la stabilité en Libye.

Laisser un commentaire

six + 20 =