Missiles are carried on a truck as an Iranian army band leader conducts the music band during Army Day parade at a military base in northern Tehran, April 2024

Jean Delaunay

Eurovues. Pour Israël, l’attaque iranienne est une opportunité à ne pas manquer

La reconnaissance d’Israël par l’Arabie Saoudite mettrait fin aux tensions historiques entre Israël et une grande partie du monde arabe, ouvrant la voie à des liens économiques renforcés, à une collaboration en matière de sécurité et à une réconciliation plus large avec d’autres nations arabes, écrit Mati Gill.

En 1973, au lendemain de la guerre du Kippour – considérée par de nombreux Israéliens comme un échec désastreux de la part des services de sécurité israéliens – la Conférence de Genève s’est réunie pour traiter des conséquences du conflit.

C’est au cours de cette conférence qu’Abba Eban, le diplomate estimé d’Israël, a déclaré en plaisantant que « les Palestiniens ne manquent jamais une occasion de rater une opportunité ».

Cette phrase résume la réticence des dirigeants palestiniens à s’engager de manière constructive dans des négociations de paix, ratant une fois de plus une excellente opportunité et choisissant de poursuivre sur la voie du terrorisme.

Aujourd’hui, cinquante ans plus tard, alors qu’Israël continue de faire face aux conséquences des attentats désastreux du 7 octobre, nous nous trouvons à un tournant critique.

L’assaut du week-end lancé contre Israël par l’Iran a secoué la région et souligné l’hostilité implacable à laquelle est confronté le seul État juif au monde.

Cependant, au milieu du chaos et de l’incertitude, il existe une grande opportunité – une chance pour nous, en Israël, de défier les sentiments d’Eban pour la région et de saisir cette crise comme catalyseur d’un changement historique.

Une photo unique d’un nouveau chapitre

Il s’agit d’une opportunité qui pourrait contribuer à garantir la place d’Israël dans la région pour les générations à venir, et qui, si elle est manquée, ne se représentera peut-être pas de sitôt.

L’assaut iranien, orchestré avec plus de 300 drones et missiles, met à nu l’hostilité inflexible qui imprègne la région.

C’est un rappel brutal de la menace existentielle que l’Iran fait peser non seulement sur Israël mais aussi sur le monde occidental tout entier, ainsi qu’une grande partie du Moyen-Orient.

Cette situation exige non seulement des tactiques défensives, mais aussi une vision stratégique audacieuse. Une telle vision doit saisir l’opportunité de redessiner l’ensemble du paysage géopolitique du Moyen-Orient et d’ouvrir la voie à une normalisation historique des relations avec l’Arabie saoudite.

Le porte-parole militaire israélien, le contre-amiral Daniel Hagari, présente aux médias l'un des missiles balistiques iraniens interceptés par Israël au cours du week-end d'avril 2024.
Le porte-parole militaire israélien, le contre-amiral Daniel Hagari, présente aux médias l’un des missiles balistiques iraniens interceptés par Israël au cours du week-end d’avril 2024.

Face à cette agression, cependant, s’est dressée une coopération militaire sans précédent entre Israël, les États-Unis, la France, la Jordanie et d’autres. Cette alliance est essentielle pour freiner les activités déstabilisatrices de l’Iran dans la région.

Mais cette situation n’exige pas seulement des tactiques défensives : elle requiert une vision stratégique audacieuse. Une telle vision doit saisir l’opportunité de redessiner l’ensemble du paysage géopolitique du Moyen-Orient et d’ouvrir la voie à une normalisation historique des relations avec l’Arabie saoudite.

Tout comme les Palestiniens ont été critiqués pour avoir raté les opportunités générées par les crises, Israël ne doit pas tomber dans le même piège aujourd’hui.

Au lieu de cela, nous devons exploiter l’élan généré par le fort soutien des États-Unis et la réponse aux attaques iraniennes pour réécrire le récit de cette région.

Cette crise représente une chance unique pour nous, en Israël, de redéfinir notre position stratégique, de forger de nouvelles alliances sans précédent et de tracer la voie vers un nouveau chapitre.

Tendre une main d’amitié

L’Arabie saoudite, longtemps considérée comme une puissance régionale, a le potentiel de devenir un partenaire clé dans la quête de paix et de sécurité d’Israël.

En tirant parti de l’élan généré par les attentats du week-end, Israël peut tendre une main amicale à l’Arabie saoudite, jetant ainsi les bases d’un rapprochement historique.

Une reconnaissance de l’État juif par l’Arabie saoudite mettrait fin aux tensions historiques entre Israël et une grande partie du monde arabe, ouvrant la voie à des liens économiques renforcés, à une collaboration en matière de sécurité et à une réconciliation beaucoup plus large avec d’autres nations arabes.

Le prince héritier saoudien Mohammed ben Salmane rencontre le secrétaire d'État américain Antony Blinken, non représenté, à Djeddah, en mars 2024.
Le prince héritier saoudien Mohammed ben Salmane rencontre le secrétaire d’État américain Antony Blinken, non représenté, à Djeddah, en mars 2024.

Une démarche aussi audacieuse renforcerait non seulement la position stratégique d’Israël, mais servirait également de catalyseur pour un réalignement dans l’ensemble de la région, achevant ainsi le travail commencé par les accords historiques d’Abraham.

Une reconnaissance de l’État juif par l’Arabie saoudite mettrait fin aux tensions historiques entre Israël et une grande partie du monde arabe, ouvrant la voie à des liens économiques renforcés, à une collaboration en matière de sécurité et à une réconciliation beaucoup plus large avec d’autres nations arabes.

Quant aux aspirations des Palestiniens, Israël peut offrir un horizon et un soutien à condition qu’ils ne ratent pas pour la première fois leur propre opportunité et concentrent leurs efforts sur la construction politique d’une nation et d’institutions plutôt que sur la terreur.

Cette opportunité ne se représentera peut-être jamais

La guerre n’est pas une fin en soi mais un moyen pour parvenir à une fin politique. L’objectif politique d’Israël doit être la sécurité de notre État pour les générations à venir.

En saisissant cette occasion pour redessiner la carte géopolitique du Moyen-Orient et normaliser ses relations avec l’Arabie saoudite, Israël peut s’assurer un avenir meilleur pour lui-même et pour ses voisins.

Le moment est venu d’agir, car si nous ne parvenons pas à saisir cette opportunité historique, elle ne se reproduira peut-être jamais.

Laisser un commentaire

17 − quatorze =