Israeli soldiers stake position next to crumpled-up UN vehicles perched precariously atop building debris in UNRWA compound, in Gaza, February 2024

Jean Delaunay

Eurovues. Le cas de l’UNRWA révèle un problème bien plus vaste en matière d’aide humanitaire

Le consensus mondial selon lequel le travail humanitaire est essentiel cède trop facilement à la supériorité morale, avec des conséquences souvent dévastatrices. Il est temps de regagner ce terrain, écrivent l’ambassadeur Mark Wallace et le Dr Hans-Jakob Schindler.

Les preuves impliquant des employés de l’UNRWA dans les attentats terroristes du 7 octobre ne devraient pas surprendre quiconque a suivi de près les activités de l’agence des Nations Unies pour les réfugiés palestiniens.

Les allégations selon lesquelles certains employés de l’UNRWA seraient en fait des membres du Hamas ne sont que la dernière itération d’un problème bien plus vaste qui afflige le secteur de l’aide internationale.

Un manque flagrant de surveillance et de réglementation des fonds humanitaires au cours des dernières décennies a permis à des milliards incalculables d’argent des contribuables de se retrouver dans les coffres des terroristes.

Même si les agences humanitaires peuvent hésiter face à ce qu’elles perçoivent comme une lourde « bureaucratie », une surveillance et une transparence strictes sont en fait fondamentales pour le travail humanitaire : elles veillent à ce que l’aide soit acheminée vers ceux qui en ont besoin, et non détournée vers des groupes extrémistes et terroristes.

Les affirmations selon lesquelles on ne sait rien mettent de plus en plus à rude épreuve la crédulité

Pendant des années, l’UNRWA a accueilli de mauvais acteurs peu intéressés par une résolution pacifique du conflit israélo-palestinien.

Selon un dossier présenté par les renseignements israéliens, un employé sur dix est un « agent » terroriste.

Environ 23 % des travailleurs masculins de l’UNRWA à Gaza ont des liens avec le Hamas ou le Jihad islamique palestinien (JIP), contre 15 % de l’ensemble des hommes de Gaza. Et 49 % auraient des « parents proches » également liés au Hamas ou au JIP.

Les affirmations de l’UNRWA selon lesquelles il n’avait aucune connaissance du vaste réseau de tunnels du Hamas sous les écoles et les hôpitaux, financés par des milliards de dollars d’aide détournée, mettent de plus en plus à rude épreuve la crédulité.

La réalité est que l’UNRWA n’est en aucun cas l’exception en matière de financement du terrorisme humanitaire. Dans le monde de l’aide internationale, c’est un risque professionnel.

Un soldat israélien court dans un trou en forme de cratère laissant place à un petit tunnel menant à l'enceinte de l'UNRWA, à Gaza, février 2024.
Un soldat israélien court dans un trou en forme de cratère laissant place à un petit tunnel menant à l’enceinte de l’UNRWA, à Gaza, février 2024.

Au fil des années, plusieurs membres du personnel de l’UNRWA ont été découverts comme étant des terroristes ou des responsables d’organisations terroristes, notamment le fabricant de fusées du JIP Awad al-Qiq, l’ancien ministre de l’Intérieur du Hamas Said Siam et Humam Khalil Abu-Mulal al-Balawi, un kamikaze qui a tué sept employés de la CIA en Afghanistan en 2009.

Le 7 octobre, 12 membres du personnel de l’UNRWA ont aidé le Hamas à exécuter le massacre ou ont aidé le groupe à la suite de l’attaque.

Selon le dossier, l’un des employés de l’agence a pris une femme en otage, un autre a distribué des munitions et un troisième a participé à un massacre dans un kibboutz israélien.

Ce cas ne fait pas exception

Comment les travailleurs humanitaires en sont-ils arrivés à jouer un rôle dans le pire massacre de Juifs depuis l’Holocauste ?

La réalité est que l’UNRWA n’est en aucun cas l’exception en matière de financement du terrorisme humanitaire. Dans le monde de l’aide internationale, c’est un risque professionnel.

Tout au long des années 1990, les talibans ont régulièrement harcelé et volé les agences humanitaires. Le régime taliban actuel utilise également un réseau d’organisations locales factices pour détourner l’argent de l’aide.

Au début des années 2000, des rapports ont révélé qu’en Somalie, Al-Shabaab, filiale d’Al-Qaida, avait siphonné une telle quantité d’aide internationale qu’il avait créé un « Bureau de coordination humanitaire », chargeant les groupes humanitaires de « s’enregistrer ».

Sur le terrain, tout centime cédé à un groupe militant a peu de chances d’atteindre ses objectifs déclarés et, comme dans le cas de l’UNRWA, cela exacerbe en fait le conflit qu’il tente d’atténuer.

Des enfants palestiniens jouent au football devant la porte d'un centre de distribution alimentaire des Nations Unies dans la ville de Gaza, février 2009.
Des enfants palestiniens jouent au football devant la porte d’un centre de distribution alimentaire des Nations Unies dans la ville de Gaza, février 2009.

Plusieurs années plus tard, al-Shabaab a continué à extorquer des livraisons d’aide via des barrages routiers et de soi-disant « taxes ».

En 2018, un audit partiel de l’Agence des États-Unis pour le développement international (USAID) a révélé qu’environ 700 millions de dollars (649 millions d’euros) de programmes financés par les contribuables américains en Irak et en Syrie avaient été incorrectement examinés.

La même année, plusieurs dizaines de personnes et d’organisations ayant reçu un financement de l’USAID dans la région ont été mises sur liste noire et plus de 200 millions de dollars (185,5 millions d’euros) de fonds ont été gelés.

Le groupe rebelle Houthi au Yémen étouffe presque tout mouvement d’aide internationale à travers les zones qu’il contrôle ; ils ont créé une agence « humanitaire », le Conseil suprême de gestion et de coordination des affaires humanitaires et de la coopération internationale (SCMCHA), dans le but exprès de réorienter l’aide vers leurs propres objectifs militants. Les résultats ont été catastrophiques pour le peuple yéménite.

Des décisions qui n’ont pas bien vieilli

Réguler l’aide ne consiste pas simplement à atténuer les problèmes de sécurité. Sur le terrain, tout centime cédé à un groupe militant a peu de chances d’atteindre ses objectifs déclarés et, comme dans le cas de l’UNRWA, cela exacerbe en fait le conflit qu’il tente d’atténuer.

Il y a à peine deux ans, l’administration Biden a recommencé à financer l’UNRWA au motif que l’organisation avait pris des engagements en faveur de « la transparence, de la responsabilité et de la neutralité ».

Des Palestiniens protestent contre la suspension des fonds de plusieurs pays donateurs à l'UNRWA devant les bureaux de l'Agence à Beitunia, en Cisjordanie, en février 2024.
Des Palestiniens protestent contre la suspension des fonds de plusieurs pays donateurs à l’UNRWA devant les bureaux de l’Agence à Beitunia, en Cisjordanie, en février 2024.

Plusieurs gouvernements européens, dont l’Allemagne, ont même augmenté le financement de l’UNRWA à la suite des attentats d’octobre.

Ces décisions n’ont visiblement pas bien vieilli. Mais elles sont le résultat d’un flux constant d’arguments de la part des travailleurs humanitaires et des groupes humanitaires qui affirment que les réglementations et les sanctions, même assorties d’exemptions humanitaires, ne font guère plus qu’entraver leur travail.

Cette attitude est dangereusement dédaigneuse, comme l’écrivait l’ancien avocat général de l’UNRWA, James Lindsay, dans un rapport de 2009 : « L’UNRWA a pris très peu de mesures pour détecter et éliminer les terroristes de (ses) rangs… et aucune mesure du tout pour empêcher les membres d’organisations terroristes, comme comme le Hamas, de nous rejoindre. »

Nous ne pouvons pas continuer à abandonner les principes moraux

Les groupes terroristes brutaux et les régimes extrémistes considéreront toujours les fonds humanitaires comme une quasi-tirelire leur permettant de renforcer leur propre pouvoir.

Une surveillance efficace, la transparence budgétaire, des exigences complètes en matière de rapports, ainsi que des contrôles internes et externes sont des éléments indispensables pour garantir que tout problème émergent soit détecté rapidement, que le détournement de l’aide soit atténué et que des garde-fous soient en place pour empêcher les travailleurs humanitaires internationaux d’être impliqués dans le terrorisme. groupes ou attaques.

Malgré les critiques du haut représentant de l’UE pour les affaires étrangères, plusieurs pays européens, outre les États-Unis, ont suspendu leurs paiements à l’UNRWA. C’est un pas dans la bonne direction.

Le consensus mondial selon lequel le travail humanitaire est essentiel cède trop facilement à la supériorité morale, avec des conséquences souvent dévastatrices.

Il est temps de reconquérir ce terrain qui a trop longtemps servi de couverture aux pires actes de terrorisme.

Laisser un commentaire

quatre × cinq =