Egyptian President Abd al-Fatah al-Sisi attends a military ceremony in the courtyard at the Hotel des Invalides in Paris, October 2017

Jean Delaunay

Eurovues. En Egypte, la réélection d’Al-Sissi est une répétition de sa première tentative de pouvoir

L’adhésion des experts égyptiens aux intérêts de l’État russe en diffusant des récits anti-occidentaux et anti-ukrainiens n’est que l’une des particularités entourant le nouveau mandat d’al-Sisi, écrit Nathaniel Greenberg.

Les récentes élections en Égypte n’ont guère été surprenantes, au cours desquelles le président sortant et ancien ministre de la Défense, Abd al-Fatah al-Sisi, a accédé au pouvoir avec 89,6 % des voix.

Alors qu’al-Sissi s’est présenté sur la base d’une multitude de promesses, notamment des projets visant à sortir l’Égypte de la crise économique actuelle, la géopolitique des guerres en Ukraine et en Palestine a coloré les élections d’une manière qui n’était pas non plus surprenante.

« Vers le bas avec Israël. Pas de déplacement ni de relogement », tel était le slogan attribué aux « manifestations de colère dans tous les gouvernorats égyptiens », selon Egypt Today, l’un des médias semi-officiels de langue anglaise du pays.

Avant une rencontre le 18 octobre avec le président américain Joe Biden, al-Sissi a déclaré : « Ce qui se passe actuellement à Gaza est une tentative visant à forcer les résidents civils à se réfugier et à émigrer en Égypte, ce qui ne devrait pas être accepté. »

D’où vient la réclamation ?

Le mystère entourait les origines de cette revendication qui, compte tenu du déplacement brutal vers le sud des voisins assiégés de l’Égypte, semblait presque évidente.

Mais le 23 octobre, le géant de l’information russe RT Arabic a fourni une source crédible à cette rumeur. Un groupe de réflexion de droite lié au ministère israélien du Renseignement avait publié un livre blanc faisant allusion au complot qui se concrétisait désormais sur le terrain.

De manière typiquement propagandiste, l’histoire de RT s’est reproduite sur des dizaines de sites Web affiliés au sein de la sphère médiatique russo-arabe ainsi que sur d’autres grands réseaux satellites arabes.

Un camion traverse le poste frontière de Rafah, de la bande de Gaza vers l'Égypte, après avoir livré de l'aide humanitaire, novembre 2023.
Un camion traverse le poste frontière de Rafah, de la bande de Gaza vers l’Égypte, après avoir livré de l’aide humanitaire, novembre 2023.

Le fait qu’aucune des sources de syndication n’ait attribué ses conclusions à l’élément original de RT a donné du crédit à l’apparence d’un consensus.

La justification ostensible de l’information, également promulguée une semaine plus tard par le média israélien Local Call, qui a divulgué un document distinct, divulgué, apparemment provenant du ministère israélien du Renseignement, a encore aggravé la vérité du discours de campagne puissant d’al-Sisi.

L’article Local Call et le livre blanc divulgué ont également gagné du terrain dans les médias occidentaux.

Les machinations conspiratrices sont-elles au cœur du récit ?

Mais en fait, ce n’est que quelques jours après les attaques en Israël que la propagande russe en Égypte a commencé à amplifier le récit selon lequel un accord secret entre les Frères musulmans, Israël et les États-Unis promettait la relocalisation de la population de Gaza vers la péninsule du Sinaï. .

Ce n’est pas une surprise puisque la triade a longtemps occupé un rôle central dans le folklore égyptien contemporain.

Via de nouvelles plateformes médiatiques comme X, Telegraph et YouTube, des plateformes obscures mais virales comme « Egypt’s Channel », dirigée par un ancien responsable des médias d’État égyptiens, ont élaboré des scénarios élaborés sur le « complot du Sinaï », qui implique désormais également le gouvernement ukrainien.

Des véhicules passent près de banderoles soutenant le président égyptien Abdel Fattah el-Sissi pour les élections présidentielles, au Caire, décembre 2023.
Des véhicules passent près de banderoles soutenant le président égyptien Abdel Fattah el-Sissi pour les élections présidentielles, au Caire, décembre 2023.

Le mouvement contre-révolutionnaire connu sous le nom de Tamarod, qui a porté al-Sisi au pouvoir pour la première fois en 2014, était motivé en partie par le même récit et par la même chaîne d’influence.

Via de nouvelles plateformes médiatiques comme X, Telegraph et YouTube, des plateformes obscures mais virales comme « Egypt’s Channel », dirigée par un ancien responsable des médias d’État égyptiens, ont élaboré des scénarios élaborés sur le « complot du Sinaï », qui implique désormais également le gouvernement ukrainien.

Tout en laissant sans examen les actions ou le financement du Hamas, les machinations conspiratrices ont poussé les manifestants pro-Sissi dans les rues et attisé encore davantage des conflits apparemment tangentiels comme la lutte pour le pouvoir en Libye, où le Kremlin cherche activement à renverser le gouvernement de Tripoli et à renforcer son pouvoir. candidat préféré, Seif al-Qadafi.

Les intérêts de l’État égyptien devraient primer – mais le seront-ils ?

En fin de compte, l’adhésion des experts égyptiens aux intérêts de l’État russe n’est que l’une des particularités du nouveau mandat d’al-Sissi.

À mesure que le régime vieillit, on pourrait espérer que les intérêts de l’État égyptien l’emporteront un jour sur ceux de la Russie ou de toute autre puissance étrangère.

Cette perspective semble toutefois peu probable pour l’instant, car le plus souvent en Égypte, l’histoire a tendance à se répéter, même si elle prend souvent la forme d’une farce.

Laisser un commentaire

un × 1 =