Israeli Prime Minister Benjamin Netanyahu speaks during a news conference at the Sheba Tel HaShomer Hospital in Ramat Gan, June 2024

Milos Schmidt

Euroviews. Netanyahou a tout à perdre et rien à gagner dans une désescalade

Nétanyahou, autrefois connu sous le nom de « Monsieur Sécurité », a bâti sa carrière sur le personnage qu’il s’est construit : le « Roi Bibi » autoproclamé qui peut sauver Israël. Aujourd’hui, il est prêt à tout pour assurer sa propre préservation, écrit Shlomo Roiter Jesner.

La déclaration faite plus tôt cette semaine par le porte-parole des forces de défense israéliennes, le contre-amiral Daniel Hagari, a surpris plus d’un, compte tenu de la gravité du tableau qu’il a brossé de l’escalade en cours à la frontière nord d’Israël.

Avertissant que « l’agression croissante du Hezbollah nous amène au bord de ce qui pourrait être une escalade plus large », sa déclaration a été suivie par le ministre israélien des Affaires étrangères, Israel Katz, qui n’a pas lésiné sur les mots, avertissant que le pays était prêt à un « conflit mondial ». « une guerre » qui « changerait les règles du jeu ».

Ce qui a inspiré des déclarations aussi fortes de la part des dirigeants militaires et politiques israéliens a été la semaine la plus violente jusqu’à présent à la frontière avec le Liban – c’est-à-dire depuis le début de la récente escalade après l’attaque du Hamas du 7 octobre.

Une escalade rhétorique similaire a été observée du côté du Hezbollah, qui, pour la première fois depuis plusieurs jours, a revendiqué directement la responsabilité des attaques de drones près de la ville israélienne de Metullah.

Compte tenu de la mort du plus haut responsable du Hezbollah à ce jour, le commandant Taleb Abdullah, couplée au lancement par le Hezbollah de ce qui a été certains de ses barrages de roquettes les plus lourds à ce jour, en plus des menaces manifestes du chef du Hezbollah, Hassan Nasrallah, d’attaquer les infrastructures critiques israéliennes à l’aide d’images filmées. par les drones de reconnaissance de l’organisation terroriste, la menace d’une escalade est bien réelle.

Les querelles avec Washington n’aident pas

Alors qu’Amos Hochstein, conseiller principal du président américain Joe Biden, qui fait office de médiateur pour Biden depuis le début du conflit, se rend dans la région en vue d’empêcher une nouvelle escalade, la question qui se pose est de savoir ce que l’administration américaine peut faire en pratique.

L’état des relations entre les États-Unis et Israël est actuellement au plus bas, égalé seulement par la fin du mandat du président Barack Obama lorsque Washington, dans un geste rare, s’est abstenu lors d’une résolution controversée du Conseil de sécurité de l’ONU exigeant la fin aux colonies.

Alors que Washington tente de contrôler le Premier ministre israélien, l’administration Biden oublie qu’elle a affaire à un homme qui n’a littéralement rien à perdre.

Le Premier ministre israélien Benjamin Netanyahu s'exprime lors de sa rencontre avec le président Joe Biden, en octobre 2023
Le Premier ministre israélien Benjamin Netanyahu s’exprime lors de sa rencontre avec le président Joe Biden, octobre 2023

Les relations entre Biden et le Premier ministre israélien Benjamin Netanyahu ont atteint leur plus bas niveau cette semaine lorsque Netanyahu, dans une vidéo en anglais sur les réseaux sociaux, a accusé l’administration Biden de retenir l’aide militaire à Israël, le plus grand bénéficiaire de l’aide militaire américaine à l’échelle mondiale.

Cette dispute a conduit à l’annulation rare d’un dialogue stratégique sur l’Iran, un jour seulement avant qu’il ne se tienne à Washington, alors que des membres de la délégation israélienne, dont le conseiller à la sécurité nationale d’Israël, étaient déjà en route. « Cette décision montre clairement qu’il y a des conséquences à de telles cascades », a déclaré un responsable américain, faisant référence au clip de Netanyahu.

Et tandis que Washington tente de contrôler le Premier ministre israélien, en formulant des exigences concernant les opérations israéliennes à Rafah et en annulant la réunion évoquée, ce que l’administration Biden oublie, c’est qu’elle a affaire à un homme qui n’a littéralement rien à perdre.

La disgrâce de M. Sécurité

Le Premier ministre israélien le plus ancien, autrefois connu sous le nom de M. Sécurité, n’a pas le vaste soutien public qu’il avait autrefois, se retrouvant quatrième sur six politiciens israéliens, avec seulement 42 % de soutien dans un sondage réalisé en mars.

Il n’était suivi que par les dirigeants de l’extrême droite israélienne, Bezalel Smotritch et Itamar Ben Gvir (avec respectivement 37 % et 33 %).

Le massacre du 7 octobre et les échecs des services de renseignement et de l’armée qui resteront à jamais associés à cette journée ont brisé toutes les idées préconçues selon lesquelles Netanyahou était le seul à pouvoir garantir la sécurité que les citoyens israéliens recherchent si désespérément.

En effet, les appels à la responsabilité ne font que se renforcer. Cette semaine encore, des dizaines de milliers de manifestants de tous les horizons de la société israélienne ont exigé une commission d’enquête, ce que Netanyahu a empêché le contrôleur d’État Matanyahu Englman de mettre en place.

Accusé de fraude, de corruption et d’abus de confiance dans trois affaires distinctes, il est évident que Netanyahou a tout à gagner à prolonger, voire à aggraver, la situation sécuritaire d’Israël.

Des policiers à cheval israéliens dispersent des manifestants bloquant une route lors d'une manifestation contre le gouvernement du Premier ministre israélien Benjamin Netanyahu, juin 2024.
Des policiers montés israéliens dispersent des manifestants bloquant une route lors d’une manifestation contre le gouvernement du Premier ministre israélien Benjamin Netanyahu, en juin 2024

Malgré ses 17 années au pouvoir, il est choquant de constater qu’aucune commission d’enquête n’a jamais été formée, ce qui rend « la probabilité d’une enquête très, très faible », selon le professeur de politique publique à l’Université hébraïque Raanan Sulitzeanu-Kenan.

Sur le plan personnel, on ne peut oublier que Netanyahou est toujours confronté à un procès pour corruption en cours, qui a repris en décembre malgré la guerre à Gaza.

Accusé de fraude, de corruption et d’abus de confiance dans trois affaires distinctes, il est évident que Netanyahou a tout à gagner à prolonger, voire à aggraver, la situation sécuritaire d’Israël.

Dans ce contexte, il y a seulement trois mois, les avocats de Netanyahu ont demandé au tribunal du district de Jérusalem de reporter les témoignages « tant qu’il n’y aura pas de changement substantiel dans la situation sécuritaire dans le pays ».

Vaste arsenal d’outils d’auto-préservation

Alors que Netanyahou se trouve dans une position où il incarne ce que James Baldwin appelle « la création la plus dangereuse de toute société, l’homme qui n’a rien à perdre », Biden et les États-Unis doivent faire preuve de prudence lorsqu’ils appellent à la désescalade.

Connu sous son surnom préféré, Bibi, il a fait carrière grâce au personnage qu’il s’est construit : le « Roi Bibi » autoproclamé qui peut sauver Israël.

Dénigrer les démocrates américains au cours d’une année électorale et peut-être faire subtilement tout ce qui est en son pouvoir pour garantir un changement d’administration ne sont que quelques-uns des outils de son vaste arsenal d’auto-préservation.

Même si le Hezbollah ne considère pas qu’une grave escalade avec Israël soit dans son intérêt stratégique, il pourrait néanmoins profiter du besoin désespéré de Netanyahu d’une crise sécuritaire persistante… pour remporter une victoire bien méritée sur le front sécuritaire.

Des combattants du groupe militant libanais Hezbollah effectuent un exercice d'entraînement dans le village d'Aaramta, dans le district de Jezzine, en mai 2023
Des combattants du groupe militant libanais Hezbollah effectuent un exercice d’entraînement dans le village d’Aaramta, district de Jezzine, mai 2023.

Le président Biden lui-même est également limité à cet égard, devant s’assurer du vote pro-israélien tout en peignant l’image de quelqu’un qui se soucie également de la situation humanitaire à Gaza.

Netanyahou profite facilement de cet équilibre délicat, décrivant chaque action de Washington comme une remise en question du soutien indéfectible des États-Unis à l’État juif.

Bien que le Hezbollah ne considère pas qu’une escalade sévère avec Israël soit dans son intérêt stratégique, il pourrait néanmoins profiter du besoin désespéré de Netanyahou d’une crise sécuritaire continue, couplé à ce qu’il perçoit comme une accalmie dans les relations américano-israéliennes, pour remporter une victoire bien nécessaire sur le front de la sécurité.

Nasrallah est encore moins réservé que Netanyahou et se soucie peu de l’avenir du Liban.

Qui tirera en premier ?

Le Hezbollah gagnera aux yeux du public libanais s’il est perçu comme tenant à distance l’armée israélienne et gagnera également la bataille des cœurs et des esprits en cas d’escalade.

Cela est dû aux pertes militaires qu’Israël subirait sans aucun doute, y compris sur le front intérieur et lors d’un éventuel processus de reconstruction au Liban.

Même si le Hezbollah serait responsable de la destruction du pays, il jouerait également un rôle important dans sa reconstruction, compte tenu de la quasi-inexistence d’un gouvernement central au Liban.

Cependant, avec un récent sondage en Israël montrant 60 % de soutien à l’attaque du Hezbollah avec toute la force et 36 % souhaitant que cela se produise dans l’immédiat, il est impossible de savoir quel camp sur lequel les États-Unis ont peu ou pas de contrôle sera le premier à escalader la situation.

Laisser un commentaire

vingt − 4 =