England

Jean Delaunay

Euro 2024 : Merih Demiral, héros de la Turquie, suspendu pour deux matchs après un geste nationaliste

Il va manquer un quart de finale crucial contre les Pays-Bas samedi soir ainsi qu’une potentielle demi-finale.

L’UEFA a annoncé qu’elle suspendait le joueur turc Merih Demiral pour deux matchs après une célébration controversée à l’Euro 2024 et la dispute diplomatique qu’elle a suscitée.

Demiral a aidé son équipe à atteindre les quarts de finale grâce à un doublé crucial lors du huitième de finale du tournoi contre l’Autriche le 2 juillet.

Cependant, alors qu’il célébrait son deuxième but, il a imité un signe associé à l’organisation ultra-nationaliste turque Ulku Ocaklari, alias les Loups Gris.

Au fil des décennies, ils ont été accusés d’avoir participé à des violences à caractère politique, principalement contre des groupes de gauche. Le groupe est interdit en France et fait l’objet d’une surveillance étroite en Allemagne.

Le Turc Merih Demiral célèbre son deuxième but contre l'Autriche en huitièmes de finale de l'Euro 2024
Le Turc Merih Demiral célèbre son deuxième but contre l’Autriche en huitièmes de finale de l’Euro 2024

Les dirigeants politiques turcs se précipitent pour défendre Demiral

Le joueur a affirmé que son geste était une expression innocente de fierté nationale.

Il a rapidement obtenu le soutien des plus hautes autorités turques, à commencer par le président Recep Tayyip Erdoğan, qui a déclaré que le défenseur de 26 ans avait simplement exprimé son « enthousiasme ».

Le ministère turc des Affaires étrangères a également donné son avis, affirmant que la décision «renforce l’idée selon laquelle il existe une tendance croissante à agir avec préjugés contre les étrangers dans certains pays européens».

Omer Celik, porte-parole du parti au pouvoir d’Erdoğan, a qualifié l’interdiction de l’UEFA de « décision extrêmement erronée ». Il a suggéré que l’instance dirigeante avait cédé à l’influence de « certains groupes de pression ».

Le président Erdoğan a annulé un voyage en Azerbaïdjan pour assister au match de la Turquie contre les Pays-Bas samedi à Berlin à 21h00.

Suite à cette suspension, Demiral ne sera pas autorisé à jouer et manquera également une éventuelle demi-finale.

L’UEFA reste ferme sur les gestes politiques

L’UEFA a confirmé qu’elle n’allait pas assouplir sa position à l’égard des joueurs qui mêlent politique et sport.

Un autre joueur de l’Euro 2024, l’attaquant albanais Mirlind Daku, a été suspendu pour deux matchs après avoir scandé des chants anti-macédoniens et anti-serbes.

La décision de l’instance dirigeante du football européen concernant Demiral est intervenue après que la ministre allemande de l’Intérieur, Nancy Faeser, a sévèrement condamné son geste.

Elle a écrit sur X : « Les symboles des extrémistes de droite turcs n’ont pas leur place dans nos stades. Utiliser le Championnat d’Europe de football comme une plateforme pour le racisme est totalement inacceptable. Nous attendons de l’UEFA qu’elle enquête sur cette affaire et envisage des sanctions. »

Suite à sa déclaration, la Turquie a convoqué mercredi l’ambassadeur d’Allemagne à Ankara.

L’Allemagne a alors rapidement riposté en convoquant l’ambassadeur de Turquie à Berlin jeudi.

Laisser un commentaire

huit + cinq =