French President Emmanuel Macron thumbs up from his car after voting for the European election, Sunday, June 9, 2024

Milos Schmidt

État de l’Union : les élections européennes plongent la France dans l’incertitude

Cette édition de l’État de l’Union se concentre sur le résultat des élections européennes qui ont conduit le président français Macron à appeler à un vote national dans quelques semaines, plongeant la France dans l’incertitude politique. Autre sujet : une semaine d’activité diplomatique intense sur l’Ukraine.

Les élections européennes sont terminées – et les marchandages sur les futures alliances, coalitions et positions dirigeantes ont commencé.

Au cours de réunions, de réunions et encore de réunions, les gagnants et les perdants du verdict des électeurs ont commencé à se préparer pour les cinq prochaines années de batailles législatives.

Nous y reviendrons dans une minute.

Mais d’abord : ce fut une semaine d’activité diplomatique intense pour l’Ukraine.

Le président Volodymyr Zelensky s’est rendu à la conférence sur le redressement du pays à Berlin, au sommet du G7 en Italie et à un sommet mondial pour la paix en Suisse.

Il a appelé à une aide à court terme pour réparer le réseau électrique ukrainien et à des investissements à long terme dans son système énergétique et il a renouvelé ses appels à une aide accrue pour repousser les attaques de missiles russes.

Remerciant les législateurs allemands du Bundestag pour leur soutien continu, Zelensky, provocateur, a clairement exprimé ce qu’il pensait du compromis avec Moscou – et ce n’est presque rien :

« La Russie doit être tenue responsable de l’agression de la guerre. La Russie doit enlever les ruines. La Russie doit payer pour tous les dégâts causés à notre pays. (…) Nous ne permettrons pas à la Russie de continuer à défiler en Europe avec son mépris de la vie.»

Au niveau européen, le soutien à l’Ukraine semble assuré, puisque les élections européennes ont vu la même majorité de partis centristes.

Dans le même temps, les électeurs ont également renforcé l’extrême droite, comme prévu, notamment en France.

Le Rassemblement national de Marine Le Pen a enregistré des gains spectaculaires et s’est rapproché des portes du pouvoir à Paris.

Ce séisme politique a permis au président Emmanuel Macron de convoquer des élections anticipées dans quelques semaines seulement.

Certains observateurs estiment qu’il s’agit là d’un pari à gros enjeux. Mais Macron a appelé les forces modérées à s’unir contre les extrêmes de droite et de gauche :

«Je suis convaincu que certains parmi les sociaux-démocrates, les radicaux (centre gauche), les Verts, les démocrates-chrétiens, les héritiers de Charles de Gaulle (centre droit) et, plus largement, que nombre de nos concitoyens et dirigeants politiques qui ne se sentent pas représentés par les extrêmes et pourraient travailler avec leurs dirigeants pour construire un nouveau projet.»

Pour discuter des événements de cette semaine, nous avons discuté avec Jacob Kirkegaard, chercheur principal au German Marshall Fund et au Peterson Institute for International Economics.

L’Observatoire de l’Europe : Ainsi, le centre a tenu bon aux élections européennes et ses partis conservent une solide majorité. À quoi pouvons-nous nous attendre maintenant, est-ce que les affaires continueront comme d’habitude ?

Kirkegaard : Je pense que ce serait assez proche du statu quo, en fait. Je pense, par exemple, que le processus de sélection de la prochaine équipe dirigeante, je veux dire les présidences de la Commission, du Conseil, du Haut Représentant, etc., je pense que cela ira assez vite, clairement mené par la reconduction, à mon avis, d’Ursula von der Leyen comme présidente de la Commission, soutenu par le fait que le PPE a bien fait, la CDU a bien fait en Allemagne. Ainsi, même si vous ne diriez pas qu’elle a un mandat démocratique fort derrière elle, elle a néanmoins mieux que n’importe quel candidat alternatif.

L’Observatoire de l’Europe : Supposons que vous ayez raison. Le Parlement réélira Ursula von der Leyen à la présidence de la Commission, tentera-t-elle de tendre la main à l’extrême droite et quel impact cela aura-t-il sur son agenda politique ?

Kirkegaard : Non, je ne pense pas que ce serait sa première stratégie. Elle dispose toujours d’une majorité, basée sur les libéraux, centre droit, centre gauche. En plus de cela, il ne faut pas oublier que le Parti Vert fait partie de ceux qui ont subi des pertes importantes lors de cette élection. Cela signifie que les Verts, qui craindront clairement qu’Ursula von der Leyen, lors d’un nouveau mandat, édulcorera certains aspects du Green Deal. Eh bien, ils doivent rechercher davantage d’influence qu’auparavant parce qu’ils sont moins nombreux. Donc, si elle a besoin de tendre la main, eh bien, je dirais que les Verts seraient une bien meilleure opportunité car cela ne lui coûterait pas vraiment très cher, à mon avis, en termes de soutien au sein de son propre parti et d’autres.

L’Observatoire de l’Europe : Le véritable choc, bien sûr, a été l’appel d’Emmanuel Macron à des élections anticipées dans quelques semaines seulement. À votre avis, qu’est-ce qui va se passer là-bas ?

Kirkegaard : Eh bien, laissez-moi deviner. L’ironie est que les élections européennes semblent avoir provoqué davantage de vagues à certains niveaux nationaux, en premier lieu bien sûr en France. Non, je veux dire, je pense que nous sommes désormais dans cette période d’incertitude aiguë pour la France. Le système des élections parlementaires françaises est un système à deux tours. Cela rend la prévision très difficile. Cela met l’accent sur ces accords de coalition entre partis. Et nous les voyons, frappés puis non frappés. On a vu les Républicains, ou du moins le leader des Républicains, Eric Ciotti, tenter de s’allier à Le Pen. On a assisté à des mouvements similaires pour un nouveau Front Populaire à gauche. Sauf que le vainqueur des élections européennes, Glucksman, celui qui a obtenu les voix de gauche, a déclaré : « Sans moi ». On ne sait donc pas vraiment ce qui va se passer.

Laisser un commentaire

12 − neuf =