French citizen Laurent Vinatier, right, is escorted into a cage in a courtroom in the Zamoskvoretsky District Court in Moscow, Russia on Friday, June 7, 2024

Jean Delaunay

Emmanuel Macron exige que la Russie libère un citoyen français emprisonné

Le président français a déclaré que Moscou devait libérer Laurent Vinatier de prison, après son emprisonnement vendredi pour avoir prétendument manipulé des données militaires sensibles.

Un tribunal de Moscou a ordonné vendredi le placement en prison de Vinatier dans l’attente de l’enquête et du procès.

Il a été arrêté jeudi dans la capitale russe alors que les tensions ont éclaté entre Moscou et Paris suite aux déclarations du président français Emmanuel Macron sur la possibilité de déployer les troupes du pays en Ukraine.

Les autorités ont accusé Vinatier de ne pas s’être enregistré comme « agent étranger » alors qu’il collectait des informations sur les « activités militaires et militaro-techniques » de la Russie, qui pourraient être utilisées au détriment de la sécurité du pays.

Ils n’ont pas fourni de détails sur les accusations, se contentant d’affirmer que Vinatier s’est rendu à plusieurs reprises en Russie pour recueillir ces informations. Selon la loi russe, il s’agit d’une infraction pénale passible d’une peine pouvant aller jusqu’à cinq ans de prison.

Vinatier a comparu devant le tribunal vendredi. L’agence de presse officielle russe Tass a cité son avocat qui aurait déclaré devant le tribunal que Vinatier avait reconnu sa culpabilité et soutenu qu’il n’était tout simplement pas au courant de cette exigence. Le rapport indique également que Vinatier s’est excusé auprès du tribunal.

Le juge a ordonné que l’homme soit placé en détention provisoire jusqu’au 5 août.

Vinatier est conseiller auprès du Centre pour le dialogue humanitaire, une organisation non gouvernementale basée à Genève.

Plus tard vendredi, l’ONG basée à Genève a déclaré qu’elle faisait « tout son possible pour aider notre collègue Laurent », notamment en l’aidant à lui garantir une représentation légale et en contactant les autorités russes.

« Au fur et à mesure que l’affaire progresse, nous continuons à rechercher des informations sur les circonstances ayant conduit à son arrestation et les accusations portées contre lui », indique le communiqué.

Les accusations portées contre Vinatier découlent d’une loi récemment adoptée qui oblige toute personne collectant des informations sur des questions militaires à s’enregistrer auprès des autorités en tant qu’agent étranger.

Les militants des droits de l’homme ont critiqué la loi et d’autres lois adoptées récemment dans le cadre d’une répression à plusieurs volets du Kremlin contre les médias indépendants et les militants politiques, dans le but d’étouffer les critiques de ses actions en Ukraine.

Les arrestations pour espionnage et collecte de données sensibles sont devenues de plus en plus fréquentes en Russie depuis l’envoi de troupes en Ukraine en février 2022.

Parmi les récentes arrestations très médiatisées, citons le journaliste du Wall Street Journal Evan Gershkovich, arrêté pour espionnage. La journaliste américano-russe Alsou Kurmasheva, qui a été arrêtée en octobre 2023 pour les mêmes accusations que Vinatier.

Laisser un commentaire

5 × 3 =