Jean Delaunay

Emmanuel Macron évoque le devoir de mémoire pour le 80e anniversaire de la Libération de la France

Emmanuel Macron rend hommage au 80e anniversaire de la Libération de la France

En ce 5 juin 2024, Emmanuel Macron, président de la République française, a choisi le réseau social Twitter pour adresser un message à ses « chers compatriotes ». Le chef de l’État a rappelé l’importance de l’année en cours : celle de la célébration du 80e anniversaire de la Libération de la France. Un événement historique qui continue de marquer les esprits qu’il juge primordial d’honorer et de transmettre.

Un devoir de commémoration pour les héros et futures générations

Sans préciser explicitement de quelles manières cette date emblématique serait commémorée, Emmanuel Macron a néanmoins insisté sur l’importance de cette transmission mémorielle. « Nous le devons à nos héros. Nous le devons aux générations futures », a-t-il écrit. Un message fort pour les descendants des résistants et pour tous les Français, comme pour ne pas oublier cette période charnière de l’histoire du pays, période durant laquelle la France a su retrouver sa liberté.

Une nécessaire transmission de la mémoire

Cette déclaration présidentielle intervient dans un contexte où la transmission de la mémoire et de l’histoire est de plus en plus discutée. Nombreux sont ceux qui estiment qu’il est indispensable d’enseigner aux jeunes générations les valeurs de liberté, d’indépendance et de résilience qui ont permis à notre pays de se relever de cette période sombre. Par son message, le président de la République souligne que la mémoire collective doit être maintenue et revivifiée, afin que nous puissions continuer à honorer ceux qui se sont battus pour nos libertés.

D’ici à la date anniversaire, il sera intéressant de voir quelles initiatives seront mises en place pour célébrer cet événement majeur et permettre à chaque citoyen d’honorer et de se remémorer cette période historique. Emmanuel Macron a lancé un message fort : celui du souvenir et de l’apprentissage, de l’hommage et de la transmission. Gageons qu’il saura donner corps à ces mots dans les actes à venir. Car comme l’écrivait l’écrivain et résistant français, François Mauriac, « n’oublions jamais que ce qu’a dit un jour les nazis de la puissance du Verbe : À force de répéter des mensonges, on finit par y croire. » Le devoir de mémoire est aussi le devoir de vérité.

Laisser un commentaire

quatorze − onze =