Supporters of the French far right National Rally wave flags during a meeting for the upcoming European elections in Henin-Beaumont, northern France, Friday, May 24, 2024.

Jean Delaunay

Élections européennes : tout savoir sur les enjeux en France

Alors que 50 millions de personnes devraient voter pour les élections européennes, nous détaillons les enjeux du vote en France.

Après des semaines de campagne, d’innombrables rassemblements et de multiples débats, la course aux élections européennes touche à sa fin. Plus de 50 millions d’électeurs français sont attendus aux urnes dimanche.

Voici tout ce que vous devez savoir sur la campagne électorale européenne en France.

Comment ça marche?

Les électeurs français pourront choisir entre 38 partis différents, chacun présentant 81 candidats – soit le nombre total d’eurodéputés que la France enverra au Parlement européen en 2024.

C’est le deuxième pays avec le plus grand nombre d’eurodéputés derrière l’Allemagne qui disposera de 96 sièges lors de ce scrutin sur un total de 720 dans l’hémicycle.

Seuls les partis ayant recueilli au moins 5 % des voix pourront envoyer des députés au Parlement.

Les premiers résultats seront annoncés le 9 juin au soir à partir de 20 heures.

Du vendredi à 23h59 jusqu’aux premiers résultats dimanche à 20 heures, les candidats français n’ont pas le droit de s’exprimer publiquement sur le vote et les médias audiovisuels ne peuvent plus diffuser de commentaires politiques ni faire référence à des sondages ou à des estimations.

Quels sont les enjeux pour les différentes parties ?

Un duel extrême droite – Macron

Cette année, les questions intérieures ont dominé la campagne électorale européenne en France, l’immigration, le pouvoir d’achat et la sécurité étant considérés comme les principales préoccupations des électeurs, selon divers sondages.

Le parti d’extrême droite du Rassemblement national (RN) a présenté sa campagne comme un référendum sur l’approbation du président français Emmanuel Macron, notamment sur ces questions, le principal candidat du parti à ces élections, Jordan Bardella, déclarant qu’il exigerait des élections législatives anticipées si son parti gagne.

Lors de son dernier meeting de campagne à Paris dimanche, Bardella a appelé les électeurs à voter contre Macron.

« Dimanche prochain, s’abstenir, c’est voter pour Macron. Dimanche prochain, voter pour d’autres (plus petits) partis ne fera que renforcer Macron », a-t-il déclaré devant une foule enthousiaste de 5.000 personnes.

Bardella a dominé les sondages et devrait obtenir environ 32 % des intentions de vote, selon le dernier sondage L’Observatoire de l’Europe.

Jordan Bardella, candidat principal du Rassemblement national d'extrême droite française aux prochaines élections européennes, s'exprime lors d'un meeting le dimanche 2 juin 2024 à Paris.
Jordan Bardella, candidat principal du Rassemblement national d’extrême droite française aux prochaines élections européennes, s’exprime lors d’un meeting le dimanche 2 juin 2024 à Paris.

L’objectif du parti est de se maintenir au-dessus de la barre des 30 %, un score jamais vu pour le Rassemblement national, hormis lors du second tour de l’élection présidentielle française.

Mais historiquement, le parti a l’habitude de perdre quelques points le jour de l’élection à cause de changements d’avis de certains électeurs à la dernière minute.

C’est peut-être le cas de Stéphane, dentiste de 30 ans basé à Paris et sympathisant de longue date du Rassemblement national.

Il a déclaré à L’Observatoire de l’Europe qu’il reste encore à choisir entre deux partis d’extrême droite : le Rassemblement national de Bardella et le parti Reconquête de Marion Maréchal (actuellement à 5,9% des intentions de vote).

Il a déclaré qu’il considérait Maréchal, 34 ans, comme une « candidate bien meilleure, plus qualifiée et plus confiante » par rapport à sa rivale de 28 ans.

« Je ne sais pas si je dois voter pour Jordan Bardella pour lui donner plus de pouvoir au Parlement européen ou pour voter pour Marion Maréchal qui est plus qualifiée », a-t-il déclaré.

Le parti libéral de Macron veut limiter les dégâts

Le parti de centre-droit Renaissance du président Macron, dirigé par la députée européenne Valérie Hayer lors de ce scrutin, est en retard de plus de 15 points sur le Rassemblement national (actuellement à 15,7 %).

L’eurodéputé n’était pas très connu jusqu’à récemment et a été critiqué pour son trop grand savoir lors des débats.

« Malheureusement, la forme de Valérie Hayer est nulle, mais c’est la moins mauvaise candidate parmi toutes », déplore Max, consultant de 29 ans basé à Paris.

Il a déclaré qu’il voterait pour le parti centriste afin de limiter la montée de l’extrême droite. « J’aimerais que la France envoie des députés qui puissent participer à la construction de l’UE plutôt que de l’entraver », a-t-il déclaré à L’Observatoire de l’Europe.

Macron s’est efforcé de sauver son parti de la défaite attendue en envoyant son Premier ministre Gabriel Attal affronter Bardella dans un débat en tête-à-tête, au lieu de Valérie Hayer, provoquant des réactions négatives de la part des autres candidats ainsi que des électeurs.

Une interview télévisée de Macron en prime time est prévue ce jeudi soir, suscitant encore davantage la colère des autres candidats qui ont porté plainte auprès de l’Arcom, le régulateur national des médias.

« Le Président a été très impliqué dans ces élections mais toutes ses actions ont échoué », a expliqué Christophe Boutin, politologue et professeur de droit public à l’Université de Caen en Normandie.

« Il a été difficile de booster les sondages parce que ses arguments sont familiers. Les Français ne voient pas l’efficacité que le président prétend avoir obtenue avec son parti », a déclaré Boutin dans une interview à L’Observatoire de l’Europe.

Pour Renaissance, l’objectif est désormais de conserver sa deuxième place, le candidat socialiste Raphaël Glucksmann se révélant un rival inattendu, avec 14% d’intentions de vote.

Le candidat « surprise » du Parti socialiste

Glucksmann vise la deuxième place, espérant donner un coup de pouce à son parti socialiste (PS-PP), plus modéré à gauche de l’échiquier politique que la France Insoumise (LFI) et les Verts (EELV).

Franck, 52 ans, community manager basé à Paris a déclaré que bien qu’il ait voté pour le parti des Verts aux élections européennes de 2019, il a décidé cette année de choisir Raphaël Glucksmann.

« La campagne des Verts a été invisible, je n’ai rien retenu de leurs propositions. Je suis plus intéressé par un retour à la gauche traditionnelle”, a-t-il déclaré à L’Observatoire de l’Europe.

Il estime que Glucksmann représente un « programme plus modéré et progressiste par rapport aux autres partis de gauche, tout en intégrant les propositions en faveur de l’environnement », a-t-il déclaré.

Raphaël Glucksmann, tête de liste du Parti socialiste français aux prochaines élections européennes, s'exprime lors d'un meeting à Paris, le jeudi 30 mai 2024.
Raphaël Glucksmann, tête de liste du Parti socialiste français aux prochaines élections européennes, s’exprime lors d’un meeting à Paris, le jeudi 30 mai 2024.

Le parti des Verts, qui a réalisé des gains inattendus lors des dernières élections européennes de 2019 avec 13,5 % des voix, a désormais du mal à créer une dynamique.

Le parti stagne actuellement à 5,8% des intentions de vote – proche du seuil minimum de 5% nécessaire en France pour envoyer des députés européens à Bruxelles.

La formation de gauche radicale LFI, représentée par l’eurodéputée Manon Aubry, est en difficulté dans les sondages à 8 %. Le parti a centré sa campagne autour de Gaza et de la reconnaissance de l’État palestinien, dans l’espoir d’attirer un électorat plus jeune.

Et les électeurs indécis ?

Vingt-deux pour cent des électeurs potentiels ont déclaré qu’ils se décideraient cette semaine, dont 10% la veille ou le jour même, selon un sondage Elabe.

Julia, une jeune femme de 28 ans travaillant dans la finance à Paris, a déclaré qu’elle n’avait pas voté aux dernières élections européennes mais qu’elle était déterminée à voter dimanche.

Elle a déclaré qu’elle était encore indécise entre plusieurs partis de droite, citant l’immigration, l’agriculture et la souveraineté française comme ses principales préoccupations.

«Je ne voterai pas pour un parti qui valorise davantage l’UE que la France. Je ne suis pas eurosceptique mais je crois que nous devrions donner la priorité à la France », a-t-elle déclaré.

Cependant, c’est la gauche qui compte le plus grand pourcentage d’électeurs indécis, selon Elabe.

C’est le cas d’Elena, 37 ans, coordinatrice dans un organisme médico-social. Elle n’a pas encore pris sa décision, mais elle a déclaré qu’elle ne voterait que pour un parti de gauche ou d’extrême gauche, même si elle admet être désillusionnée par l’UE.

« Ma perception de l’UE a beaucoup changé au cours des 15 dernières années. J’espérais que nous pourrions influencer les choses en votant. J’ai perdu cet espoir », a-t-elle déclaré, ajoutant qu’elle votait « par habitude ».

« Je pensais que l’UE, telle qu’elle a été construite, créerait une société égalitaire et juste. Mais il semble que la circulation des biens et des capitaux passe avant les citoyens », a-t-elle déclaré.

Quels sont les taux d’absentéisme en France ?

Le pourcentage d’absents en France devrait être d’environ 50 % cette année. C’est légèrement inférieur à la moyenne des autres pays de l’UE.

« Il n’y a pas eu d’amélioration mais en même temps de baisse du taux d’abstention en France », a déclaré Boutin.

Les jeunes sont susceptibles de s’abstenir de voter, tandis que les générations plus âgées, aux revenus plus élevés, sont plus susceptibles de voter, selon le politologue.

Florent, consultant lyonnais de 32 ans, n’a pas voté en 2019 car il « ne se sentait pas concerné par l’UE ».

Il a déclaré à L’Observatoire de l’Europe qu’il voterait ce dimanche parce qu’il s’inquiète de la montée de l’extrême droite à travers le continent.

Il a déclaré qu’il voterait pour le parti de centre-droit de Macron, l’un des rares à « croire en l’Europe et en ses institutions », selon lui.

Laisser un commentaire

2 × 4 =