People pass by damaged election posters showing former Austrian Vice Chancellor and Interior Minister Heinz-Christian Strache, right in Vienna, Sunday, May 26, 2019.

Jean Delaunay

Élections européennes : le FPÖ, parti d’extrême droite autrichien, arrive en tête du parti, selon les sondages à la sortie des urnes

Selon une prévision réalisée pour les chaînes nationales du pays, le Parti de la liberté (FPÖ) occuperait clairement la première place avec 27% des voix, ce qui marquerait la première fois que le parti remportait une élection nationale.

Le parti d’extrême droite autrichien FPÖ est sur le point de remporter la course aux 20 sièges du pays alpin au Parlement européen, selon les premiers sondages à la sortie des urnes.

Selon une prévision réalisée pour les chaînes nationales du pays, le Parti de la Liberté (FPÖ) — dont les députés rejoindront le groupe Identité et Démocratie (ID) — occupera clairement la première place avec 27% des voix, ce qui marquera la première fois que le parti a remporté une élection nationale.

Aux élections européennes de 2019, le Parti populaire conservateur (ÖVP) a largement remporté sept sièges. Cette année, il devrait être dépassé par le FPÖ d’extrême droite, qui a largement fait campagne sur un programme anti-immigration, anti-Green Deal et eurosceptique.

Cette fois-ci, le FPÖ devrait compter au moins cinq députés.

Les sondages à la sortie des urnes montrent que le FPÖ est suivi par l’ÖVP du chancelier Karl Nehammer avec 23,5%, suivi de près par les sociaux-démocrates (SPO) qui atteignent 23%.

Les Verts, dont la tête de liste Lena Schilling a été impliquée dans des scandales dans les tabloïds ces dernières semaines, devraient perdre l’un de leurs trois députés européens et remporter 10,5% des voix.

Le Parti communiste autrichien (FPÖ) peut encore siéger au Parlement européen. Avec 3 % des voix projetés, il a une chance de gagner un député européen.

Des questions demeurent sur les liens du FPÖ avec Moscou

Le FPÖ, qui a fait campagne lors de ces élections avec le slogan « Halte à la folie de l’UE », n’est pas étranger aux positions politiques extrêmes.

Initialement présidé par un ancien responsable nazi et officier SS après sa création en 1956, il s’est fait connaître sous la direction de Jörg Haider, connu pour ses positions xénophobes et anti-islam.

Ces dernières années, les liens du parti avec le Kremlin et un scandale en 2019 dans lequel son ancien chef a été filmé promettant des contrats gouvernementaux à une femme se faisant passer pour la nièce d’un oligarque russe ont terni une fois de plus sa réputation.

Des partisans brandissent des drapeaux autrichiens lors de la dernière campagne électorale du Parti de la liberté (FPOE) de droite pour les élections européennes à Vienne, le vendredi 24 mai 2024.
Des partisans brandissent des drapeaux autrichiens lors de la dernière campagne électorale du Parti de la liberté (FPOE) de droite pour les élections européennes à Vienne, le vendredi 24 mai 2024.

Début avril, son chef, Herbert Kickl, a été accusé d’implication dans un scandale d’espionnage russe lorsque le parti des Verts du pays a lancé des allégations contre lui et le FPÖ, le qualifiant de « extension du bras de la Russie » en Autriche.

Son succès aux élections européennes pourrait indiquer une victoire plus importante aux élections législatives du pays en septembre. Sa victoire pourrait nourrir l’espoir d’une victoire de son leader Herbert Kickl aux élections nationales, où il est actuellement en tête dans les sondages.

Laisser un commentaire

seize − 8 =