A woman casts her vote in the European Parliament elections in a polling station in Hlusovice, Olomouc region, Czech Republic, Friday, June 7, 2024. (Ludek Perina/CTK via AP)

Jean Delaunay

Élections européennes : la participation électorale n’était que de 50 % la dernière fois – va-t-elle augmenter ?

Selon le centre de sondages L’Observatoire de l’Europe, les jeunes électeurs pourraient augmenter leur taux de participation en France et en Allemagne.

Plus de 350 millions d’électeurs sont éligibles, mais combien voteront réellement cette fois-ci ?

En 2019, la majorité d’entre eux ont voté, mais de justesse. Le chiffre officiel était de 50,66 pour cent dans l’ensemble des 27 États, ce qui constitue le chiffre le plus élevé depuis les élections de 1994.

Le taux d’abstention est suivi de près car, dans une certaine mesure, il peut indiquer quel pourrait être le niveau d’apathie et de désenchantement à l’égard de la politique européenne.

Et si ce chiffre tombe en dessous du chiffre très important de 50 pour cent cette année, ce serait un coup dur pour l’UE et ceux qui la soutiennent.

« Nous ne pouvons pas oublier que nous ne parlons pas d’une élection européenne, mais de 27 élections nationales », a déclaré à L’Observatoire de l’Europe Tomasz Kanievcky, analyste du centre de sondage d’L’Observatoire de l’Europe.

« L’approche de l’abstentionnisme sera donc certainement différente selon les pays dans lesquels se déroulent ces élections, et selon les enjeux actuels. »

Selon le centre de sondages L’Observatoire de l’Europe, la participation des jeunes électeurs pourrait augmenter en France et en Allemagne. Mais ces jeunes électeurs pourraient être tentés de voter pour l’extrême droite. Un autre exemple est celui de l’Italie, où l’abstentionnisme pourrait être important.

Les électeurs de six pays de l’Union européenne ont voté samedi : l’Italie, la Slovaquie, la Lettonie, la République tchèque et Malte, le plus petit membre de l’UE.

Le vote est désormais terminé aux Pays-Bas et en Irlande, mais les premiers résultats ne commenceront à tomber que dimanche soir.

Selon un sondage réalisé par la chaîne publique néerlandaise NOS auprès de 20 000 électeurs, l’alliance de centre-gauche obtiendrait huit des 31 sièges du Parlement européen dans le pays.

Les observateurs estiment que l’approche à l’abstentionnisme sera « certainement différente »

À Chypre, l’inquiétude grandit face aux personnes qui ne votent pas, ainsi qu’à l’augmentation des bulletins de vote blancs et nuls de ceux qui votent.

Ces problèmes sont liés à une réforme du gouvernement local qui oblige les électeurs à voter entre six et dix bulletins de vote, une complexité qui a frustré à la fois les électeurs et les participants aux élections.

En réponse, le président chypriote Nicos Christodoulides a encouragé les électeurs à voter. « Les élections européennes nous concernent tous. Une participation massive enverra un message fort sur l’importance que nous attachons à une Europe plus forte, plus résiliente, plus autonome stratégiquement, plus unie et bien sûr plus efficace », a-t-il déclaré.

Lors des dernières élections européennes de 2019, le taux d’abstention le plus élevé a été enregistré en Slovaquie. Reste à savoir si, après la tentative d’assassinat contre le Premier ministre populiste de gauche anti-européen Robert Fico, la tendance s’inversera.

Les partis populistes d’extrême droite devraient-ils connaître des gains significatifs ?

Les élections s’annoncent comme l’une des plus controversées et contestées de son histoire par les partis eurosceptiques, populistes et d’extrême droite.

« Ce sera un combat existentiel », a déclaré Guy Verhofstadt, ancien Premier ministre belge et député sortant libéral libéral qui est au cœur de la politique européenne depuis plus d’un quart de siècle.

Cela opposera « ceux qui veulent moins d’Europe et, ensuite, les forces politiques qui comprennent que dans le monde de demain, il faut une Union européenne bien plus intégrée pour défendre les intérêts des Européens », a ajouté Verhofstadt.

Depuis les dernières élections européennes de 2019, des partis populistes, d’extrême droite et extrémistes ont pris le pouvoir dans trois pays de l’UE et font partie de coalitions gouvernementales dans plusieurs autres.

Les partis d’extrême droite en France, en Belgique, en Autriche et en Italie sont considérés comme les favoris des élections européennes.

Ce vote est le deuxième plus grand exercice démocratique après les élections en Inde, car le bloc de 27 nations sélectionnera 720 parlementaires pour les servir au cours des cinq prochaines années avec des votes décisifs.

Allemagne

Un changement dans la loi allemande a accordé le droit de vote aux Allemands dès l’âge de 16 ans, ce qui représente une baisse de deux ans de l’âge requis.

Cela élargit le bassin d’électeurs potentiels d’environ 1,5 million. Traditionnellement, les Verts et le Parti libéral-démocrate obtiennent de meilleurs résultats auprès des électeurs plus jeunes.

Cependant, un changement s’est produit récemment en Allemagne, comme dans une grande partie de l’Europe, où les jeunes électeurs se sont tournés vers les partis de droite.

Le changement et l’afflux de nouveaux électeurs pourraient donner un coup de pouce à l’AfD après que les scandales l’ont fait tomber lors de récents sondages.

Munich, Allemagne, vendredi 7 juin 2024
Munich, Allemagne, vendredi 7 juin 2024

Beaucoup pensent que les problèmes européens et nationaux augmenteront la participation électorale en Allemagne. La situation politique polarisée, si elle stimule la participation, aura probablement un impact négatif sur le SPD, chef du gouvernement, ainsi que sur les Verts, tout en renforçant l’opposition CDU-CSU.

En Allemagne, le taux de participation aux élections européennes est traditionnellement inférieur à celui des élections nationales. Beaucoup s’attendent à une augmentation significative de la participation, mais ne s’attendent toujours pas à ce qu’elle corresponde au vote national de 2021.

France

En France, le vote se déroule entre l’Europe et la France – une perspective typiquement française pour les élections au Parlement européen.

Plus de la moitié des électeurs français voteront sur des questions intérieures, en grande partie en raison de motivations de droite.

Pendant ce temps, le président Macron a été une voix clé dans le grand mouvement pro-européen, le mettant radicalement en désaccord avec de nombreux électeurs français.

Des gens passent devant une rangée d'affiches de campagne pour les prochaines élections européennes à Courbevoie, à l'ouest de Paris, le jeudi 6 juin 2024.
Des gens passent devant une rangée d’affiches de campagne pour les prochaines élections européennes à Courbevoie, à l’ouest de Paris, le jeudi 6 juin 2024.

La clé du taux de participation sera les jeunes électeurs français, qui ont toujours voté en faveur du rival RN de Macron.

Si le vote des jeunes aboutit, alors attendez-vous à ce que le RN corresponde à ce que les sondages nous disent : une victoire éclatante avec le double du soutien de la liste Renew de Macron.

Italie

L’Italie a l’un des taux d’abstention électorale aux élections européennes qui croissent le plus rapidement (par rapport aux élections précédentes), après le Portugal.

L’euroscepticisme accru en Italie pourrait encore faire baisser le décompte des voix. Cependant, la position du Premier ministre Girorgia Meloni en tant que force européenne pourrait ralentir le taux de déclin parmi les électeurs de droite hésitants à l’Europe.

Le Premier ministre hongrois Viktor Orban, à gauche, s'entretient avec la Première ministre italienne Giorgia Meloni lors d'une table ronde lors d'un sommet de l'UE à Bruxelles, le 21 mars 2024.
Le Premier ministre hongrois Viktor Orban, à gauche, s’entretient avec la Première ministre italienne Giorgia Meloni lors d’une table ronde lors d’un sommet de l’UE à Bruxelles, le 21 mars 2024.

Hongrie

Par rapport aux votes nationaux en Hongrie, une participation plus faible est attendue pour le vote européen. En Hongrie, la baisse de la participation profite traditionnellement au parti Fidesz du Premier ministre Viktor Orbán, qui conserve une base motivée dotée de fortes capacités de mobilisation.

Le centre et la gauche pourraient toutefois bénéficier d’un élan de la part de Budapest, qui abrite plus de 10 pour cent de la population.

Les électeurs de Budapest voteront également pour élire leur maire.

Grèce

Même si la Grèce impose le « vote obligatoire », la loi n’est pas appliquée. La manière dont les Grecs envisagent de voter n’est pas claire.

La mise en œuvre du vote par correspondance n’a pas été un succès en Grèce, ce qui a semé le doute sur les taux de participation.

Un homme se tient devant un kiosque électoral du parti au pouvoir de la Nouvelle Démocratie à Athènes, en Grèce, le vendredi 7 juin 2024.
Un homme se tient devant un kiosque électoral du parti au pouvoir de la Nouvelle Démocratie à Athènes, en Grèce, le vendredi 7 juin 2024.

Un groupe d’électeurs à suivre en Grèce sont les jeunes électeurs, qui se sont récemment fortement prononcés en faveur du centre-droit (ND/PPE). Si leur participation continue d’augmenter, ND pourrait connaître une autre élection réussie.

le Portugal

Le Portugal a enregistré le taux de participation le plus bas d’Europe occidentale en 2019, à seulement 30 %. Après les élections législatives anticipées de mars auxquelles seulement 59 % ont participé, les électeurs potentiels fatigués pourraient rester chez eux.

Mais ceux qui ont voté pour le parti socialiste la dernière fois, et qui ont perdu de peu, pourraient bien être plus motivés à voter. L’Alliance démocratique l’a emporté avec 80 sièges, suivie de près par le Parti socialiste avec 78 sièges.

Pologne

La Pologne s’apprête à voter pour la troisième fois en moins d’un an, après les élections nationales et régionales d’octobre.

Lors des élections régionales les plus récentes, le taux de participation a été plus faible que prévu, notamment dans les districts urbains.

Si cette tendance se poursuit, elle pourrait avoir un impact très négatif sur la Coalition civique (KO), de centre-droit et à la tête du gouvernement.

Tout coup dur dans la participation au KO est automatiquement une aubaine pour son rival d’extrême droite, le parti Droit et Justice. Le PiS a à peine devancé KO dans la part des voix aux élections régionales.

Alors que les sondages montrent une course au coude à coude, toute baisse de la participation pourrait donner au PiS le coup de pouce dont il a besoin.

Slovaquie

La Slovaquie a enregistré le taux de participation électorale le plus faible en 2019, avec seulement 22,7 % des électeurs. Mais lors des élections législatives slovaques de 2023, plus de 68 % des électeurs éligibles ont participé.

Alors que la polarisation atteint son paroxysme en Slovaquie suite à la tentative d’assassinat du Premier ministre Robert Fico, nombreux sont ceux qui s’attendent à ce que le taux de participation soit supérieur à celui de 2019.

Toutefois, étant donné la nature modérée des campagnes qui ont suivi la tentative d’assassinat, l’enthousiasme des électeurs n’est pas très fort en Slovaquie.

Ne vous attendez pas à une participation supérieure à 60 %, mais attendez-vous à une meilleure performance qu’en 2019.

Une femme prépare ses bulletins de vote pour les élections du Parlement européen dans un bureau de vote à Prague, en République tchèque, le vendredi 7 juin 2024.
Une femme prépare ses bulletins de vote pour les élections du Parlement européen dans un bureau de vote à Prague, en République tchèque, le vendredi 7 juin 2024.

République tchèque

Historiquement, les électeurs tchèques ne se sont pas bien comportés aux élections européennes. Le pays est largement considéré comme un pays eurosceptique, ce qui entraîne une baisse du taux de participation par rapport aux suffrages nationaux.

Cependant, 2024 pourrait changer la donne en Tchéquie. Les campagnes font état d’un intérêt plus fort que d’habitude pour les affaires et la politique européennes.

Pendant ce temps, les campagnes de l’opposition lancent de vigoureuses attaques contre les partis de la coalition au pouvoir, essayant de faire du vote européen un référendum sur les dirigeants nationaux.

Roumanie

L’intérêt pour la politique européenne est à un niveau sans précédent parmi les jeunes électeurs roumains. Selon le baromètre de l’UE du printemps, plus de 75 % des Roumains de moins de 30 ans ont l’intention de voter – le taux le plus élevé de tous les pays d’Europe.

Les partis de droite sont devenus des points focaux sur les réseaux sociaux en Roumanie. Si les jeunes électeurs se présentent effectivement comme prévu, cela pourrait constituer un gain énorme pour l’AUR d’extrême droite et d’autres partis de droite.

Laisser un commentaire

18 − 10 =