Élections au Royaume-Uni : les 5 plus grandes victoires depuis 1900

Martin Goujon

Élections au Royaume-Uni : les 5 plus grandes victoires depuis 1900

Si les sondages sont proches de la réalité, le Parti travailliste de Keir Starmer remportera les élections générales britanniques de jeudi avec l’une des plus grandes majorités de l’histoire britannique.

Le dernier sondage d’opinion de Survation, publié mardi, a donné au parti travailliste une majorité de 318 voix, remportant 484 des 650 sièges du parlement. D’autres sondages ont montré que le parti conservateur du Premier ministre Rishi Sunak se prépare à subir une défaite tout aussi importante.

Comment ces résultats se comparent-ils aux élections des décennies passées ? Avec l’aide de la bibliothèque de la Chambre des communes, L’Observatoire de l’Europe a compilé les cinq plus grandes victoires électorales d’un seul parti depuis 1900.

(Les élections du XIXe siècle sont un peu plus difficiles à mesurer car les femmes n’avaient pas le droit de vote avant 1918 et l’électorat éligible était bien plus restreint.)

1924 — Majorité conservatrice de 209 sièges

Les conservateurs de Stanley Baldwin ont bénéficié d’une énorme majorité parlementaire après avoir battu le Premier ministre travailliste Ramsay MacDonald lors d’un vote de défiance au Parlement, reprenant le pouvoir sur un message de libre-échange. Ils ont été bannis du pouvoir par le Parti travailliste à peine cinq ans plus tard (cela vous rappelle quelque chose ?).

1997 — Majorité travailliste de 179 sièges

Tony Blair a conduit le Parti travailliste hors de l’opposition après 18 ans de règne et a balayé les conservateurs de John Major du gouvernement. Faisant campagne sous la bannière du New Labour, il a réussi à rassurer les électeurs conservateurs et à leur faire confiance. Blair a également été aidé par la corruption généralisée au sein du Parti conservateur et par le sentiment que le parti était arrivé au bout du pouvoir (cela vous rappelle quelque chose ?).

2001 — Majorité travailliste de 167 sièges

Ces élections ont été en grande partie une répétition de celles de 1997, puisque seuls 29 sièges avaient changé de mains. Surnommées le « glissement de terrain silencieux », l’hypothèse d’une nouvelle victoire du Parti travailliste a fait chuter la participation à 59 %, soit le taux le plus bas depuis l’instauration du suffrage universel en 1918.

[1945—Majoritétravaillistede145membres

Lors des dernières élections, qui se sont tenues en juillet, le Parti travailliste de Clement Attlee était considéré comme le parti qui aiderait à reconstruire la Grande-Bretagne après la Seconde Guerre mondiale, ce qui a conduit à la création du NHS et de l’État-providence. Attlee a été battu six ans plus tard, le chef de file de la Seconde Guerre mondiale, Winston Churchill, étant revenu triomphalement pour un nouveau mandat.

1983 — Majorité conservatrice de 144 sièges

Cette élection a été la première des deux victoires écrasantes des conservateurs de Margaret Thatcher. La première femme Premier ministre du Royaume-Uni a été aidée par trois facteurs : le succès dans la guerre des Malouines contre l’Argentine, les divisions entre ses adversaires dues à la création du Parti social-démocrate et le parti travailliste qui s’est présenté sur la base d’un manifeste extrêmement à gauche, surnommé « la plus longue lettre de suicide de l’histoire ».

Laisser un commentaire

19 − dix =