« Désolé de faire irruption ! »  Le Premier ministre français "interrompt" le candidat à l'UE

Martin Goujon

« Désolé de faire irruption ! » Le Premier ministre français « interrompt » le candidat à l’UE

PARIS — Le Premier ministre français Gabriel Attal a été critiqué pour avoir interrompu la principale candidate de son propre parti aux élections européennes, Valérie Hayer, lors d’un entretien lundi à la télévision publique française.

Le Premier ministre de 34 ans venait de terminer une interview avec la même chaîne, FranceInfo, lorsqu’il est arrivé à l’improviste lors de l’interview de Hayer. « Désolé de faire irruption sur la scène », a déclaré Attal avant de lancer un appel de trois minutes en faveur de la liste soutenue par le président avant les élections du 9 juin.

La campagne de Hayer n’a pas réussi à générer le moindre élan et est actuellement en retard de près de 20 pour cent sur le Rassemblement national d’extrême droite, selon le sondage de L’Observatoire de l’Europe. Alors que la liste du président Emmanuel Macron est menacée par les urnes, Attal est intervenu directement dans la campagne, faisant une série d’apparitions dans les médias, notamment lors d’un face-à-face avec le candidat d’extrême droite Jordan Bardella.

Mais son coup le plus récent a donné lieu à des accusations de sexisme, des personnalités de l’opposition de gauche et de droite critiquant son attitude « perturbatrice » et « machiste ».

« Le comportement de Gabriel Attal avec Valérie Hayer porte un nom : perturbateur. Assez de ce machisme ! », a déclaré Raquel Garrido, parlementaire du groupe de gauche France Unbowed.

Marine Le Pen, chef du Rassemblement national, s’est associée aux critiques.

« La façon dont le Premier ministre a humilié (Hayer) en s’invitant à l’une de ses émissions est une véritable honte », a écrit Le Pen sur les réseaux sociaux. « Il ne se serait jamais permis cela si le candidat avait été un homme. »

Hayer a officiellement rejeté ces accusations et a déclaré qu’elle n’était pas gênée par l’apparence d’Attal : « C’est indigne d’accuser Gabriel Attal de misogynie… Je suis très fière de l’avoir à mes côtés. »

Mais selon un stratège de campagne pro-Macron, qui a obtenu l’anonymat pour parler franchement, le comportement d’Attal a créé « beaucoup de malaise au quartier général de campagne », Hayer elle-même n’étant « pas vraiment contente ».

La campagne d’Attal a suscité des critiques plus larges de la part d’autres candidats. « C’est la nouvelle bouée de sauvetage ‘téléphone à un ami’ que (Hayer) semble utiliser de plus en plus », a déclaré François-Xavier Bellamy, candidat du parti conservateur. Les Républicains parti qui était le prochain à prendre la parole dans le débat, faisant référence au Qui veut gagner des millions montrer. « De toute évidence, les gens autour d’elle pensent qu’ils sont meilleurs en campagne. »

Bellamy avait déjà critiqué l’organisation d’un débat entre Attal et Bardella, soulignant que le Premier ministre français n’était pas candidat à ce scrutin. Son parti, ainsi que France Unbowed, ont également demandé à l’organisme de surveillance des médias français qu’une interview de Macron prévue plus tard cette semaine soit comptée dans le temps d’antenne autorisé à la liste centriste en vertu de la loi sur la campagne électorale.

Laisser un commentaire

15 − un =