Pro-government demonstrators with Georgian national flags attend a rally in support of

Jean Delaunay

Des milliers de personnes se rassemblent en Géorgie pour soutenir la loi « russe » sur l’influence étrangère

Le haut diplomate européen Josep Borrell a averti que si le projet de loi était adopté, il « aurait un impact négatif sur les progrès de la Géorgie sur la voie de l’UE ».

Des milliers de personnes ont assisté à un rassemblement progouvernemental à Tbilissi, la capitale géorgienne, en soutien à une loi controversée sur l’influence étrangère.

Le projet de loi controversé exige que les médias et les organisations non commerciales s’enregistrent comme étant sous influence étrangère s’ils reçoivent plus de 20 % de leur financement de l’étranger.

Les critiques estiment que cela pourrait saper la démocratie et faire dérailler les chances du pays d’adhérer à l’Union européenne. En Russie, une législation similaire a été utilisée pour réprimer les voix et les groupes critiques à l’égard du Kremlin.

Les partisans du projet de loi – proposé par le parti au pouvoir, le Rêve géorgien – affirment cependant que garantir la transparence est crucial dans la lutte pour le maintien de la souveraineté nationale.

« Je vous promets que nous surmonterons toute adversité, renforcerons notre souveraineté, maintiendrons la paix, stimulerons l’économie géorgienne et ferons partie de l’UE en 2030 », a déclaré Bidzina Ivanishvili, fondatrice et présidente honoraire de Georgian Dream.

Des Géorgiens écoutent Bidzina Ivanishvili, fondatrice du parti Rêve géorgien, lors d'un rassemblement à Tbilissi, le 29 avril 2024
Des Géorgiens écoutent Bidzina Ivanishvili, fondatrice du parti Rêve géorgien, lors d’un rassemblement à Tbilissi, le 29 avril 2024

S’exprimant lors du rassemblement, le Premier ministre Irakli Kobakhidze a déclaré que l’Union européenne devait ouvrir les négociations d’adhésion avec la Géorgie à la fin de l’année.

« Nous appelons l’UE à faire preuve de respect envers la société géorgienne, contrairement à juin 2022, à rétablir la justice et à ouvrir les négociations d’adhésion cette année », a-t-il déclaré.

Dans une déclaration en ligne au début du mois, le chef de la politique étrangère de l’UE, Josep Borrell, a qualifié la décision du Parlement de « développement très préoccupant ».

Il a averti que « l’adoption définitive de cette législation aurait un impact négatif sur les progrès de la Géorgie sur la voie de l’UE ».

Le projet de loi est identique à un projet de loi proposé en 2023, que le gouvernement a été contraint de retirer face à des manifestations massives.

Bien que la présidente géorgienne Salomé Zourabichvili ait déclaré qu’elle opposerait son veto à la loi si elle était adoptée par le Parlement, le parti au pouvoir peut passer outre ce veto en recueillant 76 voix.

Ensuite, le président du Parlement peut le signer.

Le soutien à l’adhésion à l’UE parmi les quelque quatre millions de citoyens géorgiens atteint 81 %, selon un sondage réalisé en 2022 par l’Institut national démocratique.

Laisser un commentaire

deux × quatre =