Members of the women #NousToutes group hold placards that read,

Jean Delaunay

Des militants dénoncent 900 féminicides sous la présidence Macron lors d’une manifestation à Paris

« Depuis l’arrivée au pouvoir du président Emmanuel Macron… plus de 1 000 enfants sont devenus orphelins », ont déclaré les manifestants.

Le groupe féministe français #NousToutes est descendu dans les rues de Paris jeudi soir pour honorer les 900 femmes assassinées en France depuis l’arrivée au pouvoir d’Emmanuel Macron.

Tenant des pancartes disant « État coupable, justice complice », ils ont dénoncé Macron pour son incapacité à protéger les femmes et les filles de la violence.

Quelque 900 bougies représentant chaque femme tuée ont été allumées près de l’emblématique tour Eiffel de la ville, et une banderole de 15 mètres de long avec les noms et âges des femmes a été déployée.

Il comprenait les noms des 20 femmes, âgées de 16 à 75 ans, qui, selon le groupe, ont été tuées depuis le début de cette année.

#NousToutes affirment que ces chiffres effrayants mettent en évidence une « absence de réelle volonté politique » de la part du gouvernement français pour lutter contre les violences basées sur le genre.

« Depuis l’arrivée au pouvoir du président Emmanuel Macron, plus de 900 féminicides ont été enregistrés et plus de 1.000 enfants sont devenus orphelins », ont-ils déclaré dans un communiqué.

Des membres du groupe de femmes #NousToutes tiennent une banderole avec les noms des 900 femmes tuées par leurs partenaires sur la place du Trocadéro près de la Tour Eiffel, le jeudi 8 février 2024.
Des membres du groupe de femmes #NousToutes brandissent une banderole avec les noms des 900 femmes tuées par leurs partenaires sur la place du Trocadéro, près de la Tour Eiffel, le jeudi 8 février 2024.

Ils disent également que la « grande cause » du quinquennat de Macron brille par son absence.

En novembre 2017, quelques mois après son entrée en fonction à l’Élysée, Macron a déclaré que l’égalité entre les hommes et les femmes deviendrait la « grande cause » de son mandat, s’engageant à donner la priorité à la répression des violences faites aux femmes.

Mais Macron a suscité de vives condamnations en 2020, lorsqu’il a nommé Gérald Darmanin au poste de ministre de l’Intérieur.

Darmanin faisait alors face à des allégations de viol.

Voir cette publication sur Instagram

Un post partagé par #NousToutesParisNord (@noustoutesparisnord)

Macron a été à nouveau critiqué plus tôt cette année lorsqu’il a défendu le droit de l’acteur français Gérard Depardieu à la présomption d’innocence après avoir été accusé d’agression sexuelle.

Autre coup porté à sa « grande cause », Macron a été critiqué pour avoir bloqué l’inclusion du viol comme crime à l’échelle de l’UE dans les nouvelles lois européennes visant à lutter contre la violence à l’égard des femmes.

« Rien n’a changé depuis 2016 et le début de notre décompte, nous sommes au même rythme depuis huit ans, avec une femme tuée tous les trois jours par son compagnon ou ex-conjoint », a déclaré à l’AFP Julia, ce n’est pas son vrai nom. agence de presse jeudi.

Le groupe affirme que le décompte des féminicides contribue à sensibiliser le public à la gravité du problème et à faire pression sur le gouvernement Macron pour qu’il agisse.

Macron est devenu président de la France en mai 2017 et exerce actuellement son deuxième mandat.

Laisser un commentaire

quinze − cinq =