Des metteurs en scène visionnaires dans le monde de l'opéra

Jean Delaunay

Des metteurs en scène visionnaires dans le monde de l’opéra

Cette semaine sur Musica, nous discutons avec les réalisateurs émergents qui bouleversent le monde de l’opéra.

Mêlant musique, danse et théâtre, l’opéra a longtemps occupé une place prépondérante dans le monde des arts. Alors que la tradition fait partie intégrante de son attrait, des réalisateurs visionnaires insufflent une nouvelle vie à cette forme d’art légendaire.

Dans ce dernier épisode de Musica, nous plongeons dans le travail de ces pionniers, explorant la vaste portée de l’expression créative dans l’opéra contemporain.

Maître de projection

Tobias Kratzer représente l’avant-garde des directeurs d’opéra. Diplômé de la prestigieuse Académie de théâtre bavaroise August-Everding, Kratzer a réinventé l’opéra comme un spectacle visuel, intégrant de manière transparente la vidéo dans ses productions scéniques.

© Gregor Baron
Tobias Kratzer

Le réalisateur primé savoure un défi. Récemment, il a jeté son dévolu sur ‘Faust’ à l’Opéra Bastille – le classique en cinq actes de Charles Gounod.

« Faust est un grand opéra. Il était clair pour moi qu’il devait être spectaculaire. Pour le voyage épique que Faust et Méphisto entreprennent à travers Paris dans notre production, nous avions besoin d’une pléthore de visuels », explique Kratzer.

Sa production, mise en scène à l’emblématique Opéra national de Paris, a trouvé un écho auprès du public parisien.

« Je pense que ce que Tobias a très, très bien compris, c’est que vous pouvez proposer une idée contemporaine aujourd’hui pour « Faust », pour le thème, pour le sujet de « Faust » mais avec les moyens d’aujourd’hui. Tout était vraiment extrêmement bien fait.

Alexandre Neef

Directeur général de l’Opéra national de Paris.

Kratzer collabore avec une équipe d’artistes exceptionnels, dont le vidéaste Manuel Braun et le scénographe et costumier Rainer Sellmaier.

« Chaque nouveau projet devient plus excitant à mesure que nous nous mettons au défi d’innover et de créer des espaces et des interprétations entièrement nouveaux », note Kratzer.

Leur dernière pièce est une interprétation de « Moise et Pharaon » de Rossini, qui a été créée au Festival d’Aix-en-Provence l’été dernier et a ensuite été présentée à l’Opéra national de Lyon en janvier. Comme c’est souvent le cas, une projection vidéo joue un rôle important.

« Nous avons employé pour la première fois des caméramans sous-marins, ainsi que deux plongeurs filmant sous la surface. C’était une production très complexe et une aventure fantastique, d’autant plus que nous avons tenté de capturer le moment dramatique où la mer se referme sur les Égyptiens », partage la vidéo l’artiste Braun.

Tourner le couteau

Lydia Steier aspirait à l’origine à être chanteuse, mais un chemin différent l’a conduite dans le monde de l’opéra, et finalement à la reconnaissance comme l’une des principales metteurs en scène féminines en Europe. Cependant, ce chemin n’était pas sans obstacles et Steier savait qu’elle devrait redoubler d’efforts en tant qu’artiste féminine.

« Dans cette industrie, être une femme signifie que vous êtes perçue différemment des hommes. La même réaction ou le même comportement peut être interprété différemment en fonction de votre sexe. J’ai appris à naviguer dans ces nuances au fil du temps », déclare Steier.

Herzlich willkommen
Lydia Steier

Steier, Américaine d’origine autrichienne, est réputée pour ses mises en scène visuellement intenses, très souvent minutieusement réalisées à l’aide de modèles miniatures.

« Mes concepteurs sont bien conscients de mon penchant pour les éléments roulants et les escaliers. Les changements et les mouvements rapides sont des éléments clés de ma scénographie », explique Steier.

Pour le Festival de Pâques de Baden-Baden, Steier a voulu apporter cette énergie cinétique à sa production de « Die Frau ohne Schatten » de Richard Strauss – une œuvre stimulante pleine de symbolisme influencée par l’interprétation freudienne des rêves.

« Quand vous voyez « Die Frau ohne Schatten », c’est littéralement 350 personnes qui travaillent de concert… en parfaite coordination pour créer cette chose conçue pour vous émouvoir de l’intérieur. »

Alors que Steier opère dans un milieu traditionnel, elle s’est inspirée enfant des comédies musicales hollywoodiennes et de Broadway. Cette infusion d’influences contemporaines a un impact sur sa mise en scène.

« L’idée est en quelque sorte de séduire un public, de le divertir et de l’exciter à propos d’un langage visuel, puis de tourner un peu le couteau et de dire : Vous ne vous voyez pas là-dedans ? C’est à propos de nous. Chaque pièce que je réalise doit parler de nous », conclut Steier.

Se déplacer entre les formes d’art

Le Suisse-Australien Simon Stone est un autre metteur en scène primé, réputé pour son approche multidisciplinaire. Entre théâtre, opéra et cinéma, il a récemment réalisé « The Dig », nominé aux BAFTA, pour Netflix.

Analyse financier
Sur le tournage de The Dig. Simon Stone, à droite, avec le directeur de la photographie Mike Eley, à gauche, et l’acteur Ralph Fiennes.

Avant son déménagement en Europe, Stone était considéré comme « l’enfant terrible » du théâtre australien. En tant que réalisateur, il encourage sa distribution à improviser et à participer au processus de création.

« Si vous voulez réaliser quelque chose de nouveau, vous devez travailler d’une manière qui vous est inconnue. Nous ne nous mettons pas suffisamment au défi en tant qu’artistes. Je me retrouve constamment à passer d’une forme d’art à l’autre et à rattraper mon retard », explique Stone.

Il est bien connu pour ses mises en scène d’opéra qui intègrent souvent des éléments cinématographiques. Son style réaliste et intimiste a été particulièrement efficace dans la production contemporaine « Innocence » au Royal Operahouse. L’opéra qui tourne autour d’un massacre scolaire a été écrit par le compositeur finlandais Kaija Saariaho.

« Vous écoutez la musique et composez des images, en pensant ‘Quel film ferais-je sur cette partition ?’ Vous devez célébrer le morceau de musique pour ce qu’il est, et si vous n’aimez pas la musique, vous ne devriez pas faire l’opéra », explique Stone sur son processus.

Pour Stone, la pertinence des opéras dans le monde contemporain est cruciale pour leur production continue.

« La seule façon dont les opéras continuent d’être mis en scène est de prouver leur pertinence dans le monde dans lequel nous vivons. C’est le moyen le plus simple de s’assurer que le public considère l’opéra comme une forme d’art indispensable. »

Des sujets modernes, des classiques intemporels et une mise en scène percutante – ces éléments résument ce que devrait être l’opéra du 21e siècle. Les réalisateurs présentés ici ne se contentent pas de préserver une forme d’art historique ; ils le refaçonnent, repoussent les limites et assurent sa vitalité continue dans notre monde en évolution rapide.

Laisser un commentaire

dix-huit − douze =