A supporter of the Albanian opposition throws flowers to police officers during a protest in front of Government building in Tirana, Albania, Tuesday, Feb. 20, 2024.

Jean Delaunay

Des manifestations éclatent en Albanie contre la corruption présumée du gouvernement

Des citoyens en colère se sont rassemblés devant le siège du gouvernement albanais à Tirana, jetant des pierres et des fusées éclairantes sur les policiers.

Des milliers de partisans de l’opposition albanaise sont descendus mardi dans les rues de la capitale Tirana pour protester contre les allégations de corruption du gouvernement.

La manifestation, qui marquait le 33e anniversaire du renversement de la statue principale du défunt directeur communiste du pays, Enver Hoxha, faisait suite à des mois de protestations des députés de l’opposition au Parlement.

Le problème est le refus des socialistes de gauche au pouvoir d’enquêter sur des cas présumés de corruption impliquant le Premier ministre Edi Rama et d’autres hauts fonctionnaires.

Le cabinet a été invité à créer des commissions parlementaires pour enquêter sur ces allégations, mais il a refusé de le faire.

Des partisans de l'opposition albanaise se rassemblent pour manifester devant le bâtiment du gouvernement à Tirana, en Albanie, le mardi 20 février 2024.
Des partisans de l’opposition albanaise se rassemblent pour manifester devant le bâtiment du gouvernement à Tirana, en Albanie, le mardi 20 février 2024.

Alors que les manifestations à Tirana se terminaient dans le calme, les manifestants ont lancé des pierres et des fusées éclairantes sur les policiers et ont démoli la clôture en fer autour du principal bâtiment gouvernemental.

Les manifestants ont également exprimé leur solidarité envers l’ancien Premier ministre Sali Berisha, actuellement assigné à résidence alors qu’il fait l’objet d’une enquête pour avoir prétendument abusé de son poste pour aider son gendre à privatiser des terrains publics pour construire des immeubles d’habitation.

Les partisans d’une aile du Parti démocrate divisé ont évité la manifestation, accusant Berisha de l’exploiter à des fins personnelles.

S’exprimant depuis son appartement mardi, Berisha a affirmé que Rama attaquait sa famille à des fins politiques. L’ancien Premier ministre s’est vu interdire l’entrée aux États-Unis en 2021 et au Royaume-Uni en 2022 en raison de son implication présumée dans des affaires de corruption.

Laisser un commentaire

vingt − 1 =