Des dizaines de blessés après que des manifestants contre le gouvernement érythréen ont attaqué un festival culturel en Suède

Jean Delaunay

Des dizaines de blessés après que des manifestants contre le gouvernement érythréen ont attaqué un festival culturel en Suède

Un festival culturel sur le thème de l’Érythrée dans une banlieue de Stockholm a pris une tournure violente jeudi lorsqu’environ un millier de manifestants anti-gouvernement érythréens ont pris d’assaut l’événement, faisant au moins 52 blessés, ont rapporté les médias suédois.

Les manifestants ont incendié des stands et des véhicules, envoyant de la fumée s’élever dans le ciel. Le journal suédois Expressen a rapporté que jusqu’à un millier de manifestants ont marché vers le site du festival, dépassant les cordons de police et utilisant des bâtons et des pierres comme armes.

Le porte-parole de la police suédoise, Daniel Wikdahl, a déclaré à l’Associated Press qu' »entre 100 et 200 personnes ont été arrêtées ». Une présence policière importante est toujours sur les lieux et des enquêtes sont en cours, a-t-il précisé.

Magnus Lejhall/Magnus Lejhall
Un pompier au festival culturel érythréen « Eritrea Scandinavia » à Stockholm le jeudi 3 août 2023.

La Suède abrite des dizaines de milliers de personnes d’origine érythréenne. Le festival consacré au patrimoine culturel de l’Érythrée est un événement annuel qui se tient depuis les années 1990 mais qui a été critiqué pour avoir prétendument servi d’outil promotionnel et de source de financement pour le gouvernement de la nation africaine, selon les médias suédois.

« Ce n’est pas un festival, ils enseignent à leurs enfants le discours de haine », a déclaré le manifestant Michael Kobrab à la chaîne de télévision suédoise TV4.

Les groupes de défense des droits de l’homme décrivent l’Érythrée comme l’un des pays les plus répressifs au monde. Depuis qu’il a obtenu son indépendance de l’Éthiopie il y a trois décennies, la petite nation de la Corne de l’Afrique est dirigée par le président Isaias Afwerki, qui n’a jamais organisé d’élections.

Des millions de personnes ont fui des conditions telles que la conscription militaire forcée.

Un participant au festival, Emanuel Asmalash, s’est également adressé à TV4 et a accusé les manifestants d’être des «terroristes» d’Éthiopie.

Magnus Lejhall/Magnus Lejhall
De la fumée s’échappe d’une tente en feu lors du festival culturel érythréen « Eritrea Scandinavia » à Stockholm, le jeudi 3 août 2023.

« Il n’est pas raisonnable que la Suède soit ainsi entraînée dans les conflits internes d’autres pays », a déclaré le ministre de la Justice Gunnar Strömmer dans une déclaration écrite à l’agence de presse suédoise TT.

« Si vous fuyez en Suède pour échapper à la violence, ou si vous êtes en visite temporaire, vous ne devez pas provoquer de violence ici », a-t-il ajouté.

« Les ressources de la police sont nécessaires à d’autres fins que de maintenir différents groupes à l’écart les uns des autres. »

Laisser un commentaire

trois + quinze =