« Des crimes sont commis » : la vice-Première ministre belge Petra De Sutter appelle à des sanctions contre Israël

Jean Delaunay

« Des crimes sont commis » : la vice-Première ministre belge Petra De Sutter appelle à des sanctions contre Israël

« Les bombardements israéliens augmentent le désespoir total des Palestiniens », a déclaré Petra De Sutter. « Sans une véritable solution, la violence continuera à se répéter. »

Le vice-Premier ministre belge a appelé mercredi le gouvernement belge à sanctionner Israël.

« Il est temps d’imposer des sanctions contre Israël. Le bombardement est inhumain », Petra De Sutter des Verts a écrit sur X. « Alors que des crimes de guerre sont commis à Gaza, Israël ignore la demande internationale d’un cessez-le-feu. »

Israël a été accusé d’avoir frappé des hôpitaux et des camps de réfugiés à Gaza, violant ainsi les lois internationales sur la conduite de la guerre.

Le pays a commencé à bombarder sans relâche l’enclave palestinienne après que les militants du Hamas ont attaqué le sud d’Israël le 7 octobre, tuant 1 400 personnes.

Des responsables du ministère de la Santé dirigé par le Hamas ont déclaré que 10 569 habitants de Gaza avaient été tués mercredi, dont environ 40 % étaient des enfants.

Cette guerre constitue l’épisode le plus sanglant du conflit israélo-palestinien qui dure depuis des générations.

De Sutter a exhorté l’Union européenne à suspendre immédiatement son accord d’association avec Israël, qui vise une meilleure coopération économique et politique.

Elle a proposé, dans un communiqué, que la Belgique alloue des fonds supplémentaires à la Cour pénale internationale pour enquêter sur les crimes de guerre commis par Israël et le Hamas.

Les personnes et les entreprises qui fournissent de l’argent au Hamas doivent être sanctionnées, tandis que les colons violents, les politiciens et les militaires responsables de crimes de guerre doivent faire face à une interdiction d’entrée, a ajouté De Sutter.

« C’est une organisation terroriste. Le terrorisme coûte de l’argent et il doit y avoir des sanctions contre les entreprises et les personnes qui fournissent de l’argent au Hamas », a déclaré De Sutter.

Les données partagées avec L’Observatoire de l’Europe au début du mois montrent que plusieurs États européens ont fourni des armes et des équipements clés que les forces israéliennes utilisent probablement désormais sur le terrain à Gaza.

« Les États qui continuent de transférer des armes à Israël ou au Hamas et à d’autres groupes armés palestiniens en sachant que l’État ou le groupe destinataire utilise ces armes pour commettre des « actes internationalement illicites » – qui incluent des crimes de droit international tels que des crimes de guerre et des crimes contre l’humanité – risquent eux-mêmes de contribuer à ces torts », avait déclaré à l’époque à L’Observatoire de l’Europe Patrick Wilcken, chercheur à Amnesty International.

Le vice-Premier ministre belge a également déclaré qu’une interdiction d’importer des produits en provenance des territoires palestiniens occupés devrait être mise en œuvre et que les colons violents, les hommes politiques et les soldats responsables de crimes de guerre devraient être interdits d’entrer dans l’UE.

« Les bombardements israéliens augmentent le désespoir total des Palestiniens. Sans véritable solution, la violence continuera de se répéter. C’est pourquoi une solution politique reconnaissant la Palestine en tant qu’État est nécessaire », a-t-elle noté.

Laisser un commentaire

18 − treize =