People attend the funeral of Saleh al-Arouri in Beirut on Wednesday 3 Jan

Jean Delaunay

Des centaines de personnes défilent à Beyrouth pour les funérailles du député du Hamas Saleh al-Arouri

Des centaines de personnes ont défilé dans les rues de Beyrouth pour assister aux funérailles du député du Hamas Saleh Al-Arouri, tué mercredi dans une frappe de drone dans la capitale libanaise.

Alors que le Hamas et le groupe militant libanais Hezbollah ont immédiatement blâmé Israël, aucun parti n’a encore revendiqué la responsabilité.

Les Forces de défense israéliennes (FDI) ont publié jeudi des images montrant des frappes militaires contre le Hezbollah et une « cellule terroriste de missiles antichar » dans la région de Maroun El Ras, au sud du Liban.

L’armée israélienne a également déclaré avoir identifié jeudi plusieurs tirs depuis le Liban vers le territoire israélien, alors que les craintes grandissent d’une escalade régionale au Moyen-Orient.

De son côté, le Hezbollah a annoncé que ses combattants avaient mené 11 attaques contre des postes israéliens le long de la frontière, dont quatre à l’aide de roquettes Burkan à ogive lourde, que le groupe a rarement tirées depuis le début du conflit actuel.

La guerre reste concentrée sur Gaza, où le ministre israélien de la Défense, Yoav Gallant, a déclaré qu’Israël cherchait une « victoire claire » sur le Hamas, qui dirige le territoire depuis 2007.

Le Croissant-Rouge palestinien (PRCS) a également signalé jeudi des « bombardements intenses et continus » autour de son siège social dans la ville de Khan Younis, au sud de Gaza, et de l’hôpital voisin Al-Amal.

Au moins sept personnes déplacées auraient été blessées.

Vingt et un des 36 hôpitaux de Gaza ne sont plus fonctionnels, tandis que treize restent partiellement fonctionnels et deux autres peu fonctionnels, selon la dernière évaluation de l’Organisation mondiale de la santé.

Il y a plus de 57 000 blessés à Gaza, tandis que les attaques aériennes, terrestres et maritimes d’Israël à Gaza ont tué plus de 22 300 personnes, dont les deux tiers étaient des femmes et des enfants. selon le ministère de la Santé de l’enclave côtière dirigée par le Hamas.

Selon les Nations Unies, un quart de la population de Gaza risque la famine, les restrictions israéliennes et les violents combats entravant l’acheminement de l’aide.

Laisser un commentaire

17 − 9 =